Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Arthur W. Brent
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?   Ven 25 Mar - 22:40



Being in the closet can be harsh, because people are assholes.


Arthur William Brent & Jonathan Shepard

Tu étais crevé. Tu voulais juste te glisser entre tes draps, dormir. Oh oui, dormir. Tu avais l'impression que tu n'avais pas dormis depuis 2 jours. Ce qui était en réalité vrai. Parce que la tête en l'air que tu étais avait complètement oublié ce devoir important à rendre en Potion. Et il te fallait des notes impeccables en potion, puisque tu voulais faire Auror. Tu devais faire Auror. Alors tu t'étais battu pour le finir à temps, abandonnant l'idée de sommeil pour survivre au café. Et cela avait assez bien marché, jusqu'à ce que tu te souvienne de l'horreur : Tu devais faire ta ronde de préfet ce soir là. Il était approximativement 23h, et à minuit, enfin, tu serais libre. Une petite heure de plus, et tout allait bien se passer.
Tu traînes dans les couloirs, tu profites des torches pour voir, ta baguette au fond ta poche. Elles ne sont éteintes qu'à minuit, et là ça sera au tour d'un Professeur de faire une dernière ronde pour vérifier que personne ne traîne. Mais soudainement tu entends du bruit, alors tu va sagement vers sa source. Tu te prépare à retirer quelques points, à menacer de plus si la personne ne t'écoute pas, et à simplement le/la raccompagner jusqu'au dortoir. Tu tombe sur un gryffondor de 7e année. Tu l'as déjà vu une ou deux fois, mais ça ne t'as jamais vraiment marqué. Tu t'approches de lui, tu retire 5 points à sa maison et l'invite à se diriger avec toi jusqu'à son dortoir. Il te regarde, te dévisage et te réponds que non, il n'ira pas. Tu fronce les sourcils.

— « Should I take out more points ? Or threat you to tell your head of House ?»

— « Yeah ? And should I tell everyone that you're nothing more than a big faggot Brent ?»

Tu ne peux pas t'empêcher de te figer. Tu te raidis, tout ton corps se stop. Un frisson pur t'envahit. Tu as peur. Pourquoi ? Parce que tu sais que dans ce château, l'homosexualité n'est pas à l'ordre du jour. Que dans le monde sorcier, les homosexuels ne sont pas appréciés. Que l'homophobie est bien présente. Tu pourrais très bien subir de grosses conséquences si cela se savait. Et tu ne comprends pas comment il peut le savoir. Tu essaie de rester calme.

— « I don't know what you're talking about. Please follow me to your dormi..»

Tu n'as pas le temps de finir qu'il t'a déjà prit par le col pour te plaquer au mur. Ta poche, et donc ta baguette, se retrouve coincé dans ton dos avec le pli de ta robe. Tu es coincé. Tu le regarde avec de grands yeux, très légèrement en panique.

— « Oh shut it, cocksucker. You know i'm right. I saw you with Kendrick. You know i'm right. And if you don't want the whole castle to know you like dicks, you're going to do what I say !»

Tu palis encore plus, si c'est bien possible. Comment ça, il t'a vu avec ton ex petit ami ? Et comment ça, tu va devoir l'écouter ? Il est entrain de te faire du chantage ? Tu es complètement horrifié. Tu te met à prier que quelqu'un te sauve. Mais évidemment, il n'y aura personne. Ce serait trop beau.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?   Dim 27 Mar - 18:32



You're wellcome

Il faisait nuit. Très nuit. C'était le soir. Donc le soir il fait nuit. Mais j'étais dehors ? Pourquoi j'étais dehors ? Je ne sais pas.
La nuit était tombé sur Poudlard. C'est bien la nuit, c'est calme. J'aime ce silence, alors parfois, j'aime me balader nuit. C'est interdit, mais il suffit de ne pas être vu. Je suis quelqu'un de discret, et j'ai jamais eu du mal à me faufiler hors du dortoir après le couvre-feu. De toute façon je ne reste jamais longtemps. Je profite simplement des couloirs vide pendant quelques minutes. Je ne me suis jamais fait prendre encore. Je ne le fais pas souvent. Je suis un fantôme. Personne ne me voit. Ça ne change pas de la journée. On ne me remarque jamais. Ça me va très bien.
La nuit, les couloirs de l'école sont calmes. Loin de ce qu'elle peut être dans la journée, plongé dans un brouhaha incessant. Tout n'est plus que silence, bercé par les lumières des torches. Se retrouver seul avec ces vieux murs a quelque chose de rassurant. Ça m'a toujours apaisé. Alors quand j'ai passé une mauvaise journée, je file en douce.
Quoi que la journée cette fois-là n'avait pas était rude. A vrai dire, elle avait même été des plus banales. Une enfilade de cours plus ou moins intéressant, une suite de discussion plus ou moins stériles, et le soir était arrivé aussi vite que la veille. Rien de remarquable, pas même le repas. Mais après tout, pourquoi avais-je besoin d'une mauvaise journée pour chercher à me vider l'esprit ? Ce soir là, j'avais peut-être simplement envie de prendre l'air.
Alors j'étais sorti. Ma petite promenade c'était dérouler sans accroc. Comme d'habitude, je ne croisais que rarement âme qui vive. Il faut croire que j'étais quelqu'un de chanceux. Puis d'un coup, au détour d'un couloir, deux personnes. En fait, je les avais remarqués un peu plutôt. Quand on fait quelque chose de répréhensible, qui demande de la furtivité, la capacité de nos sens est décuplés. Surtout ceux des oreilles. Surtout quand deux personnes parlent plus loin. On entend. On ne fait pas forcément attention à ce qu'ils disent, mais on entend. Et j'avais entendu. Normalement j'aurais fuis. J'aurai disparu au loin. Je serai retourner dans mon dortoir. Je n'étais pas du genre à tenter le diable. Mais mon oreille avant capté une certaine intonation de voix. La curiosité m'avait poussé à aller voir ce qu'il se passait.
Du coin, j'apercevais juste un type qui en collait un autre au mur, et ça n'avait pas l'air très amical. Forcément, j'ai pas réfléchi, je suis sorti de mon coin, en bon petit gryffondor.

« Hey ! I'm pretty sure you're not supposed to push your friend on the wall like that ! It's not...cool. At all. »

J'avais fait preuve d'une répartie irréprochable. Mais bon, c'était la nuit, j'étais un peu fatigué, et puis, il m'était venu d'un coup à l'esprit que me montrer comme ça risquait de me nuire à moi aussi.





_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arthur W. Brent
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?   Jeu 31 Mar - 23:26



Being in the closet can be harsh, because people are assholes.


Arthur William Brent & Jonathan Shepard

Ce n'était pas normal, bien sur. Pas normal que tu ai si peur qu'il le raconte à tout le monde. Pas normal qu'il puisse utiliser ta sexualité comme une menace. Sauf que dans le monde cruel d'un lycée, dans une société quasiment retardé, il y avait de quoi te foutre la chair de poule. Tu imaginais mal ce que tu pouvais subir si cela venait à se subir. Et certes, parfois, tu repensais à ces quelques garçons, ces quelques filles, qui eux osent, s'affichent. Mais toi, tu n'es pas assez courageux. Toi tu n'es pas comme ça. Peut-être qu'au fond tu as un peu honte, d'être ce que tu es. Peut-être que tu aimerais être différent. Peut-être, oui, que tu as essayé vraiment très fort d'aimer les femmes. Peut-être que tu finiras par te forcer. Parce que tu ne veux pas décevoir ton père, qui aimerait tant des petits enfants. Parce que tu as peur de la réaction de tes grands-parents, encore coincé dans cette logique d'avant guerre. Peut-être que ça sera comme ça pour ton avenir entier. Peut-être que tu finira Auror, marié, avec 3 gamins.
Peut-être que tu finiras par haïr ta vie comme pas possible. En attendant, tu te contente de te haïr toi.

Mais tu n'as pas le temps de te maudire là. Là, tu réfléchis à une solution, à un moyen. Céder à son chantage et lui jeter un sortilège ensuite ? Le rapporter à un professeur ? Non. Tu ne feras pas ça. Tu le sais bien. Dans le premier cas, tu risque de te faire prendre. Dans le deuxième, tu devrais en parler. Non, tu dois réfléchir à autre chose. Tu ne réponds donc pas au connard en face de toi, tu essaie de te concentrer. De rester focus. Et peut-être que tu te crois condamner à devoir obéir à ce type. Peut-être que tu penses que c'est finis.

Quand une voix soudaine retenti. Tu tournes la tête, et tu observe son possible sauveur. Tu te met à prier, Dieu, Merlin, n'importe. Quelqu'un. Pour que ce type là t'aide. Putain tu ferais n'importe quoi pour qu'il t'aide. Tu souffles un peu alors qu'il s'écarte légèrement de toi pour fixer le nouvel arrivant. Tu espères, tu espères tellement fort, alors que la voix de ton bourreau retentit dans le couloir.

— « Good for me that I'm not friend with a faggot like that. And that's none of your business. Go the fuck away.»

Tu fermes les yeux à l'insulte. Tu hésites, tu ne sais même pas si tu dois la nier ou pas. Tu ne sais pas quoi faire. Tu ne sais pas comment t'en sortir. Tu es tellement à sa merci. Tu fais pitié.
T'es qu'une pauvre tapette. Peut-être que t'as juste enfin ce que tu mérites.
Peut-être que ça aurait été différent si on t'avait pas mit ces principes à la con dans le crâne.
Peut-être. Si. Le problème restait le même. Tu te haïssais, et le sentiment était partagé par d'autres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?   Ven 1 Avr - 1:32



You're wellcome

La nuit, les couloirs sont censés être tranquille, habités de seuls quelques privilégiés. C'était bien la première fois que je tombais sur une altercation à une heure pareille. Je n'aimais pas ça. C'était toujours le coup à être embarqué dans un truc qui ne vous concerne pas. Je sentais le coup fourré et en même temps, je pouvais pas m'en aller comme ça. C'était pas... très éthique, même si l'embrouille finissait mal.
Je crois que j'ai pas pu m'en empêcher. Je m'étais approcher des deux lascars pendant que le nerveux me répondait, histoire de mieux les voir, et puis genre de savoir à qui j'avais à faire. Quitte à me foutre dans la merde, autant que ce soit avec des visages connus. Avec un peu de chance, on allait gentiment chacun rentrer chez nous très rapidement.
Mais le coup de poing était parti sans que je le contrôle. Je sais pas, une soudaine envie. J'étais peut-être un vrai gryffondor après tout, de ceux qui agissent contre l'injustice ou tout le blablabla. Les supers héros de Poudlard. Tu parles, j'avais même pas vu que l'autre était un camarade de maison. Je lui avait juste décocher un pain dès que j'avais entendu l'insulte. Ce qui était complètement con, d'autant que j'avais même pas ma baguette sur moi.

« Oops ! Sorry. »

C'était censé être une courte promenade, sans histoire. Une petite sortie que personne remarquerait avant une bonne nuit de sommeil. Et à la place, je m'étais engouffré dans une histoire qui n'avait rien à voir avec moi, en risquant de me prendre n'importe quoi dans la gueule sans avoir rien pour me protéger.
Au final, je ne m'étais même pas préoccupé du type qui devait être la victime. En même temps, lui même n'avait pas réagit, à n'y rien comprendre. Généralement, on reste pas planté là quand on se fait emmerder. A part si on a peur, qu'on est faible. Je savais pas, j'l'avais pas bien regarder. J'avais même pas vu que c'était le préfet de serdaigle. Heureusement d'ailleurs, ou malheureusement, je ne sais pas, mais si j'avais vu que c'était lui... J'aurais peut être pas agit tout de suite, et j'aurais peut être pas foutu ce poing. J'veux dire, un préfet, c'est censé être assez fort, ou au moins autoritaire pour s'en sortir. Mais là. Incompréhensible.
Je n'avais même pas fait le lien entre l'insulte et la situation du grand préfet. C'était tellement facile à sortir pour attaquer n'importe qui de n'importe quoi que ça ne désignait même plus forcément ce que c'était censé désigner. Tout ce que j'avais fait, c'était réagir, un peu violemment, à un con qui s'en prenait à.. un truc qui réagissait pas.
D'ailleurs c'est en me retournant vers lui que j'ai reconnu sa tête, au préfet. Et je l'ai regarder, interloqué. Il savait pas se défendre tout seul ?






♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥

_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arthur W. Brent
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?   Lun 9 Mai - 18:49



Being in the closet can be harsh, because people are assholes.


Arthur William Brent & Jonathan Shepard

C'est une énorme chance pour toi d'être tombé sur un gryffondor à sang-chaud. C'était peut-être un cliché, mais tu doutais de la capacité des autres maisons à envoyer leur poing voler dans le nez d'un connard d'homophobe aussi facilement. Tu aurais pu être chanceux et tomber sur un serdaigle, un camarade t'aurait sûrement aidé aussi. Tu doutes de la plupart des Serpentard, en particulier un petit groupe qui n'a pas l'air très fiable. Les Poufsouffle.. Tu connais peu de poufsouffle qui sortent aussi tard le soir.
Alors ta chance était là. Dans le fait que malgré que l'insulte te soit adressé, l'autre ai ressentit le besoin de réagir. Le fait que ça aussi, ça t'a fait réagir.
Parce que oui, en entendant le bruit de l'impact entre son poing du héros et le nez du connard, tu rouvres les yeux. Tu réfléchis vite, tu n'attends pas qu'il réponde à l'excuse sarcastique de l'attaquant et tu lui envois un coup dans les genoux, tu le repousses sauvagement et tu sors ta baguette alors qu'il tombe au sol. Tu le menaces un instant, mais tu réfléchis peu avant de lancer ton sort.

— « Obliviate !»

L'éclair de ta baguette se répercute sur sa tête, et tu te concentres sur les souvenirs à enlever. Plus de toi entrain d'embrasser un garçon. Plus de toi entrain de te faire menacer. Plus de chantage. Tu baisses rapidement ton arme alors qu'il cligne lentement des yeux, tu la fourres dans ta poche et tu t'approches. Tu lui parles doucement, tu lui explique qu'il est tombé la tête la première sur les pavés et que c'est pour ça que son nez saigne. Tu lui conseilles d'aller rapidement à l'infirmerie, que tu ne diras rien sur le fait qu'il était dans les couloirs à cette heure. Tu fais preuve d'un sang-froid à toute épreuve devant ses yeux vides et perdu. Tu l'envois dans la bonne direction, tu souffles. Tu l'as fais. Tu as osé. Tu n'es plus en danger.

Ou presque. Parce qu'à tes côtés, un gryffondor est encore là, choqué de ton acte. Tu te tournes vers lui, tu le dévisages un peu.

— « Anything to say ?»

Tu as déjà la main sur ta baguette. Tu n'es peut-être pas encore Auror, mais tu es assez bon en duel. Tu sauras te débrouiller s'il se décide à t'attaquer. Tu n'hésiteras pas à lui lancer un sort à lui aussi, si ça peut te protéger.
Que Merlin t'aide.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Feat Jon - Thanks you, for.. Being a right human being ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» PV de Roxane || Chloé R. Evans ( feat Kristen Bell ) pris
» Just the same //feat Matt'//
» Ne t'inquiète pas, je serai toujours la pour toi. - Feat Femme Sianouille
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Words drifting in the wind ... (feat. Rafael Alvarez)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Le Château. :: Les Couloirs :: 4ème Étage-
Sauter vers: