Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 [Flashback] New world - Alec O. Fawkes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 13 Mar - 0:49


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


J’ai peur à vrai dire. Je viens de quitter ce monde humain aussi facile que répugnant pour l’inconnu le plus total pour rejoindre un autre dont je ne connaissais pas l’existence il y a quelques semaines. C’est un peu facile non, d’envoyer une lettre qui dit « bonjour mademoiselle, vous êtes une sorcière, rendez-vous à la rentrée bisous ps : pensez à acheter tout ça » ?  Pourquoi ne pas prévenir plus tôt ? Je suis terrifiée. Depuis que j’ai quitté les bras rassurants de mon père, j’ai peur, peur de tout le monde, peur des hiboux en cage, peur des autres enfants, peur des parents aussi qui font des gestes à leurs enfants, peur des élèves plus âgés qui se retrouvent joyeusement. Peur de ne pas être à ma place. Je n’ai jamais autant voulu être avec mon père. Je le vois sur le quai, encore, je l’aperçois : lui aussi il est perdu, pas vraiment pour les mêmes raisons. C’est difficile pour nous deux depuis que maman s’est tuée. On n’en parle pas. Ni lui ni moi n’est capable d’en parler. Je l’entends parfois, pleurer ou hurler la nuit quand il se réveille paniqué et qu’il découvre qu’elle n’est plus là. Mais je ne vais jamais le voir parce que je n’ai pas envie de le voir comme ça, je l’ai fait une fois. Je ne veux plus jamais le revoir la nuit, affolé comme un pauvre animal pris au piège.
Mon père me dégoute autant qu’il me fascine.

Mon regard se détache de lui alors que le train avance de plus en plus. Pendant tout le trajet je reste immobile (qui l’eu-cru ?), j’ai bien trop peur de me lever alors je sors mon ipod pour écouter de la musique. Les autres enfants me lancent tantôt des regards envieux, tantôt dégoutés. Peut-être que je ne fais pas assez sorcière ? Je regarde tout ce monde qui va et vient dans le train. J’ai peur. Terriblement peur. J’ai envie de comprendre, de connaître tout ça, de rencontrer les autres et pourtant j’ai peur. J’ai lu tout ce que je pouvais sur Poudlard mais ça ne me suffit pas. Je sais que je finirai par m’y habituer, je sais même que l’éloignement est mieux pour moi mais j’ai peur. Heureusement que je peux écouter ce que je veux, sinon je crois que j’aurai explosé. Le trajet est interminable. J’ai l’impression que tout le monde se connait, se parle, s’apprécie déjà. J’entends certains enfants parler des différentes maisons. La seule dans laquelle je veux aller c’est la mienne. Et elle n’est pas à Poudlard. J’ai bien vu quelqu’un qui essayait de venir vers moi en souriant mais je ne lui ai pas répondu. Je ne suis pas de ce monde, je ne veux pas l’être.

Une fois à Poudlard, les élèves de première année sont regroupés, le bruit est infernal jusqu’à ce que l’on nous explique ce qui va se passer. Je ferme les yeux en trépignant d’impatience : déjà, je n’entends plus la voix de celle qui nous expose le déroulement de la cérémonie. Mon regard parcourt la foule d’élèves, j’ai tout juste eu le temps de penser que je me heurte à un visage familier. Sans hésiter, je me rapproche de lui : sans discrétion non plus d’ailleurs, mais je m’en fiche. La personne qui déroule son discours a déjà disparu de mon champ d’attention, j’ignore si elle me regarde avec sévérité ou si elle ne m’a pas vu. Je ne peux pas m’empêcher de me demander ce qu’il fait là ? Et comment se fait-il que je le connaisse et qu’il soit ici ? M’espionne-t-il ? M’a-t-il suivi ? Je sais que c’est fou, mais je n’arrive pas à refreiner mes questions. Il faut dire qu’Alec, pendant toute ma primaire a été le chef d’un gang que je n’ai jamais apprécié. Alec est un enfant qui vit dans une famille riche, je le sais parce que mon papa me l’a dit quand je lui ai parlé de lui. Il m’a dit qu’il ne fallait pas d’ennui avec le petit Fawkes. Et quand j’ai essayé de lui expliquer qu’on n’était pas du même camp, il n’a plus écouté. « Mais qu’est-ce que tu fais là ? » La réponse est évidente mais je pose la question quand même.
Faut dire que je m’attendais à tout sauf à ça.

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 13 Mar - 14:24




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes

T'es pétrifié de peur. Tu regardes ton père et ta sœur restés sur le quai te faire signe de la main et t'as bien du mal à retenir tes larmes. Même si t'es heureux de quitter le foyer familial et de pouvoir oublier ton idiote de mère, t'as peur de ce qu'il va arriver. T'as bien essayé de lire tous tes livres  au sujet de Poudlard et de la Magie mais t'as l'impression que c'est pas assez. Qu'on va voir directement que tu appartiens pas à ce monde, que tu vas pas réussir à t'intégrer correctement au milieu de tous ces autres sorciers. Pourtant si t'as reçu cette lettre c'est sûrement que toi aussi tu appartiens à ce monde. Tes visions tu les inventes pas et la magie est bien présente dans ton corps. Mais si jamais t'arrives pas à utiliser tout ça comme les autres ? Si en secouant ta baguette, tu réussis pas à faire le bon sort ?  
Puis soudainement, le train s'ébranle et démarre. Les autres enfants crient au revoir à leurs parents et tu comprends qu'il est impossible de faire marche arrière. Alors tu fais comme les autres, tu fais de grands signes de la main à ta famille et tu cries à ta sœur que tu reviendras bientôt. Tu doutes qu'elle t'entende, mais ça te fais du bien de le dire.

Tu restes un moment là, près de la fenêtre, à regarder le paysage défiler. T'as aucune idée de où aller et t'as peur de tomber sur un compartiment rempli d'élèves plus vieux que toi. Alors tu restes là, dans le couloir, pensif. Tu te demandes combien de temps ça va prendre, si ça va être long. Tu réalises bien vite que oui et qu'il est impossible de passer le reste du trajet debout. Alors tu prends ton courage à deux mains et tu longes les couloirs à la recherche d'un compartiment relativement vide ou rempli de gens de ton âge. Après une dizaine de minutes passées à hésiter tu tentes ta chance et demandes d'une voix tremblante si tu peux t'installer là. Par chance le garçon et la fille ne te rejettent pas et tu finis par faire leur connaissance, gagnant confiance en toi. Tu apprends qu'ils sont tous les deux nés de parents sorciers et t'en profites un peu pour leur poser des questions sur ce qu'il vous attends. T'es vite rassuré de voir qu'ils n'en savent pas plus que toi à ce sujet.

Le reste, t'as l'impression que ça se déroule à toute vitesse. Vous descendez du train et êtes conduit près d'un lac, pour monter dans des barques. La vue du château est plus qu'impressionnante et un élève manque de tomber à l'eau à cause de la surprise. T'es séparé de tes camarades sans comprendre comment et tu montes dans l'une des barques aux côtés d'un inconnu. T'as pas envie de lui parler alors tu restes muet pendant toute la traversée, le ventre noué. Une fois entré dans le château tu suis la masse sans réfléchir. T'as l'impression de rêver éveillé. Quelqu'un explique ce qu'il va se passer mais t'écoutes que d'une oreille, regardant autour de toi comme si tu venais de recevoir un coup de massue sur la tête.
Et puis soudainement un visage familier émerge de la masse. Comme la lumière d'un phare en pleine nuit de tempête.

C'est Charlie. Charlie la petite fille pauvre, Charlie la petite fille de l'autre clan à l'époque où tout était encore simple.

Elle s'approche de toi sans réfléchir, s'accrochant à ta présence comme à une bouée de sauvetage. C'est la seule à bouger dans cette masse sombre et quelques regards réprobateur se posent sur vous. Qu'importe. Tu t'approches aussi, vos querelles d'enfants oubliées rapidement. Plus rien ne compte en cet instant précis. Tu te fiches bien qu'elle soit pauvre, que son père soit un drogué, que vos clans de gamins se disputaient. De toute façon tu as grandis, t'es plus le même idiot qu'il y a deux ans. Maintenant t'es un sorcier, et visiblement elle aussi.
Elle te demande ce que tu fais là et la question te prends de court quelques secondes. T'as peur qu'ils se soient trompés et te renvoient chez toi mais tu te dis que c'est stupide. Il n'y a pas d'erreurs, ta place est ici.  

— « Je ... Je suis un sorcier. »  

Tu as dit ces mots des milliards de fois cet été mais les prononcer ici, devant Charlie, leur donne une toute autre dimension.

— « Toi aussi ? »

Et forcément qu'elle aussi est une sorcière, mais tu peux pas t'empêcher de poser la question. Parce que t'aurais jamais pensé que Charlie en serait une aussi.  
   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 




Dernière édition par Alec O. Fawkes le Mar 15 Mar - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 13 Mar - 21:45


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Il a l’air aussi apeuré que moi ce qui ne me rassure absolument pas. La coïncidence est incroyable : quelle est la probabilité pour qu’Alec soit là lui aussi ? Je veux dire, ça aurait pu être n’importe qui, mais l’ennemi n°1 de mes jeunes années (d’accord, je n’ai que onze ans mais tout de même) ? C’est incroyable. D’accord, j’ai aussi mis nos querelles de côté, disons que je n’y prête plus franchement attention tant cela me semble déjà ridicule. Je n’arrive pas à sa voir si je suis contente qu’il soit là ou non. Peut-être bien que oui, mais sa peur me tétanise un peu plus. J’ai envie de fuir, de l’attraper par la main (même si l’idée de le toucher me répugne, sans vraiment qu’il y ait de raison) et de fuir. De lui hurler qu’on n’a rien à faire là et qu’on devrait chacun rentrer chez soi : lui dans son palace, moi dans mon taudis, ou même l’inverse peu importe. Il me regarde avec ses yeux de merlans-fris, sa coupe approximative et son manque d’assurance à peine dissimulé, et le pire c’est que vois, dans ses yeux, que je ne suis pas mieux.

Je me fiche éperdument des regards que l’on nous adresse, à vrai dire, j’hésite même à leur dire de se mêler de leurs affaires mais je me contiens : à peine arrivée, je ne veux pas me faire remarquer. Je sais très bien que malgré moi, ça arrivera bien assez tôt. Sa réponse est évidente, autant que sa question. C’est bizarre d’avoir des interrogations aussi stupides non ? Je veux dire, sa présence ici est évidente, il ne va pas venir pour être embauché en tant que jardinier. Mais j’ai besoin d’entendre qu’il est sorcier, besoin de dire que je le suis aussi alors que je le crois à peine. D’accord, j’ai fait quelques trucs étranges, sans m’en rendre compte et sans le vouloir mais tout de même, ça peut très bien être une réaction paranormale qui ne vient pas de moi ? C’est comme ça que j’avais essayé de convaincre mon papa. Il m’avait simplement répondu que pour une enfant de 11 ans, j’utilisais très bien le mot paranormal. Oui, avoir une conversation complète avec lui relève de l’exploit.

« Oui bien sûr que moi aussi je le suis. » Je ne sais plus si mon ton est agressif, calme ou surexcité. J’ai terriblement besoin de parler de tout et rien, terriblement envie de dire tout ce qui me passe par la tête. Et bien entendu je vais le faire, parce qu’après tout, je suis incapable de me contrôler et surtout je n’en n’ai aucune envie. J’ignore royalement ceux qui nous observent et je ne sais même plus ce qui se passe, je crois qu’on avance, que chacun va être appelé. Je sais aussi que je ne vais pas être appelée dans très longtemps vu mon nom de famille mais peu importe. Après tout, il n’est écrit nulle part qu’il faut rester silencieux, et puis si quelqu’un nous l’a dit, je ne l’ai pas entendu. « Mais enfin toi un sorcier ? J’en reviens pas. T’as rien d’exceptionnel pourtant. » Enfin, moi non plus, mais ça, il me le dira sans aucun doute. Je regarde ce qui m’entoure, oubliant instantanément Alec. Il faut dire que le décor est saisissant, je découvre la Grande Salle avec émerveillement mais je m’en détache tout aussi vite pour me retourner vers Alec avec que le choixpeau commence à hurler les noms de maison. Suis-je la seule dégoutée par cet objet qui passe de tête en tête ? « À tous les coups, on va encore être dans des camps différents alors on pourra toujours se retrouver après non ? » Je déteste l’avouer mais au final, je crois bien que j’aimerais l’avoir dans les parages pour me réconforter un peu.
Comme quoi je ne suis pas de ce monde mais il n’est pas complètement différent du miens.

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mar 15 Mar - 16:43




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes

T'as quand même bien du mal à croire qu'elle soit là, Charlie. Avec ses grands yeux effrayés et sa robe de sorcière un peu moins noire que la tienne. Tu te demandes d'ailleurs si elle l'a acheté d'occasion, sa robe. A l'époque (Dire à "l'époque" te donnais un air assez adulte) elle avait jamais de vêtements vraiment neufs sur son dos, alors tu supposes que là c'est pareil. Toujours à porter des vieux jeans troués ou délavés et des hauts aux dessins abîmés. Alors forcément, toi et tes amis, ça vous donnait une bonne raison de vous moquer et de faire la guerre à son clan à elle. Ecole privée contre école publique, toutes les deux séparées par un simple parc.
Mais la vérité, c'est que tu sais trop rien sur cette fille. Tu sais juste qu'elle vit seule avec son père bizarre toujours à coté de la plaque. Tu l'as vu qu'une seule fois lui d'ailleurs, au parc. Il venait la rechercher (D'habitude il venait jamais la rechercher) et avait l'air totalement à côté de ses pompes. Et t'as eu beau te creuser la tête, t'as jamais réussis à comprendre ce qu'il se passait chez elle. Alors t'as rangé ça dans la case "Mystère Charlie."
Au fond vous êtes sûrement pas si différents que ça l'un de l'autre, vous êtes juste tombés dans deux camps différents. Toi et ta famille d'idiots riches, elle et sa famille d'idiots pauvres. Une famille qui vous détruits mais que vous pouvez pas arrêter d'aimer pour autant.

Et voilà que vous êtes de nouveau face à face, à l'autre bout de l'Angleterre, dans un château pour sorciers. Elle et toi, toi et elle. Tu remarques à peine que vous êtes en train d'avancer tellement tu es concentré sur sa personne, suivant la masse par instinct. Au fond ça te fais du bien de parler, même si c'est avec elle. Tu fais une petite moue alors qu'elle te lance une première pique, secrètement soulagé de retrouver ce semblant de normalité ici.

— « Parle pour toi. T'es encore moins exceptionnelle que moi. »  

Oui, ça fait du bien. De lui répondre, de l'embêter. C'est comme être de retour au parc, à côté de vos écoles. De vos vraies écoles. Celles du vrai monde. Parce que même si t'es un sorcier, même si tout ça est bien réel, ça paraît tellement faux malgré tout.
Tu te tais un instant pour lever les yeux vers le plafond enchanté. T'as lu dans un livre quelque chose à ce sujet mais le voir en vrai est une chose totalement bluffante. C'est vraiment magique. Tu butes dans l'élève en face à toi alors que vous vous stoppez tous et tu bafouilles des excuses presque inaudibles. Tu vois rien de ce qu'il se passe parce que t'es encore un vrai nain et t'as pas envie de te mettre sur la pointe des pieds pour apercevoir un truc. Tu te doutes juste que le Choixpeau va commencer à répartir les élèves dans leur maison et t'espères secrètement que personne n'a de poux. T'en as eu une fois et plus jamais tu veux ça dans tes cheveux.

Et puis soudainement Charlie te parle à nouveau. Elle te dit que vous allez encore tomber dans deux camps différents et tu sais au fond de toi qu'elle dit vrai. Alors tu la regardes quelques instants sans rien dire puis tu lui souris.

— « Ouais, on se retrouvera après t'en fais pas. Je sais que t'as besoin de moi pour survivre ici, t'oses juste pas le dire. »

Tu prends un petit air supérieur, mais c'est pas pour te moquer. Elle le sait et avant qu'elle ne puisse dire quoique ce soit, son nom est appelé. Tu la pousses un peu vers l'avant parce qu'elle réagit pas de suite, tout en lui soufflant un " Allez, bonne chance ! "
Tu la regardes s'asseoir sur le tabouret et comme tous les autres, tu attends le verdict. Le Choixpeau finit par crier "SERPENTARD" et la table des verts se répands en applaudissement. Toi tu mords juste la lèvre et tu te demandes ce qu'il va se passer maintenant.
Une éternité semble se dérouler avant qu'on appelle enfin ton nom et intérieurement, tu plains les élèves au nom en Z. Rassemblant tout ton courage, tu avances et montes sur le tabouret d'un air nonchalant. On dépose alors le Choixpeau sur ta tête et tu l'entends te parler. (Tout ça est carrément dingue.) Tu réponds à ses questions en souriant, sûr de toi. Tu te laisses pas impressionner facilement, encore moins par une relique du temps jadis. Après un court moment le vieux bout de tissus finit par hurler son choix. (Oui, t'as vraiment l'impression qu'il hurle dans tes oreilles)

"GRYFFONDOR".

Tu descends du tabouret machinalement, un peu sonné. Tu cherches Charlie du regard en avançant vers ta table et tu lui fais un petit sourire à la fois contrit et heureux. Au final elle avait raison : Vous êtes encore dans deux camps différents, même ici. Identiques et pourtant si différents. Mais t'as promis de la retrouver après, alors tu le feras. Tant pis si vous avez pas le droit.
   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mer 16 Mar - 0:20


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Je souris alors qu’il me balance que je suis encore moins exceptionnelle. Ce n’est pas faux. Je sais qu’il dit ça pour rigoler mais je sais aussi que ce n’est pas faux. Quand j’étais plus petite et que l’on s’affrontait dans ce fameux parc, j’ai appris que pour certains, Alec était un peu spécial. Je n’ai jamais su pourquoi, mais moi, on ne m’a jamais dit spéciale. Bizarre oui, pas spéciale. Non, je ne le vis pas mal d’ailleurs et je n’en n’ai rien à fo.. faire d’ailleurs (pas de gros mots, papa en dit mais moi je n’ai pas encore le droit parait-il), de la façon dont ils m’appellent. Je suis sans doute plus bizarre qu’exceptionnelle et je sais qu’Alec dit ça pour rire et pour se détendre parce qu’il est à deux doigts de se faire pipi dessus, mais je ne peux pas m’empêcher d’y penser. C’est pour ça que je continue à sourire à mon compagnon d’infortune alors que j’entends le Choixpeau qui commence sa répartition. Oui, l’objet mythique me dégoute un peu. D’accord, je suis mal placée pour rechigner devant un chapeau un peu vieux, mais tout de même. Ma maison n’est pas très propre, mais je suis à peu près sûre que mon père n’a pas de poux. « Oh arrête j’étais la plus exceptionnelle des deux camps. » je dis n’importe quoi mais c’est pas très grave. Je ne suis pas sûre qu’il m’écoute de toutes les façons, et puis c’est pas plus mal comme ça. Il est encore capturé par le décor qui semble l’impressionner. Moi aussi je le suis, mais j’ai surtout déjà autre chose en tête. Je suis sûre que je continuerai encore longtemps à regarder cet endroit avec admiration mais pour l’instant, je n’y pense plus. Mon nom va bientôt être appelé, je m’en doute, alors je me tourne vers Alec pour lui donner rendez-vous.

En fait, je n’ai pas le temps de lui répondre que mon nom résonne déjà dans la grande salle. Il me pousse –comme si j’avais besoin de lui – et je pars donc en direction de mon destin. Ou presque, disons de ma maison, mais c’est déjà ça. Je marche ainsi jusqu’au fameux choixpeau qui finit donc sur ma tête. Je pense très fort aux poux qui doivent sûrement grouiller dans l’antiquité puante (pas si puante que ça d’ailleurs, je suis surprise). Je l’entends marmonner, et je me demande s’il ne réparti pas les élèves au hasard. Avec un peu de chance, ça tombe dans la bonne maison et puis les erreurs s’expliquent : un enfant ‘’unique’’, ‘’à part’’ ça ne se classe pas dans une catégorie, vous voyez le genre ? Pour moi ce choixpeau, c’est un peu comme les signes astrologiques chez nous, enfin chez les moldus. Mais j’espère quand même qu’il ne m’entend pas penser. J’ai un peu peur parce que je l’entends encore discuter tout seul et il n’a pas franchement l’air aimable, peut-être que je l’ai vexé. Le temps me parait long, incroyablement long et peut-être que c’est le cas. Finalement, il se met à hurler. « SERPENTARD ! » Et c’est comme ça que je me suis retrouvée dans le plus gros réseau de sang-purs de Poudlard. Plus tard, je me demanderai si le choixpeau était bourré à ce moment-là. En tout cas, chouette choix monsieur le Choixpeau. Peut-être qu’au final, c’est pour me punir de mes pensées. Je marche jusqu’à la table où on m’applaudit –c’est bien la première fois- alors je souris timidement, et je fais comme si j’étais ravie d’être là, comme si c’était normal. On me pose des questions sur mon origine, où j’étais avant, et puis rapidement je crois qu’ils se rendent compte qu’ils ont applaudis une né-moldu. Du moins certains. Peu importe, parce que c’est déjà au tour d’Alec.

C’est qu’il a presque fière allure, alors que je le traitais de gros naze quelques temps auparavant mais maintenant c’est différent, j’ai grandi. J’attends le verdict, tout en sachant déjà qu’il ne viendra pas à ma table. Un né-moldu ça passe, deux dans la même année ça devient gênant. C’est bon avec moi Serpentard a eu son quota jusqu’à l’année prochaine. « GRYFFONDOR ». Je souris encore. Gryffondor, de ce que j’ai lu, ça lui va bien. Gryffondor, la maison opposée à Serpentard, comme quoi, on n’invente rien. Je regarde Alec qui me sourit et j’attends qu’il rejoigne sa table pour m’intéresser –un peu, pas de trop- à la mienne. L’adolescent en face de moi doit être en 4e année, autant vous dire que c’est un grand, il me demande si je connais Alec. « Bien sûr, on était à l’école prim.. ensemble. A l’école ensemble. » Et là deux solutions : soit il me prend pour une idiote, soit il sait que je suis qu’une moldu et que je n’ai rien à faire là. Vu son visage et vu ce qu’il dit à ses amis, c’est la deuxième option qui l’emporte. Alors j’essaie de l’ignorer et je n’ai qu’une envie : partir. Fort heureusement, tous les serpentards ne sont pas comme lui et certains autres prennent ma défense.
N’empêche que c’est une preuve de plus que je n’ai rien à faire là.
En tout cas, la nourriture est délicieuse et je me régale, je n’ai pas oublié que je dois retrouver Alec mais pour l’instant chacun s’occupe de sa nouvelle maison. Ce n’est que plus tard, alors qu’on visite, que je vois le groupe Gryffondor passer devant nous. Les préfets discutent et j’en profite pour aller avec eux : je me fiche des conséquences, après tout, je pourrai toujours dire que je me suis perdue et que je ne connais rien à ce monde parce que je suis né moldue… bon au final, j’appartiens peut-être bien aux Serpentards. Je cherche Alec et je ne tarde pas à le trouver, alors ni une, ni deux je le rejoins en bousculant peut-être une ou deux personne sur mon chemin. « « T’avais raison, je ne peux apparemment pas vivre sans toi. » et je m’esclaffe devant la bêtise que je viens de dire. « « Et apparemment j’avais raison aussi. On n’est définitivement pas fait pour être dans le même camp. » Je continue à sourire en regardant mon groupe s’éloigner.
Je m’en fiche pas mal à vrai dire, je préfère encore être avec Alec.

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Ven 18 Mar - 17:25




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes

Le repas est incroyable. T'as jamais vu autant de nourriture de toute ta vie et pourtant, tes parents t'ont traîné de nombreuses fois dans des soirées posh remplies de choses à manger. Tu peux d'ailleurs pas t'empêcher de souffler un petit "wow" en voyant tout ça, ce qui arrache un sourire à ton voisin de gauche.
Peu concerné par ce qu'on pense de toi et oubliant Charlie quelques instants, tu entasses donc le plus de nourriture possible dans ton assiette, bien décidé à tout goûter. Tu te fiches bien que rien n'aille ensemble puisque personne n'est là pour te reprocher quoique ce soit. Tu laisses même délibérément traîner tes coudes sur la table, jubilant intérieurement. Si ta mère te voyait, elle serait folle. Combien de claques tu t'étais pris pour t'être mal tenu à ta table ... Tu peux pas t'empêcher de sourire en réalisant que tout ça c'est fini.
Ingurgitant ton repas en vitesse, tu jettes un nouveau coup d’œil vers Charlie pour voir comment elle s'en sort de son côté. C'est quand même dingue qu'elle soit dans la même école que toi et tu peux pas t'empêcher de t'inquiéter un peu pour elle. Ce qui en soi est totalement stupide, parce que durant des années, vous avez passé votre temps à vous disputer. Seulement voilà, tu peux pas t'en empêcher. Charie c'est TON ennemie numéro 1, alors personne a le droit de la toucher. Le problème c'est que vous êtes pas de ce monde et de ce que t'as retenu en lisant des livres sur cette école, la maison Serpentard n'est pas celle qui est la mieux vue. Et si des idiots lui faisaient du mal hein ? Et si on la martyrisait ? Si elle tombait sur plus fort qu'elle ? Après tout vous y connaissez rien vous, à la magie.

— « Tu t'inquiètes pour ton amie ?  »  

Tu clignes des yeux et tournes la tête vers la fille qui vient de parler. Tu la connais pas mais elle a l'air gentille, avec ses grands yeux marrons et ses cheveux roux. Instinctivement, tu la contredis. Parce que Charlie n'est PAS ton amie.

— « C'est pas mon amie, c'est mon ennemie. Nuance. Mais oui je m'inquiète un peu pour elle ...  »

C'est totalement contradictoire mais la fille se contente de pouffer de rire. Tu penses qu'elle te comprends, mais t'es pas sûr. En tout cas elle relève pas et te rassures un peu. Elle te dit que Charlie va sûrement se faire des amis et que tout va très bien se passer, alors tu décides de la croire et de te relaxer un peu. Tu apprends rapidement qu'elle s'appelle Alaska et qu'elle vient d'une famille sorcière. Elle a un frère chez Serdaigle et un bel accent écossais. Tu dois admettre que tu comprends pas tout ce qu'elle dit mais elle est vachement drôle, alors tu passes le reste du dîner à lui parler.
Une fois les dessert terminés, les préfets de vos maisons vous font visiter le château. T'es absolument positif sur le fait que tu vas te perdre environ 607 fois mais tu trouves l'endroit magnifique. Collé à Alaska tout du long de la visite, tu sursautes quand une voix familière se fait entendre à quelques centimètres de toi.

Clignant des yeux, tu pouffes de rire en entendant Charlie. Bien sûr qu'elle peut pas se passer de toi, t'es essentiel à sa vie. Prenant un petit air supérieur, tu croises les bras contre ta poitrine, ancrant ton regard sombre dans le sien.

— « Evidemment que tu peux pas vivre sans ma merveilleuse personne.  » Tu souris, secrètement très heureux qu'elle soit revenue vers toi. « Et ouais, je dois t'accorder ça, t'avais raison. »

Au final ton groupe se remet à avancer et Charlie se fond dans votre masse, visiblement pas décidée à rejoindre ses camarades Serpents. Dans un sens tant mieux, elle est bien mieux près de toi.

— « Alors, t'as parlé à des gens ? Tu sais, peut-être que si on demande, tu pourrais venir chez les Gryffondors. J'veux dire, c'est un peu bête cette histoire de maison de toute façon, non ? Aigle, serpent, blaireau, lion ... Ça change rien.  »

Du moins à tes yeux, ça n'a aucun sens. Surtout que Charlie est pas si différente de toi, alors pourquoi elle a été placée là ? Dans cette maison totalement opposée à la tienne ? Peut-être que la Choixpeau s'est trompé, peut-être qu'il a confondu quelque chose ou qu'il est sénile. Après tout c'est pas impossible hein ? Les erreurs arrivent ...

   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 20 Mar - 19:58


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Je regarde à peine mon groupe s’éloigner : ça n’a pas grande importance. J’ignore si je les retrouverais sans mal, à vrai dire j’en doute très fortement. Ce lieu m’est complètement inconnu, les escaliers bougent, il y a des fantômes et des tableaux vivants : comment voulez-vous que je me repère dans un environnement si différent de ce que j’ai connu jusqu’alors ? C’est complètement impossible mais étrangement, ça ne me fait pas paniquer : j’ai tout le temps pour m’y habituer et je me fiche de me faire gronder pour l’instant le plus important est de conserver un visage familier autour de moi. Et le groupe des Serpentard est tout sauf familier pour moi. Je n’y suis pas à l’aise et je crois que beaucoup aimeraient me voir dans une autre maison. Je crois que mes origines moldues se sont déjà ébruitées : à peine arrivée je suis remarquée. Mais ce n’est pas de ma faute, je ne peux pas changer mes origines et pourtant ce n’est pas faute d’y avoir déjà pensé plusieurs fois. Rien que quand nous nous rejoignions : le gang d’Alec et le miens, j’enviais leurs vêtements flambants neufs, leurs gouter bien préparés, leurs parents souvent à l’heure. J’ai souvent détesté ma famille mais je sais très bien que je ne pourrai pas échanger. J’aime trop mes parents et mon père a besoin de moi : je crois que si je disparais moi aussi, il sera trop perdu pour survivre.

Je retrouve Alec tout en songeant que je ne suis pas sûre d’avoir déjà vu ses parents à lui aussi. Enfin je sais que sa famille est plutôt riche (ça se voit rien que sur ses vêtements), mais lui c’est encore différent de tous les autres enfants que je connais. Je me rends compte qu’en fait, je ne connais rien de lui : j’ai passé une grande partie de mon enfance à l’insulter, mais je ne sais pas qui il est. Enfin l’insulter… si un peu quand même mais gentiment vous voyez ? Je n’ai jamais rêvé de le tuer ou quoi que ce soit, Alec n’était pas mon pire ennemi… Enfin peut-être en fait j’en sais rien. Mais dans ce cas, je me demande pourquoi je suis contente de le savoir ici, à Poudlard avec moi. Sans doute parce que je suis seule, que je n’ai pas parlé 5 minutes qu’on me déteste déjà et que j’ai envie de rentrer chez moi. J’ai envie que mon père vienne me chercher et qu’on parte tous les deux loin de Poudlard, de la magie et de ses démons à lui. C’est comme ça qu’il appelle ses problèmes, il trouve ça plus parlant, c’est ce qu’il dit. Moi je comprends pas vraiment la différence mais j’utilise quand même les mots qu’il choisit, pour lui faire plaisir.

Je redeviens attentive, au moins trente secondes et je constate qu’Alec n’est pas tout seul. Lui s’est déjà fait une amie, une fille de sa maison qui a l’air gentille mais je préfère me méfier. Elle dégage une certaine bienveillance alors je décide quand même de rester. Par contre, je ne réponds pas à ses premières remarques : il ne fait que répéter ce que j’ai dit juste avant. Je sais bien qu’au fond, il est content de me voir : sinon il ne se serait pas gêné pour me le dire, ça aussi j’en suis sûre. J’avance en même temps qu’Alec et sa maison alors que j’ai perdu de vue la mienne depuis un moment maintenant, je hausse les épaules : tant pis. Je rigole en entendant sa remarque, j’espère au moins que même lui sait que c’est impossible : je veux dire, si je suis au courant, il doit bien l’être aussi. « C’est peut-être toi qui ne peut pas vivre sans moi en fait ! » J’ai rigolé encore parce que c’est un peu vrai vu sa remarque. . « Tu sais très bien que c’est pas possible, je ne suis pas comme toi c’est tout ! » Je fais exprès de ne pas répondre à sa première question parce que oui j’ai parlé à quelques personnes mais je ne crois pas les avoir convaincues. Sinon, je ne serai sans doute pas là. Je crois qu’on a monté des escaliers : bientôt les Gryffondors rentreraient dans leur salle commune et je serais une intru.
Comme d’habitude.

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mar 22 Mar - 23:16




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes

Tu sais pas trop si Charlie a le droit d'être là mais la vérité c'est que tu t'en fiches royalement. Tu préfères l'avoir à tes côtés et être sûr qu'elle aille bien plutôt que perdue dans une masse d'inconnus total. Au pire vous vous ferez disputer un coup et puis voilà, rien de bien terrible. T'as l'habitude qu'on te gueule dessus depuis tout petit alors c'est pas quelques réprimandes qui vont t'effrayer, bien au contraire.
Tu te remets donc à marcher en la collant un peu plus, par peur que quelqu'un l'attrape et l'emmène au loin. Au fond c'est stupide ta façon d'agir mais tu peux pas t'en empêcher. T'as besoin de la garder sous surveillance et tu comprends pas pourquoi. Après tout vous êtes même pas amis de base, alors pourquoi tu t'efforces à la garder près de toi ? Peut-être parce que c'est ton seul repère ici, ou peut-être parce que tu t'es attaché à elle au travers de vos disputes de gamins sans même t'en rendre compte. T'en sais trop rien et t'as pas tellement envie d'y penser pour être honnête, t'es trop fatigué pour ça. La seule chose qui te fait rêver en cet instant c'est ton lit et rien d'autre.
Toujours est-il que la visite du château te semble interminable et que t'as bien du mal à pas bailler toutes les 30 secondes. Il réalisent pas que toutes ces émotions fatiguent incroyablement un enfant de 11 ans ?  

— « Ouais c'est vrai, je suis bien meilleur que toi. Faudrait pas mélanger les torchons et les serviettes quand même. - Évidement je suis la serviette hein. Une serviette en soie, comme les draps de mon lit kingsize. »

Tu prends ton petit air supérieur MadeInFawkes™, histoire de faire comme si vous étiez de retour au bon vieux temps (Même si c'était l'année dernière) - sauf que t'as bien du mal à dissimuler ton sourire. Tu finis d'ailleurs par pouffer de rire, avant de bailler une énième fois, les yeux brillants de fatigue. Quand est-ce que vous allez pouvoir aller dormir au juste ? Surtout que t'as aucune idée d'où vous êtes, t'as juste l'impression que tout se ressemble ou presque. Des couloirs, des murs, des pierres, des tableaux, des marches ... T'as absolument aucune idée de comment retrouver ton chemin dans ce dédale de couloirs.
Mais d'un autre côté ça  te donne très envie de passer ton temps libre à explorer le château de fond en comble. Peut-être que tu pourrais faire ça avec Charlie ? Oui, ça semble être une très bonne idée.
Puis soudainement tu réalises quelque chose, un petit détail qui fait "tilt" dans ton esprit alors que tu montes les escaliers magiques.

— « Charlie ? Comment tu comptes retrouver ta salle commune au juste ? »

Tout ce que tu sais sur les Serpentards, c'est ce que t'as lu dans les livres. Tu sais que leur Salle Commune se trouve dans les cachots - Donc à l'opposé de la tour Gryffondor, mais tu sais pas où exactement. T'as beau avoir fait ton gros nerd en lisant tous tes livres de cours, t'as pas l'impression que ça va t'être très utile dans l'instant présent.
En tout cas ce qui est sûr c'est que tu la laisseras pas repartir toute seule. Tu refuses qu'elle se balade dans le château, à la nuit tombée et avec personne à ses côtés. Entre les fantômes, les armures, les tableaux et ces fichus escaliers qui bougent tout seul, c'est hors de question.
Et oui, t'as l'air d'un grand frère protecteur mais tu t'en fiches bien. Et puis après tout, peut-être que personne ne va remarquer la présence de Charlie et peut-être qu'elle va pouvoir se glisser dans le dortoir des filles l'air de rien. Toutefois tu dois admettre avoir de gros doutes à ce sujet et t'espères juste que vous trouverez une solution à ce léger problème. Après tout ce serait bête de se faire renvoyer du château dès la rentrée ... Mais tu doutes fortement que les professeurs puissent en vouloir à deux petits nouveaux perturbés par toutes ces nouveautés.


   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 27 Mar - 22:15


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Alec a pas vraiment changé, je m’en rend compte. Et pourtant, si un an plus tôt vous m’auriez dit que je serais contente de le voir, je crois que je vous aurai ri au nez. Alec et moi on est trop différent vous comprenez ? On ne vient pas du même monde. Enfin visiblement si, vu qu’on est tous les deux ici, à Poudlard. Je n’en reviens toujours pas, d’ailleurs, je pense encore que je vais me réveiller, comme tous les matins, dans mon lit. Que comme tous les matins je descendrai l’escalier et trouverai mon père endormi un peu n’importe où. Que comme tous les matins je ferai tout doucement et j’essaierai de grignoter une ou deux céréales. Que comme tous les matins je m’habillerai rapidement et je partirai, sans un mot. Malheureusement, la partie lucide chez moi sait très bien que tout ceci est la réalité. Je souris en entendant la remarque digne du Alec de l’année dernière. Un lit kingsize, je ne sais pas franchement à quel point c’est grand, et je n’ai jamais eu de serviette en soie. Certains me disaient qu’il devait exagérer sur sa richesse, à chaque fois quand on repartait chacun chez nous : je n’en n’étais pas sûre et je ne le suis toujours pas. Je crois que les enfants que nous étions avaient du mal à s’imaginer que quelqu’un puisse être réellement riche. On avait connu qu’une pauvreté relative, alors forcément, quand quelqu’un parlait d’un kingsize ou d’une serviette en soie on peinait à s’imaginer l’objet en question. Soit on fantasmait dessus et on l’idéalisait, soit on faisait comme si on s’en fichait parce qu’on n’arrivait pas à se le représenter.
Mais l’inverse devait bien être vrai aussi.

« Tes draps pourraient être en diamant que je serai toujours au-dessus Fawkes tu le sais bien. » Je souris moi aussi parce qu’au fond ça me fait du bien de retrouver le vrai Alec. Celui que j’aime tant détester. Il baille, alors forcément moi aussi, et même si j’ai mal aux jambes, je ne me sens pas fatiguée. Enfin oui et non. Je me sens fatiguée mais j’ai encore tellement d’énergie que je ne tiens pas en place. C’est toujours comme ça avec moi, c’est pour ça que tout le monde me trouve difficile à suivre : je cours partout et même quand je suis fatiguée je ne le suis pas. C’est bizarre hein ? Même chez les sorciers je crois que c’est bizarre, dommage.

Je rigole quand Alec s’affole : comment vais-je retrouver ma salle commune ? Aucune idée, mais ça ne m’inquiète absolument pas. Moi vous savez, tant qu’il y a de la lumière je peux bien me promener dans le château toute la nuit toute seule, ça ne me fait pas peur. Même s’il y a des fantômes et des tableaux qui parlent : ça ne m’effraie pas, bien au contraire. Je ne suis pas n’importe qui après tout. Alors je me tourne vers Alec avant d’oublier de lui répondre. « Ben, je vais chercher pourquoi ? » Je hausse les épaules alors que le groupe continue à avancer, et moi avec. Je sens qu’on va bientôt arriver à destination, et qu’à ce moment-là, je vais devoir faire demi-tours. « Et puis au pire je demanderai aux fantômes, ça va être marrant j’en suis sûre. » Je suis pas certaine qu’il soit d’accord mais c’est pas très grave puisque je vais le faire seule.
Je trépigne d’impatience rien qu’à l’idée de découvrir ce château toute seule, ce soir.

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mar 5 Avr - 12:44




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes


Pour info, un lit kingsize c'est vachement grand. Assez grand pour se perdre dedans et croire qu'on sombre dans un océan. Sauf que toi t'as pas de grand lit chez toi, juste un lit normal. Parce que même si t'es parents sont riches, un enfant a pas besoin d'un lit immense ou de draps en soie pour dormir la nuit. T'as juste dit ça pour rire et pour exagérer un peu. Après c'est vrai que t'as des cuisiniers et des femmes de ménages chez toi, mais c'est tout. Sûrement que beaucoup de trucs qui ont été dit sur toi sont faux. Mais c'est comme ça, les enfants ça s'imagine toujours des trucs de dingues.  
Toujours est-il que rien de tout ça n'est important à l'instant présent. L'unique problème qui se présente à vous est de savoir retrouver la salle commune de Charlie. Et par la suite la tienne, d'ailleurs. Tu te demandes un instant si briser le règlement dès le premier jour est une sorte d'exploit et ça te tente encore plus de l'accompagner du coup. Question de principe, parce que t'aimes désobéir plus que tout. Sûrement que ça doit être dans ton sang, tu peux pas t'empêcher de faire des conneries. Tu penses pas trop aux conséquences et de toute façon, peut-être que vous vous ferez pas prendre. Au pire, vous êtes rien que deux petits né-moldus complètement paumés et ça, ça fait une belle excuse.

— « C'est vrai que ça peut être drôle, ouais. »

Tu tournes la tête vers elle et tu lui souris doucement. Il t'aura pas fallu bien longtemps pour prendre une -mauvaise- décision mais t'es bien décidé à accompagner Charlie jusqu'aux cachots, quitte à pas dormir de la nuit. Même si t'es fatigué, t'as encore assez d’énergie pour faire un peu d'exploration en sa compagnie. Le problème c'est que vous êtes presque arrivés devant ta salle commune et que ça va être difficile de se tirer en douce vu le nombre d'escaliers. Par chance vous êtes perdu dans la masse d'élèves ébahis et les préfets ne font pas franchement attention à vous, alors dès que l'occasion se présente, tu prends la main de Charlie pour la tirer vers l'entrée d'un couloir situé entre deux niveaux. Vous devez sûrement être au 6ème étage puisque, de ce que tu as compris, la salle commune des Gryffondors est située au 7ème. T'as pas vraiment laissé le temps à Charlie de comprendre ce qui arrivait et tu lui as imposé ta présence sans lui laisser le choix mais qu'importe. T'allais quand même pas l'abandonner maintenant.

— « Bon, on fait quoi maintenant ? On explore ou on tente de retrouver ta salle commune ? J'ai lu dans l'Histoire de Poudlard que la tienne est dans les cachots, donc en toute logique 'faut descendre.  » Tu réalises que tu as un peu trahis ton côté de gros nerd en disant ça, mais tant pis. « Personnellement j'ai bien envie d'explorer un peu. »

Tu prends un petit air supérieur, pas conscient des dangers que vous pouvez rencontrer ici. En théorie une école c'est supposé être sécurisé, même s'il y a des escaliers qui bougent tout seul, des créatures douteuses, des fantômes et d'autres choses auxquelles tu penses pas forcément. Au pire vous pourrez toujours frapper ou agiter votre baguette dans tous les sens dans l’espoir que quelque chose arrive si un problème se présente à vous.
   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 10 Avr - 18:45


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Je me demande souvent ce que ça fait d’être riche. Pas que j’en ai particulièrement envie, quoi que quand même parfois ça m’arrive, c’est juste de la curiosité. Qu’est-ce qui change vraiment ? J’ai bien sûr mon idée sur le sujet, mais au fond est-ce que c’est vraiment différent ? Sans doute que oui, et sans doute aussi que je ne le saurai jamais. Je ne m’imagine pas riche parce que je ne suis pas Alec d’abord et parce que je ne vois pas bien comment on devient riche. Et puis ça ne m’intéresse pas. En même temps, les adultes me disent que je suis encore jeune. Je ne suis pas vraiment d’accord, 11 ans ce n’est pas rien. Onze ans. C’est vieux non ? Ça fait onze ans que je vis, et on me dit que je suis toute jeune, encore qu’une enfant… Bon c’est vrai que par rapport à McGonagall je ne suis pas très vieille mais enfin elle c’est pas du jeu, j’ai jamais vu quelqu’un d’aussi vieux. Bon ça faut pas lui dire parce que ça ne lui ferait pas franchement plaisir je pense mais c’est vrai quoi, elle est pas toute jeune elle.

J’abandonne mes pensées quand Alec m’attrape par le bras pour que l’on s’échappe de la foule de Gryffondors. J’adresse un sourire amusée à l’élève qui collait Alec quand j’ai débarquée. Désolée la rouquinette, mais c’est mon ennemi-ami avant d’être le tiens. Je ne cherche pas à comprendre jusqu’où Fawkes va m’emmener mais c’est pas bien grave. Il s’arrête un peu plus loin dans un couloir. Je ne sais pas du tout où on est mais je m’en fiche complètement de toutes les manières, j’ai encore du temps non ? Tout le monde rentre dans sa salle commune d’accord mais si je suis en retard c’est sans doute pas très grave. Enfin du moins je crois. Ça serait bête de faire perdre des points à sa maison dès le début. Quoi que, je m’en fiche aussi de ça en fait.

Je souris quand il avoue qu’il a dû dévorer une bonne demie-tonne de livres sur Poudlard. Ça ne m’étonne pas, et je crois que si j’avais pu, j’aurai acheté pleins de livres pour en apprendre plus sur cette nouvelle école sortie de nulle part. Mais je me suis contentée de ce que je pouvais trouver de pas trop cher. D’accord parfois être riche ça devait être pas trop mal quand même. « Ok l’intello c’est bon je sais que tu connais les plans de Poudlard par cœur. » Je lui fais un clin d’œil parce que quand même c’est trop tentant de se moquer de lui. Mais ce n’est pas méchant et il le sait, c’est juste les habitudes qui reviennent : une fois le soulagement de trouver dans ce lieu inconnu un visage familier, il faut bien revenir à ce qu’on faisait l’an dernier, non ? Enfin moi en tout cas ça m’amuse et je suis sûre que lui aussi. « Alors emmène nous n’importe où, tu connais déjà cet endroit mieux que moi. » Et je lui prend le poignet à mon tour pour qu’il court avec moi dans n’importe quelle direction. Je ne sais pas où il va et sans doute que lui non plus en fait, malgré tous ces livres mais c’est pas grave, on aura tout le temps de retrouver notre chemin plus tard.


_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mar 12 Avr - 17:45




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes


En vrai t'as aucune idée de quoi faire ou de où aller mais tu fais plutôt bien semblant. Tellement bien semblant que Charlie t'accorde toute sa confiance et décide de te suivre n'importe où. Elle te prend même le poignet volontairement, ce qui n'était jamais arrivé auparavant. (Décidément cette journée est vraiment incroyable.) Pas vraiment conscient des risques encourus tu décides d'allers vers la droite. Tu sais pas du tout ce qui vous attends de ce côté mais toujours est-il que ça te semble être le meilleur choix. (Sûrement parce que tu es droitier et que tu choisis toujours la droite. (Sauf en politique)) La vérité c'est que même si tu as lu des livres à propos de Poudlard, tu te souviens pas de tout. Et puis aussi il faut dire que la réalité est quand même bien différente de ce que tu as pu lire dans des livres, alors forcément niveau repères, c'est pas top.
Tu tires la langue à Charlie quand elle te traite d'intello et tu lèves le nez pour prendre un petit air supérieur, histoire de.

— « Pardon d'être cultivé moi madame. »

Et ça aurait presque pu le faire, si juste après tu n'avais pas trébuché contre une dalle légèrement surélevée.
Ouvrant de grands yeux, tu manques donc de t'éclater en beauté contre le sol, évitant de justesse la chute grâce à Charlie. Heureusement qu'elle te tenait plutôt fermement sinon tu pouvais dire bonjour à l'infirmier/e dès le premier soir et honnêtement, t'as pas trop envie d'avoir ça comme premier souvenir à Poudlard.

— « Bon, on va faire comme si on avait rien vu. »

T'as les joues un peu rouges mais tu fais comme si de rien était et tu continues d'avancer, longeant un couloir infiniment long. A mi-chemin tu peux pas t'empêcher de bailler encore un coup et pendant un bref instant, tu te demandes si tu vas pas passer ta première nuit sur le sol entre deux statues. Après tout vu comment vous êtes partis, ce serait pas impossible. En tout cas tu te sens vachement bien à cet instant : T'as l'impression d'être grand, libre et de pouvoir faire ce que tu veux de ta vie. Y'a pas tes parents pour te coller au cul et te faire 106 reproches à la minute et personne autour de vous pour vous empêchez d'avancer. En somme t'aimes déjà beaucoup Poudlard et si tu pouvais, t'y resterai bien toute l'année et tout l'été. Okay c'est peut-être un peu rapide de dire ça mais à cet instant précis, t'as vraiment cette sensation : Celle d'enfin appartenir à un endroit précis. Et c'est bizarre, parce que t'as jamais ressentis ça auparavant.

Malheureusement cette sensation de bien-être est vite interrompue par un drôle de bruit qui te fait sursauter. Quand tu te retournes tu te retrouves face à face avec un visage bien moche de fantôme vraiment laid. Lui tu l'as pas vu pendant le dîner et tu doutes qu'il soit gentil mais tu vas sûrement pas fuir en courant maintenant. Au pire t'es avec Charlie, alors il peut pas réellement vous arriver un truc, n'est-ce pas ?
   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Peeves
PNJ

avatar

PNJ




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mar 12 Avr - 23:22

L'ennui, l'ennui, l'ennui ! Tu t'ennuis drôlement toi, alors tu cherches quoi faire. Tu n'as même pas le droit d'accéder à la grande salle désormais, sinon le Baron a promis de se fâcher très fort. Tu n'as même pas le droit de faire un peu peur aux petits élèves. Pourtant tu ne veux pas leurs faire peur, en vrai, tu veux juste les embêter un peu ! Rigoler un coup quoi. Mais personne ne te laisses t'amuser, tu peux jamais rire. T'en as trop marre.

T'as fais le tour du château au moins 20 fois, et mais y'a pas tu trouves rien à faire. Tu geins, tu embêtes les tableaux. Tu les réveilles alors qu'ils s'endorment, tu en secoue même deux ou trois, juste comme ça. Et puis tu entends du bruit. Du bruit, de l'agitation, des gens ! Tu espères que ce sont des élèves, parce qu'hormis les professeurs les plus peureux, tu n'arrives jamais à faire peur à personne, sauf les élèves, les petits élèves. Tu flottes dans la direction du bruit, tu tournes et tu tombes nez à nez avec deux jeunes enfants. Tu fixes le garçon avec de grands yeux, en mode figé, et soudainement, tu cris. Fort.

— « AAAAAAAAAAAAH ! »

Et soudainement tu entends un jurons en français. Tu fronces les sourcils et tu tournes en l'air.

— « LES POISSONS LES POISSONS OUH I LOVE LES POISSONS !»

Maudissons l'élève qui t'as fais connaître la petite sirène. Tu leurs tournes autour, hurlant à plein poumons.

— « LES POISSONS LES POISSONS HIHIHI HONHONHON ! »

Tu fais une autre pirouette et commence à filer vers les escaliers. Tu continues d'hurler ces 2 mots, en boucle, riant de temps à autre et tu descends les escaliers en passant par la rampe. Tu espères que grâce à toi, ils auront des tas de problèmes ! Sacreubleu, what is this ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Jeu 21 Avr - 22:52


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Je souris et avec sincérité en plus. Je ne sais déjà plus pourquoi Alec me paraissait si insupportable il y a à peine quelques mois. C’est marrant comme en fonction des circonstances nos avis changent, non ? Je lui tire la langue en retour parce que quand même, il l’a bien mérité l’intello. Et puis, après s’être vanté, il manque de tomber en trébuchant sur un pavé, alors forcément, en héroïne que je suis-je le rattrape de justesse. Et tout aussi forcément, j’éclate de rire juste ensuite. Je me contrôle difficilement et intérieurement, j’espère un peu qu’il recommence et qu’il tombe pour de vrai cette fois. Sans se faire mal bien entendu, je n’ai que moyennement envie de passer par l’infirmerie. Je n’ai même pas DU TOUT envie de passer par l’infirmerie. Pas le premier soir, ça le fait pas trop, je préfère encore attendre le lendemain pour me faire vraiment remarquer. Je calme un peu mon rire alors qu’Alec essaie de me convaincre que personne n’a rien vu. Sauf qu’il ment. Moi j’ai tout vu et croyez-moi, je ne compte pas l’oublier de sitôt.

« Non non on va pas faire comme si on avait rien vu. Je t’ai sauvé la vie. Et tu as été ridicule.» Je me mords l’intérieur de la joue pour essayer de ne pas rigoler à nouveau. C’est pas facile, il faut l’avouer quand même, mais qui peut résister à une chute ? Ou à un début de chute mais c’est un peu pareil. Je me demande si les adultes réussissent à ne pas rire dans ce genre de cas. Est-ce qu’on devient pas drôle en grandissant ? Je me pose souvent la question, parce que ça m’inquiète un peu. Souvent, je me dis que quand même, je ne suis pas si pressée que ça d’être grande. Ça a l’air chi… pénible. Non ça compte pas, je ne l’ai pas dit en entier. Et puis en vrai, quand j’en dis, papa ne réagit pas alors bon. Maman me disputait parfois, mais pas tout le temps. Mais je me suis déjà fait mal regarder par un adulte quand j’ai dit merde, tout à l’heure. Alors j’essaie de me retenir.

Je suis tirée de mes pensées par Alec qui se retourne et qui sursaute si fort que moi aussi, j’ai un geste de recul. C’est qui ou plutôt quoi cette horreur ? Il est vraiment moche. Et pourtant, des personnes moches, j’en ai déjà vu quelques-unes. Mais lui dans l’échelle du moche il est vraiment très moche. D’accord, c’est méchant. Mais c’est vrai. Ce n’est presque pas méchant si c’est vrai non ? Enfin bref. Il est laid. Il se met à hurler le truc. Hurler. Je plaque mes mains sur mes oreilles parce qu’il hurle un truc de poisson. « TA GUEULE ! » Là, je plaque mes mains sur ma bouche, parce que je ne me suis pas retenue. Mais parfois j’y arrive pas et puis c’est sacrément mérité. Le fantôme s’éloigne et je me tourne vers Alec, parce que j’ai crié fort et je pense qu’on va finir par être repérés. Je lui attrape le poignet et je l’entraîne en courant un peu plus loin. Je tourne à droite, à gauche, je monte, je descends… et je suis perdue. Alors essoufflée, je m’arrête. « Bon je sais pas toi, mais je crois qu’il va falloir se faire discret. » Après avoir repris mon souffle je me remet à marcher, incapable de rester immobile. Je ne cherche pas à savoir si Alec me suit où s’il est mort. Et comme je vois une ombre qui s’approche, je me plaque contre le mur.
Allez savoir ce que c’est.  

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Mer 27 Avr - 17:19




When everything frightens you, look up for a familiar face.


Charlie A. Carter & Alec O. Fawkes


T'as franchement rien vu d'aussi moche de toute vie. Même ta tante Gladys est moins moche que ce truc et pourtant, ta tante Gladys est vraiment très très très moche. (Et en plus elle pue l'alcool et le vieux)
Sauf que cette chose - ce fantôme ? Est vraiment d'une laideur impressionnante. T'as bien l'impression que tu vas en rêver cette nuit, ou plutôt en faire des cauchemars. (Si bien sûr tu rêves, parce que t'es tellement fatigué que tu risques juste de tomber sur ton lit et de t'endormir comme une masse.)  Enfin, toujours est-il que ce truc est fou en plus d'être laid parce qu'il commence à crier un truc en français super fort. Par réflexe tu bouches tes oreilles en grimaçant, pile au même moment que Charlie. Tu l'entends d'ailleurs crier un "ta gueule" et si la situation n'était pas aussi étrange, t'en rirais presque. Saut que cette créature te fais un peu flipper et que vu le bruit qu'elle fait, tu sens que vous allez avoir de gros ennuis. Après le truc positif, c'est qu'elle vous a juste brisé les tympans avant de simplement repartir d'où elle venait (Probablement dans un endroit sombre où personne peut voir sa sale tronche). Tu supposes que ça aurait pu être pire.

Tu déglutis et retires doucement  tes mains de tes oreilles, avant de regarder Charlie. Tu sais qu'elle a raison et que vous feriez mieux de vous tirer vite fait bien fait de là avant d'avoir de gros problèmes.

— « Oui je crois qu'on ferait mieux de partir vite fait. »

T'as à peine le temps de dire ça que des voix se font entendre non loin de vous. T'as aucune idée de quoi faire ni de comment agir alors tu regardes Charlie avec un air semi-paniqué. Rester là ou courir ? Au fond, c'est pas comme si vous saviez où aller ... Mais se faire attraper maintenant n'était pas non plus la meilleure des solutions. Merde, comme les grands disent. En plus t'as aucune idée de s'ils viennent par la droite ou par la gauche alors tu sais pas trop par où fuir.

— « Fais semblant de pleurer ! »

Tu lui demandes ça parce que tu sais que Charlie en est capable, elle le faisait souvent pour amadouer les autres au parc. (Fichu Serpentarde) -Alors rapidement, elle se met à pleurer et quelques instants après, deux professeurs (Enfin, sûrement  que ce sont des professeurs) apparaissent. Tu sais pas qui c'est et tu te souviens même pas de les avoir vu dans la Grande Salle mais qu'importe. T'affiches juste ton plus bel air paniqué et tu cours vers eux, les yeux brillants. (Au fond t'as peut-être un peu de Serpent en toi aussi)

— « M-Madame ! Monsieur, s'il vous plaît on - On s'est perdus et -et .. On voulait juste s-se dire au revoir et main-maintenant on est perdus et on sait pas où a-aller et un truc e-est apparu et il était moche et - »

Ouais, définitivement, t'aurais sûrement pu aller à Serpentard aussi. T'as franchement l'air au bord de la crise de panique et avec Charlie dans le même état que toi, forcément que les vieux vous prennent en pitié. Tu sais pas qui ils sont et ils ont beau dire qu'ils vont devoir parler à nos directeurs de maison, tu réalises pas trop ce que ça implique et tu t'en fiches même pas mal. Tu jettes juste des coups d'oeil complice à Charlie alors qu'ils se séparent pour vous raccompagner à vos salles communes respectives. Toi tu suis la dame et Charlie le monsieur.
Mais juste avant de partir tu décides quand même de faire un rapide câlin à Charlie, pour lui dire bonne nuit. Tu lui souffles un "A demain", avant de suivre rapidement la professeur qui te raccompagne vers ton nouveau chez toi. Vers ta nouvelle vie ... Et maintenant t'as plus vraiment peur, grâce à Charlie.
   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   Dim 8 Mai - 21:46


‘’We'll meet again, don't know where, don't know when, but I know we'll meet again.‘’
Alec&Charlie


Bien sûr, il faut que je me fasse remarquer dès le premier jour, dès les premières heures. Et ils n’avaient pas finis d’entendre parler de Charlie Carter. Mais c’était un peu prévisible parce que je me connais, je sais que d’une façon ou d’une autre je me fais remarquer. Je sais que dans la classe, quand quelqu’un se prend une punition sans vraiment savoir pourquoi, c’est moi. Je sais que le coupable idéal quand une bêtise est faite mais qu’on ne sait pas par qui, c’est moi. Je sais que l’élève qu’on envoi au coin pour ne pas le « pendre par les pieds au plafond » (d’ailleurs à moi d’être sorcière, je vois pas bien comment la maitresse pouvait s’y prendre, mais elle ne me l’a jamais dit, ça m’énerve un peu de pas savoir), c’est moi. Bref vous voyez un peu, sur mes bulletins, c’est pas la joie. Mais le premier jour, j’arrive à un peu donner l’illusion d’être calme normalement. Normalement, parce qu’en plus si un élève, Alec Fawkes pour pas le nommer, m’encourage dans ce que je sais pertinemment être une bêtise, forcément que je suis repérée dès le premier jour. C’est pas très grave, on ne doit pas risquer grand-chose à se balader tout seul et de nuit dans ce grand château inconnu.
Ou peut-être bien que si, mais étrangement, je m’en fiche.

Finalement, on est quand même rattrapé par des professeurs. Heureusement Alec a un peu de sang Serpentard en lui parce qu’il m’ordonne de pleurer. Et même si j’aime pas trop obéir aux ordres, surtout quand ils viennent de mon meilleur ennemi, je m’exécute et aussitôt, je me transforme en une fontaine de larmes. Ne me demandez pas comment j’ai fait, ce sont de longues heures d’entraînement intensif dont je ne suis pas peu fière. Faut dire que j’ai souvent dû me débrouiller un peu seule alors savoir verser quelques larmes c’est jamais de trop. Je ne sais pas pourquoi les grands sont attendris quand je pleure. Parce que je suis plutôt moche à voir quand les larmes coulent autant que la morve. Mais bon, le plus important c’est que ça fonctionne. Et une nouvelle fois la technique de la fille en pleurs fait ses preuves, même si je dois avouer que je suis aidée par Alec qui s’en tire parfaitement dans son rôle d’enfant apeuré. On fait une sacré équipe mine de rien, j’en serais presque fière.

Les professeurs ne nous grondent même pas. Ils vont juste en parler à nos directeurs de maison, mais je dois avouer que je m’en fiche complètement. Je ne sais même pas ce que ça veut dire alors comment ça pourrait m’inquiéter ? Avant de nous reconduire, Alec vient me faire un câlin et même si je me crispe un peu à cause du contact forcé, je suis contente qu’il me dise à demain. Je suis contente de savoir qu’il est dans le coin. Alors je pars de mon côté avec le monsieur qui me demande quand même comment on a fait pour s’éloigner autant. J’invente une histoire inspirée de nos aventures qui semble le satisfaire. Finalement j’arrive au dortoir et alors que j’essaie en vain de m’endormir, je repense à cette belle arrivée au château.
Qui aurait cru que je serais si heureuse de la présence d’Alec ?

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: [Flashback] New world - Alec O. Fawkes   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Flashback] New world - Alec O. Fawkes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CNN: Food prices rising across the world
» Vente Elysien Forge World (GI)
» Rock My World
» Forge World
» Nouveauté Forge World

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Le Château. :: La Grande Salle-
Sauter vers: