Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Lun 4 Avr - 21:00




It's not easy having a good time.



feat everybody who's cool.

Toi et Charlie, unis main dans la main (ou presque) pour organiser l'une des plus grosses soirées de tout les temps, qui l'aurait crû ? Certes vous n'êtes plus des enfants et vous ne vous disputez plus pour rien depuis longtemps, mais tout de même - Personne ne l'avait vu venir celle là.

C'est toi qui avait eu l'idée, 3 semaines auparavant. Le château manquait clairement d'animation à ton goût et surtout, t'en avais plus que marre d'entendre de la merde sur les né-moldus et les personnes queers toutes les 5 minutes ou presque. Les sorciers avaient beau faire des efforts, ils étaient bien loin de la mentalité des non-sorciers en ce qui concernait les gays et les trans. (Déjà que c'était pas terrible côté moldu non plus) Et en ce qui concernait les élèves né-moldus, certains commentaires étaient franchement lourds et déplacés. Même si la plupart des gens s'en fichaient, encore beaucoup trop à ton goût pensaient comme des gros débiles.  
Et forcément, étant sûrement la personne la plus née-moldue et queer du château, il avait fallu que tu réagisses et agisses en conséquence. Alors quoi de mieux qu'une soirée 100% moldue recouverte d'un drapeau arc-en-ciel pour rapprocher les gens et briser les idéaux ? Sûrement rien.
Et tu t'étais tourné vers Charlie sans vraiment savoir pourquoi. C'était juste une évidence comme une autre et t'as pas cherché à comprendre pourquoi. Elle non plus d'ailleurs, parce qu'une fois l'idée lancée, vous avez juste travaillé ensemble sans vous poser la moindre question. Pas une seule fois Charlie n'a demandé "pourquoi moi ?" et de toute façon t'aurais pas d'autres réponses à lui fournir que "Parce que toi."

Après avoir placardé le château de flyers pour mettre au courant tout le monde, le jour J était finalement arrivé. Vêtu d'un magnifique corset, de porte-jarretelle et de talons haut, tu es fin prêt à lancer cette soirée avec classe et glamour. Tu te fiches bien de paraître trop moldu et trop gay, puisque après tout c'était le but. T'espères juste que du monde viendra et t'espères encore plus qu'Arthur pointera le bout de son nez. Si tu peux danser un peu avec lui dans cette tenue, autant en profiter ...
En tout cas, après avoir pillé la cuisine pour remplir cette salle de nourriture et ton excursion à Pré-au-lard pour faire le plein d'alcool, tu vois mal comment cette soirée pourrait mal tourner. Du moins tu penses pas une seule seconde que ça pourrait mal se passer.

   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Lun 4 Avr - 21:00


‘’Make up your mind sweet baby, right here, right now’s all we got.‘’
Everybody


Je n’avais jamais autant organisé une soirée, d’habitude, c’était toujours à la dernière minute. Vous l’aurez deviné, j’étais une pro de l’improvisation, alors oui c’était étonnant que tout soit si prêt à l’avance. Mais ça, c’était sans aucun doute à cause d’Alec, le co-organisateur et éventuellement cerveau de cette merveilleuse idée. Pour tout vous dire, il était rare que je puisse dire non à une soirée, alors forcément, quand il m’avait proposé de l’aider, j’avais accepté. J’ai souri quand il m’a annoncé le thème de la soirée, certaine que beaucoup ne seraient pas à l’aise avec tout ça. Mais il y a avait de quoi, déjà que les né-moldu étaient légèrement montrés du doigt, alors ceux qui en plus étaient gays… ça n’était pas mon cas, ayant une préférence affirmée pour la gente masculine. Mais Alec lui, devait se prendre des remarques assez souvent, que ce soit sur son sang ou sur son orientation sexuelle. Ce qui, je vous le concède, était complètement stupide mais ce n’est pas comme si la race humaine était brillante.

Enfin, l’essentiel était que nous étions le jour j et qu’Alec et moi nous étions associés pour offrir une belle soirée à qui le voudrait. J’avais placardé des affiches un peu partout, de préférence à l’écart du regard des professeurs, j’avais fait de la pub comme on pouvait et j’étais allée, moi aussi, faire le plein de bouteilles de manière plus ou moins légale. Parce qu’après tout, je n’avais pas non plus les moyens de tout payer, donc il avait fallu que je m’arrange mais je commençais à avoir l’habitude. Je m’étais également chargée d’amener ce qui était illégal : ça me dérangeait moins qu’Alec de toucher à ce genre de choses : question d’habitude sans doute. J’étais donc aux côtés de mon ancien pire ennemi, celui que j’avais détesté pendant toute une partie de mon enfance et que j’avais un peu appris à découvrir par la suite. On venait du même endroit, Alec et moi, simplement pas du même milieu, et pourtant nous nous entendions pas si mal que ça, enfin du moins quand on ne passait pas son temps à se chamailler. Je m’étais également occupée de la musique tout en veillant à soigner les goûts des jeunes et mettant donc en parenthèse les miens (ce qui, je l’avoue, m’a pas mal coûté).

Une fois prête, j’ai rejoint Alec dans la Salle sur Demande, souriant en le voyant dans sa plus belle tenue. Moi, j’étais plus soft, forcément. En talon, et robe assez moulante, je ne m’étais pas foulée. J’angoissais un peu, comme toujours, mais je savais qu’en avançant dans la soirée, je serais largement plus détendue. En soirée, il m’arrivait souvent d’oublier mon dégoût pour l’être humain alors souvent, je me laissais aller. J’adorais ça, pouvoir penser à autre chose que la possibilité d’être blessée par quelqu’un. Ce que j’aimais moins, c’était la façon dont je me laissais emporter par tout et tout le monde dans ces instants d’euphorie. Je regrettais souvent lourdement le lendemain mon attitude de la veille. Alors que j’y pensais, je nous ai servi un verre à Alec et à moi pour trinquer. « Bonne soirée mon grand. » Je lui ai adressé un clin d’œil avant de prendre une gorgée.
C’est parti.

_________________
Where do bad folks go when they die ?
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arthur W. Brent
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mar 5 Avr - 0:26



I came here only because they asked me.


Arthur William Brent & The Others

Tu ne sais pas pourquoi tu t'es finalement décidé. Peut-être était-ce parce que tu t'ennuyais un peu en cette soirée banale dans le château. Peut-être parce que tu avais besoin d'une bonne distraction. Peut-être parce que tu voulais lâcher prise après quelques devoirs compliqués. Peut-être parce que Charlie te l'avait demandé si gentiment.. Plus sûrement parce que tu t'étais souvenu des grands yeux de biches d'Alec au moment où lui t'avait demandé. Oui, c'était surtout ça au final. Parce que tu avais bien vu les flyers, tu avais bien dis "peut-être à ton amie, mais c'est bien lui, quand il était venu te voir plus tôt dans la journée qui t'avait décidé.
Après tout pourquoi pas ?

Tu avais donc relégué ta robe de sorcier au placard, au vu du titre de la soirée, et enfilé ton meilleur t-shirt de Guns, une veste noir, un chapeau, un jean troué et tes converses. Tu t'étais regardé dans le miroir, tu avais hésité à changer certains traits de ton visage. Tu avais hésité à quelle couleur pour tes yeux, quelle couleur pour tes cheveux. Tu ne sais jamais ce qui est mieux. Toi, ou quelqu'un d'autre ? Tu finis par abandonner. Au pire, tu changeras là bas. Au pire, tu ne resteras même pas.
En tout cas, tu espères ne pas te faire prendre. Un préfet en pleine soirée ? Ca ne ferait pas très bien pour le CV.
Tu hésites encore beaucoup sur le chemin. Tu fais demi tour, tu reviens. Et pui tu finis par oser. Après tout, même si c'est une soirée au thème gay, ça ne veut pas dire que tu l'es toi même, n'est ce pas ? Tu tentes de te rassurer, alors que la porte apparaît devant toi.

Tu souffles un dernier coup et rentre dans l'antre de la débauche pour la soirée. Des gens sont déjà là, forcément, tu n'es pas à l'heure. Mais la première chose que tu remarques, c'est Alec. Alec, en corset, en slip, en collant à maille et porte jarretières. Alec avec des talons à faire pâlir des filles courageuses. Alec qui visiblement, ne prenait pas à la légère le thème de la soirée. Tu ne peux pas t'empêcher de piquer un fard, en détournant le regard. Même s'il ne t'a pas vu le détaillé comme ça, tu es gêné. Tu es bien content de ne pas avoir croisé son regard.
Tu captes à peine la référence au Rocky Horror, ce film tu ne l'as vu qu'une fois et ce n'était pas le meilleur de ta vie, loin de là. Tu te détournes rapidement vers le bar. Tu te dis qu'un verre ne te feras pas de mal. Et tu espères que cette fois, tout se passeras bien.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ash G. Lynch
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mer 6 Avr - 19:45


The party’s on, we’re having a ball, We’re gonna leave a sting in your soul.


Ash aimait beaucoup quand des choses étaient placardées sur les murs : ça signifiait en général a: Une bonne manifestation pour la légalisation des frites au déjeuner. (... On a les revendications qu'on a. Et c'était totalement arrivé, une fois. Pas de sa faute, mais elle avait quand même manifesté, la cause lui semblait légitime.) b: quelque chose de pas défini qui faisait enrager les profs. De préférence bien salissant. c: quelque chose d'autre qui faisait tout autant enrager les profs.
Et comme souvent, l'option était la plus vague. On le dit pas assez, mais même les lunatiques aiment faire la fête. Même les pseudos-lunatiques tels qu'Ash. Et puis franchement, vu le nom de la soirée, vous croyez franchement qu'elle allait rester dans un coin à dessiner ?

Bon, c'était vrai qu'elle aurait pu. Mais alors, où aurait été la Ash - ou l'Ash, même si ça sonne grammaticalement incorrect - que les personnes connaissaient ?
Après des années de voyage autour du globe, à fréquenter des lieux où la culture magique n'était, pour certains, que des stupidités monstrueuses, là où l'intégration avait fait tellement de ravages qu'un sorcier était plus oppressé que toute autre minorité dans la patriarchie des pays développés, là où tous vivaient cachés (car ce genre de pays existerait toujours), elle avait pu constater que, l'un sans l'autre, rien n'allait. Les moldus avaient besoin des sorciers, et les sorciers des moldus. Et elle ne parlerait même pas de l'idée de créer un "Etat sorcier". Non mais.
Alors, quand on promouvait une des deux cultures dans l'opposé, elle était toujours là.
Le mélange des cultures, ça fait toujours du bien. Ca évite des choses comme l'Apocalypse... Les abrutis... Ou pas.
Quant à l'idée de Pride... Ses antécédents parlaient d'eux-mêmes.

Elle avait donc passé une bonne quarantaine de minutes devant son armoire, en tenant à bout de bras sa veste fétiche arc-en-ciel couverte de pins. En larmes, quasiment. Non, je suis désolée, je ne peux pas te prendre avec moi, ô glorieux autel de mes combats. Et dire qu'on en taxait d'autres de fous.
Après avoir vérifié que le temps, dehors, ne tournerait pas à l'orage - histoire qu'elle ne se mette pas à pleurer en pleine soirée, ça serait dommage -, elle se décida pour une tenue simple. Rien de trop flamboyant (elle avait ses cheveux, déjà. Duh.), la simplicité d'un pantalon sombre et d'un haut noir.
Et puis elle rejeta un regard vers la veste qui la suppliait du regard.
J'ai dit non !
Qui l'implorait avec son badge.
Non.
Qui vestait tristement.

Elle franchit les portes de la salle quarante-cinq minutes plus tard très exactement, les cheveux relevés en un chignon simple, quelques mèches retombant sur le côté droit de son visage pour chatouiller son cou, et sur ses épaules le coloré veston scintillait.
Bah oui, il avait tellement vesté qu'elle avait eu peur pour la santé de son glorieux autel comme elle l'appelait.
La salle avait déjà commencé à se remplir, de gens divers et variés, certains ici en ricanant déjà à l'entrée. Elle les garderaient au coin de son oeil, ceux-là. Des fois qu'ils veuillent manger des flyers par les fesses. Technique brevetée de fermage de clapet.
Etonamment, elle se sentait calme au milieu d'une foule. Peut-être parce qu'ils étaient, tous autant qu'ils étaient, gouttes d'eau d'une vague.
Elle n'avait qu'à suivre.
Se mêlant au flot grandissant lentement des arrivants, elle regarda autour d'elle, désespérée de voir quelqu'un qu'elle pourrait reconnaître, un léger sourire à chaque fois qu'elle croisait le regard d'un autre.
Mais si, ce fameux sourire Je te connais pas, toi non plus, mais bon. On va faire comme si.
Oui fin, c'était ce qu'elle pensait faire. Si ça se trouvait, elle ressemblait juste à une psychopathe souriant à tout le monde.  Et puis, elle n'allait pas non plus faire comme tout le monde et fixer du coin de l'oeil la personne étincelante en talons aiguilles, un air amusé dans les yeux.
Non mais voyons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité
Invité






MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mer 6 Avr - 23:57


Queer or Queen ?


Cindy était fin prête. Ses cheveux relevés et délicatement coiffés, elle était drapée d'une très belle robe de grand couturier que son père lui avait envoyé la semaine dernière. Par celle ci, elle arborait les couleurs de sa maison, le vert émeraude et l'argent. Retouchant une dernière fois ses lèvres rouges, elle prit ses talons hauts à la main et entreprit d'enfin descendre rejoindre Jana qui devait l'attendre depuis un petit moment devant la porte de la salle commune des Serpentards, dans les cachots. Agile et silencieuse comme un chat, elle se glissa le long des escaliers et rejoins la sortie en vitesse. Quand elle poussa la porte, ses yeux tombèrent sur la jeune poufsouffle. Cindy s'arrêta un instant, la toisant de haut en bas.

- How much did you paid for this dress ?
- Well.. I don't know ? Not much, i got it at a cool thrift Shop actually.
- Shhh.... Come with me.


Cindy prit la main de Jana et l'attira silencieusement jusque dans sa chambre. Sur le chemin, elle murmurait avec mépris que jamais elle n'oserait se présenter avec une robe pareille, que ce n'était quand même pas digne de Jana si elle souhaitait être amie avec Cindy. Elle fit s'asseoir la poufsouffle sur une petite chaise face à une jolie coiffeuse en bois blanc. Une de ses camarades de chambre leva une tête fatiguée :

- What the hell Cindy.
- Shut up.
- But what the fuck are you doing.
- A makeover.
- Oh cool.


Et la jeune femme dans ses draps vert s'assit dans son lit pour regarder cette procédure tout à fait admirable. Cindy fit se lever Jana et entreprit de la regarder sous toutes ses coutures, sans rien dire, sans un son. Les seules remarques qu'elle fit furent sur la robe. Mal coupée, mal cousue, elle ne mettait rien en valeur, la couleur était dépassée... Après un petit moment, Cindy se redressa et ouvrit un tiroir du quel elle sortit un considérable nombre de robes luxueuses sur des cintres noirs. Jana regardait tout cela avec un air impressionné dont la préfète de Serpentard se délectait en cachette. Elle lui fit essayer plusieurs de ses robes, en lui donnant mille contre indications. Jana se tortillait dans tous les sens. Quand soudain elle fini par porter la bonne. Cindy ajusta quelques ourlets et ajouta quelques bijoux à cette nouvelle tenue. Elle entreprit de changer la couleur de son maquillage pour l'accorder avec le reste et lui prêter une toute nouvelle paire de chaussures.

- Be careful with all that, i think it cost more than you do. Dit elle en riant.

Quelques minutes après, elles étaient en chemin. Jana marchait derrière Cindy, elle caressait le tissus soigné de son nouvel apparat et passait une main sur ses bijoux somptueux. La serpentard la voyait semi émerveillée comme une enfant, et semi perplexe. Mais elle savait qu'elle allait totalement s'y habituer, et beaucoup plus rapidement qu'elle ne le pensait. Très rapidement, elles trouvèrent la porte de la salle sur demande -on la trouvait toujours très vite quand on savait exactement où aller- et Jana s'apprêtait déjà à pousser la porte. Cindy se racla la gorge un moment. Sans bouger.

- What ?
- Didn't you forgot something ?
Dit la Serpentard en levant la paire de talons hauts qu'elle avait dans la main.
- Oh yeah, right.

Elles enfilèrent leurs chaussures et en grandes pompes, elles poussèrent la porte.
Immédiatement, le son se fit plus fort. Des couleurs, des gens, tout était flamboyant. Cindy laissa échapper un sourire. Dans tout ça, elle reconnaissait bien la patte d'Alec. Des drapeaux multicolores drapaient les murs et des slogans lumineux scintillaient de partout. Ce soir, on célébrait l'honneur d'être né.e moldu.e, et ou d'être Queer. Cindy s'était toujours dit qu'elle était beaucoup plus Queen, que Queer. La question de ne pas être hétéro, d'être... autre chose... elle ne se l'était jamais posé. Pas une seule fois dans sa vie. Pour elle regarder les filles et les garçons, c'était normal. Non ?
Revenir en haut Aller en bas

Nisrina Nastari
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Lun 11 Avr - 18:48




..Keep calm and be proud




Certes je suis à Serpentard, certes je suis issue d'une noble lignée de sorciers conservateurs et pourtant en voyant les flyers aux couleurs arc-en-ciel de la soirée «  muggle and pride »  je ne me suis pas posée la question. J'irai. Oui, j'ai toujours été fidèle à mes convictions, mes envies, mes choix et le plus important, à moi-même. Je trouve cela fort regrettable que l'on puisse encore de nos jours, dans ce beau pays, être discriminé et jugé en fonction de notre orientation sexuelle ou pureté du sang. Pour moi, il n'est pas question que je sois comme ces personnes étroites d'esprits. Non, ce pays est libre et par conséquent chacun est libre de faire ce que bon lui semble, comprenez ceci. Mon ouverture d'esprit et la jeune femme que je suis aujourd'hui, je le dois à mon cher père, sans qui jamais je n'aurais pu quitter l'Orient. Là-bas, ma vie était certes moins misérable que celle des femmes du peuple, mais à quoi bon, une prison reste une prison même si les barreaux en sont dorés. J'aurais certainement finis mariée à un Emir sang-pur. Nos vies sont dictées, contrôlées, épiées. La liberté n'existe pas. Les femmes sorcières ou moldues ne peuvent sortir librement et même le privilège de l'éducation leur a été retiré. J'ai échappé à cette dictature, où penser par soi-même n'est plus. Je ne cracherai donc jamais sur cette vie qui m'a été offert. C'est pourquoi ces futilités de sang et autres me passent au-dessus. Trop peu pour moi, non merci.

J'ai toujours aimé les femmes, bien que j'aime parfois flirter avec certains hommes, mais c'est simplement parce que j'aime plaire, c'est divertissant. En ce qui concerne cette soirée, j'ai longuement hésité entre deux robes de ma création. Travaillant dans le luxe, je touche à des matières textiles nobles. J'ai finalement opté pour une robe longue légère en soie,  à la couleur nude et aux tons crèmes. De longues manches transparentes perlées de cristaux scintillants. Une robe du soir illuminée de perles et de prismes étincelants parfaite pour toutes occasions. Pour parfaire cette belle tenue, des chaussure à talons, eux aussi incrustés de cristaux. J'ai détaché mes longs cheveux et les ai mis sur le côté droit de ma nuque. Me voilà du haut de mes 1m80 fin prête.

Pochette en main, démarche élégante, j’étais arrivée devant la salle sur demande. J’ai tracé ma route sans prêter attention au regard des autres, que pouvaient bien t-ils dire ? peut-être étaient-ils en extase ? Qui sait. Une fois à l’intérieur, j’ai immédiatement levé les yeux au plafond, le décor de la salle était baptisé avec les couleurs arc-en-ciel. Un sourire s’est alors dessiné sur mon visage. «  J’aime » j’ai murmuré tout bas.
J’ai cherché alors du regard quelques visages familiers, notamment des visages de ma maison. Je me suis faufilée à travers la foule, effleurant quelques personnes, en direction du banquet pour me servir un verre.

En prenant ma première gorgée, mes yeux observateurs se sont immédiatement rivés sur la préfète de Serpentard. Cette jolie fille le teint porcelaine, les cheveux blonds presque blancs et aux lèvres rouges mat qui ne passait jamais inaperçu où qu'elle soit. Sa beauté était glaçante et ce soir, encore plus. Je l'ai observé longuement de haut en bas, sa tenue était resplendissante. Peut-être m'avait-elle vu la regarder avec insistance je n'en sais rien, la discrétion n'a jamais été mon fort. Un peu plus loin se tenait Alec avec une tenue des plus excentriques, je n'ai pas pu m'empêcher de sourire, c'était comme saluer son audace. L'ambiance de la fête était décontractée et folle, je sentais que j'allais passer une bonne soirée.


Dernière édition par Nisrina Nastari le Mer 20 Avr - 20:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mar 12 Avr - 22:21

     

The others ♦ Queen Edward G. Anconetti

Because we're infinite.
E
nfin. Une grosse soirée, une bonne soirée, tu le sentais. De toute façon c'était obligé, c'était ton meilleur ami qui l'organisait. Tu l'avais bien sur un peu aidé, parce que vous étiez toujours fourrez ensembles, tes conneries étaient les siennes et inversement.
Tu adorais le principe. Du coup la soirée pour toi n'avait en principe aucun secrets.. Sauf ceux qu'Alec avait bien voulu garder.
Tu l'avais tranquillement regardé attirer le préfet de serdaigle avec ses grands yeux de chiots, tu l'avais entendu râler sur la galère pour ramener assez d'alcool, et évidemment vous aviez choisies vos tenues en parfaites coordination. Tu savais que cela allait être parfait. Tu savais que les soirées d'Alec était géniales, et c'était presque une des premières que vous n'organisez pas ensembles. Ca te rendait un peu triste qu'il pense à quelqu'un d'autre que toi pour ça, mais après tout il avait bien raison ?

Petit problème : Tu avais voulu faire le malin. Tu devais arriver pile au bon moment pour la fête, mais.. Mais tu avais décidé de faire un petit détour. Caché sous ta cape, tu avais rejoins ton amant pour lui montrer ta magnifique tenue. Et évidemment, tu n'étais pas ressortis de suite de là. C'était tout souriant que tu arrivais finalement à la salle sur demande, laissant tomber ta cape à l'entrée pour révéler ton magnifique corset, assortit à celui de ton meilleur ami. Les talons t'allaient vraiment bien, tu étais trop beau quoi. T'approchant d'Alec, tu voyais bien qu'il faisais un peu la tête. Forcément, tu avais promis d'aider avec les dernières retouches et tu n'arrivais que maintenant. Mais tu restais prêt à t'amuser et prêt à le dérider. Tu t'approchais donc, remarquant à peine les gens autours qui te dévisageaient. Il fallait dire que ton makeup était on point.

— « Don't be all grumpy babe. »

Tu fronces le nez alors qu'il se détourne, tu réfléchis à une solution.. La seule te viens alors en tête. Tu files changer la musique, te mettant au centre de la piste. Come on Eileen.. Tu souris, hausses les sourcils et attends. Oh là, s'il ne vient pas, avec ça.

GleekOut!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mar 12 Avr - 23:47




It's not easy having a good time.



feat everybody who's cool.

Un premier verre bu cul sec et la soirée est lancée. Tu t'attendais pas à ce qu'autant de monde vienne mais t'es ravi qu'ils soient tous venu célébrer cette nuit 100% moldue et Queer. T'es également ravi d'avoir organisé ça avec Charlie alors que tout le monde aurait surement pensé ça impossible et surtout improbable. Tu lui offres d'ailleurs un sourire radieux une fois ton verre terminé, échangeant quelques pas de danse avec elle avant que de nouvelles personnes n'entrent dans la salle. Le but de ce soir est que tout le monde réussisse à s'amuser et se décomplexer et t'espères secrètement qu'Arthur va pointer le bout de son nez. (Après tout tu lui as quand même sorti LE regard de chien battu auquel PERSONNE ne peut résister) Tu sais qu'il s'assume pas trop (Voir pas du tout) et ce soir pourrait être une bonne occasion pour lui de se lâcher un peu.
T'es aussi surpris que ton meilleur ami ne soit toujours pas là et franchement un peu agacé qu'il t'ait laissé tomber alors que tu lui avais demandé de t'aider pour les derniers préparatifs de la soirée. A coup sûr ce traître est parti montrer son beau cul à son mec et on connait tous la suite.
Bref.

Tu complimentes à nouveau Charlie sur sa tenue (Parce que même si t'es gay tu dois admettre qu'elle est magnifique ce soir) quand ARTHUR, le seul et l'unique, fait son apparition. Forcément tu bloques un peu quand Charlie te le fait remarquer et même s'il est déjà près du bar, tu peux pas t'empêcher de le mater un peu. Promis, d'ici quelques verres, tu vas aller danser avec lui.
Ingurgitant un deuxième shots pour te mettre dans l'ambiance, tu repères ensuite du coin de l’œil une personne portant une magnifique veste. Tu te promets d'ailleurs d'aller la complimenter par la suite, parce que cette veste est vraiment merveilleuse. Tu vois aussi que Cindy est là et tu préfères simplement lui sourire, n'ayant aucune envie de jouer au con ce soir. D'un geste ample de la main tu salues ensuite Nisrina (Qui elle aussi est magnifique mais vu son talent en couture et son physique, c'est normal) après l'avoir repéré et avant de pouvoir aller la voir, ta meilleure moitié arrive ENFIN. Alors certes Edward est très beau dans sa tenue assortie à la tienne mais il a quand même bafoué ta confiance (Oui carrément) pour aller se faire prendre par un prof en secret juste avant ta fête à toi et Charlie.  

— « I am grumpy if I want to, traitor.* »

Et tu tentes bien de résister quelques instants à son invitation mais tu peux pas dire non à une danse sur Come on Eileen avec lui.



Attrapant sa main, tu tournoies un coup avant de balancer tes bras dans tous les sens au rythme de la musique et exactement au même moment qu'Edward. C'est un peu votre danse à vous faut dire, celle que vous faîtes dans la salle commune quand vous vous ennuyez et si quelqu'un ne vous a pas encore remarqué avant ça, c'est désormais chose faite. Entre vos corsets à paillettes, talons hauts, maquillage de drag queen et cette danse prenant trop de place, plus personne ne peut vous manquer désormais. Enter folie et sensualité, t'en profites pour attirer quelques personnes dans votre délire, attrapant leurs mains pour tournoyer un peu, les relâchant pour faire quelques pas de danse seul tout en chantant relativement faux. Revenant vers Edward, tu captes finalement le regard d'Arthur sur toi et après une brève hésitation, tu t'approches de lui doucement, le pointant du doigt.


— « Come on Eileen, too-loo-rye-aye ... »

Tu finies même par grimper sur ses genoux sensuellement, une main sous son menton, tout en continuant de chanter. Tu sais que le pauvre est mal à l'aise mais il a aucune raison de l'être, après tout personne ici ne va juger et c'est juste pour rigoler un peu. Au contraire, qu'il profite de t'avoir sur ses genoux.
Lui faisant un clin d’œil tu te redresses et agites ton divin fessier devant lui avant de t'éloigner pour rejoindre Edward et tout le monde alors que la musique se termine, comme si de rien était.



* Je suis de mauvaise humeur si j'veux, traître.
   

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Arthur W. Brent
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mer 13 Avr - 1:06



I came here only because they asked me.


Arthur William Brent & The Others
Tu bois ton premier verre peut-être un peu vite. Tu as envie de te détendre, de réussir à t'amuser, et quoi de mieux qu'un peu de vodka pour ça ? Tu évites de trop regarder Alec et tout va bien pour toi. Tu as un peu peur de l'effet qu'il peut avoir sur toi.
Et d'ailleurs, tout se passe très bien pour toi, tu restes dans ton coin, tu descends un verre, puis un autre, tu t'installes dans un canapé quand la musique est soudainement plus forte, et change totalement. Tu fronces les sourcils, et tu remarques Edward, le meilleur ami d'Alec, dans une tenue similaire à celle de ce dernier. Tu vois bien qu'il attends, mais il n'attends pas bien longtemps avant qu'Alec le rejoigne. Et tu es fasciné par la danse qu'ils commencent à faire au milieu de la pièce. D'ailleurs, tout le monde les regarde. C'est assez fascinant, d'abord parce qu'ils dansent très bien avec des talons comme ça. Ensuite parce que c'est Alec qui se dandine, en corset, sans honte ni pudeur.

Tu aimerais un peu être comme ça parfois. Libre et insouciant. Profiter sans faire attention aux autres.
Mais tu es toi, t'y arrives pas à faire ça. Tu maudis le regard des autres, t'es plein d'anxiété, et tu te détestes plus ou moins. Pas facile tout les jours hein ?
Mais l'alcool dans ton sang t'aide, et tu peux pas t'embêter de fixer Alec en prenant une gorgée. Tu serais presque jaloux de ces gens avec qui il danse. Mais alors qu'il se rapproche de son ami, il te remarque. Tu te figes un peu, tu bois une gorgée, tu détournes tes yeux rapidement. Mais trop tard, il t'a repéré et tu es sa prochaine cible. Tu souffles un peu, tu espères qu'il ne vas pas venir, autant que tu pries pour qu'il vienne. Tu es malade hein ?
Tu clignes des yeux alors qu'il se glisse sur tes genoux, ta respiration qui se bloque dans ta gorge alors qu'il glisse la main sous ton menton pour mieux accrocher ton regard. Tu as du mal à croire que ton crush est assit sur toi, dans une tenue qui ne cache rien.. Devant tout le monde. Tu espères qu'il va partir, avant que tu ne craques et l'enlaces. Mais ça va, il finit par quitter ton corps, non sans agiter une dernièrement son fessier devant ton visage.

Tu as beau détourner le regard, tu as beau sembler gêné, tu as peur que tout le monde ne pense désormais que tu appréciais le spectacle. Le malaise te dévore le ventre, tu fixes le sol jusqu'à ce qu'il soit loin de toi et de nouveau entrain de danser. Tu souffles un peu, et tu finis par te redresser, légèrement raide. Tu as besoin d'un autre verre. Tu t'en serre un et tu le regarde, tourner dans les bras d'Edward. Tu dois te calmer hein ? T'es juste parano. Et tu te sens si con, pour oublier, tu bois. Tu prends un verre, un autre. Tu te dis que ce sentiment de honte partiras peut-être... Tu perds un peu le compte, au bout d'un moment. Le compte des chansons, le compte des verres surtout... Pourquoi t'es comme ça ?

Tu ressemblerais presque à un gryffondor avec de l'alcool dans le sang. Parce qu'au bout d'un moment, un long, à fixer Alec, à le dévisager sans peur de ce qu'on peut en penser, tu finis par t'avancer. Tu lui souris, tu prends sa main, doucement, et tu le tires vers toi. Tu te met à danser. Tu penses même pas. T'as bu, c'est sur. Mais tu restes conscient. T'as juste plus peur. T'as pas peur de ce regard, pas peur de tes envies, pas peur du lendemain. T'es juste trop bien. Alors tu danses avec lui, tu lui souris, et tu profites. Et quand la chanson se termine, tu le regardes, avec tes grands yeux verts. Tu reprends sa main et tu l'entraines, tu va pas trop vite parce que tu restes étrangement conscient de ses talons hauts.

Et quand vous êtes seuls, tu inspires. Tu veux tout lui dire, tout lui expliquer, s’épancher sur son épaule, lui justifier ton comportement, ton attitude, tes sentiments. Tu veux tout, tout, tout sortir. Mais quand tu ouvres la bouche, rien ne sort. Alors tu te dis tant pis. Tu craques, tu te penches, et tu l'embrasses.


Dernière édition par Arthur W. Brent le Jeu 21 Juil - 0:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ash G. Lynch
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mer 20 Avr - 21:48


The party’s on, we’re having a ball, We’re gonna leave a sting in your soul.


La fête devenait tout de suite plus intéressante dès les premiers verres. Ash, elle-même, supposait que l'alcool aidait peut-être un peu. Que ce soit du côté des gens qui boivent ou non. Il aidait à apercevoir des vérités entrevues, quelquefois à débrider, un peu trop, une jeunesse renfermée qui avait envie de faire ses preuves. Bien sûr, la rousse n'était pas du genre à faire l'apologie de la boisson.L'alcool, c'est très dangereux les enfants. Oui Capitaine. Bien, je suis fier de vous, merci Timmy pour cette intervention.
Merci. Ce spot de prévention étant terminé, le déroulement de cette soirée, vue et vécue par Ash, pouvait continuer.
Elle était donc là, se tenant un peu à l'écart de la foule sans doute, mais dans une périphérie chatoyante et amusée qui regardait, bouche bée, le jeune homme fabuleusement  éclatant, éclairant et fabuleux. Ou peut-être devrait-elle dire - penser, dans notre cas - les jeunes hommes... Personnes, tout du moins. Assumer de leur genre n'était pas forcément quelque chose qu'ils pourraient apprécier.

Quoi qu'il en soit, malgré les murmures et les regards captivés par les deux queen, Ash se sentait bien. Elle se sentait presque appartenir, elle se sentait absorbée par la masse de gens. Et, même si désormais les murmures se taisaient, laissant un silence presque religieux - si l'on excluait la musique -, la foule restait coordonnée.
Il faut avouer que la séance, très déhanchée et langoureuse, qui se joua entre le jeune homme fabuleux numéro un et un autre jeune homme très fabuleux dans un autre sens lui laissait à penser que les gens auraient des sujets de conversation divers, les prochains jours. Ash ne les connaissait pas, même si elle aurait juré avoir déjà vu le blond une fois ou deux. Voire plus que deux fois, il devait être dans sa maison, elle avait déjà du mal à se souvenir d'eux alors ceux d'autres maisons...
De toute manière, les deux lui semblaient fabuleux, et on pouvait discerner chez eux une facilité, un magnétisme propre à leur personne qui ne pouvait qu'attirer le corps de l'autre. Et si possible, son esprit et son âme aussi.
Ash espérait juste que les deux étaient ensemble. Sinon, c'était du gâchis. Les gens heureux qui se complètent, y a que ça de vrai.

Lorsqu'ils eurent repris leurs positions respectives, fabuleux blond debout à fixer ses pieds - peut-être avait-il des sabots en fait. P'têtre que c'tait une chèvre - et le fabuleux en corset qui lui avait remué son arrière-train sous le nez plus loin, retournant danser, la rouquine se dit qu'elle pouvait peut-être arrêter de fixer le point entre eux deux avec un sourire discret qui lui donnait envie de jeter des arcs-en-ciel en l'air et des paillettes. Surtout qu'elle n'était pas exactement la reine des paillettes, ça volait et ça pouvait blesser les gens.
Breeeef.
Une fois le rapprochement terminé, donc, elle promena son regard sur les personnes de la salle, se rapprochant discrètement des boissons.
Sûr.
Ca l'aiderait.

C'était donc comme ça que, un verre en main plus tard et l'attitude presque confiante de qui voulait trouver un visage connu dans une marée changeante de personnes pour la plupart inconnues, Ash se lança dans cette mission périlleuse. Elle observa les alentours, pour repérer finalement un visage qui lui semblait plus que familier.
Bingo. Quelqu'un. Quelqu'un à qui s'accrocher un peu, car on se sentait vite oppressé lorsqu'on se trouvait dans une fête seul.
Même avec une veste arc-en-ciel, oui.

Elle s'approcha doucement, suivant les mouvements de la vague humaine respirant la danse. La jeune femme en face d'elle avait étrangement marqué sa mémoire. Ash la replaçait dans des couloirs de pierre où les ombres dansaient malgré le jour, dans la lumière, son visage ancré dans son esprit pour un bon bout de temps - elle l'espérait -. Elle replaçait son toucher sur elle, sa manière de la guider jusqu'à l'infirmerie après la bataille, d'égo ou d'esprit, engagée contre la Serdaigle anonyme -Serdaigle qu'elle aimerait bien un jour recroiser, apprendre d'elle, comprendre si son eau était réellement troublée -. Et, bien qu'elle n'ait pas retenu son nom - c'est bon, quoi, les noms c'est pas le plus simple à retenir, ok -, elle se décida à l'aborder.
Bah quoi. Elle semblait sympathique, Ash lui était redevable et puis sa robe était juste absolument magnifique, hein.
Alors zut. Tripatouillant son badge rose avec un arc-en-ciel scintillant dessus, elle resta dans son dos comme toute bonne personne dangereuse qui se respecte pendant quelques instants, pour se donner du courage.
Puis, suivant le mouvement de foule et sans renverser son verre - et surtout pas sur la robe fabuleuse, surtout -, elle passa devant elle, effleurant juste son épaule pour solliciter son attention.
Parce qu'elle était petite, embarrassée et très certainement bizarre.

Hey... Je sais pas si tu te souviens, mais... Il y a quelque temps, l'infirmerie ?
Elle se sentait ridicule. Super. Valait mieux qu'elle reparte parler de chèvres et faire des spots avec Timmy sur les dangers du cannibalisme. Merci encore. Je m'appelle Ash...?
Ok, c'était définitif, elle était ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mer 20 Avr - 23:19



Chacun son tour.


Désormais, presque tout le monde était au courant de cette fête. Presque. Neuf d'entre eux, c'était plus que la majorité. Les avis étaient assez divergents mais au final, la plupart avait envie d'y aller.
« C'est trop dangereux, » avait dit Delphine, « il y aura sûrement de l'alcool et vous faites toujours des conneries quand vous êtes bourrés. »
« Bah c'est de l'alcool quoi. » avait répliqué Theo avant d'être bombardé de reproches par la française pour son commentaire inutile. « Je peux protéger Lorias, moi, personne ne se bat mieux que moi ici. » s'était-il défendu, pensant utiliser cela comme une bonne raison d'aller à cette soirée.
« Au pire vous y aller chacun un peu et vous buvez pas, comme ça vous arrêterez de faire chier avec cette fête à la con, » avait lancé Adrian qui n'en pouvait plus des jérémiades de ses camarades. « J'en ai rien à foutre moi des moldus, encore moins des gays. »
Cette remarque avait lancé un débat. Lily, qui savait se faire entendre, avait hurlé si fort que tout le monde s'était tu pour la faire taire. Ironique, mais ça avait fonctionné.
« Ce n'est qu'une fête, ça ne peut faire de mal à personne. Ceux qui veulent y aller y vont, à la condition que vous restiez discrets. On est d'accord ? »
Pour une fois, tout le monde avait écouté Lily.
Personne n'avait pu s'accorder sur qui allait y aller en premier. Au final, ça n'avait pas été décidé car cela ne dépendait pas du choix mais de qui aurait la conscience à ce moment-là.

A son grand désarroi, Adrian se réveilla en fin d'après-midi. Il était trop en forme pour se rendormir, aussi, en voyant l'heure de la fête approcher dangereusement, il décida de poser son jeu et de s'y rendre, espérant que quelqu'un vienne prendre sa place au plus vite. Malheureusement, ça ne marchait pas aussi facilement, là-dedans. Personne n'était donc réveillé ? Il était étonné de ne pouvoir partir, il ne pouvait laisser le corps de Lorias inanimé en plein milieu du couloir. Et aller dormir au dortoir... non, non, non ! Tant qu'à être réveillé, autant bouger ! N'ayant pas eu l'idée de se changer avant de rejoindre le lieu de la fête – son opinion sur la soirée étant restée la même – il entra dans la salle dans son uniforme d'écolier, ou d'écolière, corps féminin oblige, et engagea aussitôt un tour de la pièce. Il y avait déjà du monde dans la salle. Il faut dire qu'il avait bien pris tout son temps pour venir jusqu'ici, quitte à se promener un peu partout dans le château. Il détailla la pièce et dévisagea quelques personnes. Hauts en couleur, bien habillés, beaucoup se trémoussant déjà sur la piste. Adrian grimaça à la vue de certains accoutrements peu anodins.
- Putain, c'est moche wesh, marmonna-t-il.
Vivement qu'il se barre. En attendant que quelqu'un ne l'extirpe de la conscience – pour une fois qu'il le voulait bien – il alla faire un tour au buffet. Il avait faim ! Il grapilla de la nourriture par-ci par-là et engagea une marche digestive dans la salle. Il détestait l'ambiance, ce n'était vraiment pas de son goût. Non pas qu'il était homophobe, mais ce genre de fête n'était pas son truc. En même temps, à treize ans, il était plus centré sur les jeux vidéos ou les films. Alors forcément, une soirée Pride... il ne s'était même encore jamais intéressé à personne du point de vue amoureux ou sexuel. Ce n'était pas qu'il n'avait pas de sentiment ou n'avait jamais eu d'envie, mais il ne s'en préoccupait pas. Quand il était réveillé, il ne pouvait s'empêcher de jouer tant qu'il le pouvait et d'envoyer chier ceux qui le critiquaient. Lui ou Lorias d'ailleurs. D'ailleurs, ça ne loupa pas, il envoya des pics à ceux dont les regards jugeaient son apparence.
- C'est une soirée Pride, j'suis fière d'être comme ça, lança-t-il à un élève en tenue élégante tout en désignant de ses doigts son col de chemise.
Il alla s'asseoir un instant, lassé de marcher. Il resta la tête dans les bras quatre minutes et six secondes – il avait compté, espérant s'endormir – avant de se relever. Il ne tenait pas en place, surtout avec l'ambiance de la salle. Je suis coincé avec des attardés... pensa-t-il. Ils voulaient y aller et i'sont pas là, tant pis j'me casse.
Avec cette pensée, il se dirigea d'un pas décidé vers la sortie. Son corps s'arrêta net, semblant hésitant. A l'intérieur, Adrian était jeté hors de la conscience.
Non, sérieusement? Son regard était rivé sur le pull à l'effigie de Serdaigle.
Ce pull fut vite retiré et jeté vulgairement sur le sol. Les manches de la chemise blanche relevées, le haut de celle-ci déboutonné. La cravate déserrée pour faire un style plus décontracté. C'est mieux, fit-il avec un sourire. Il commença à observer les gens autour de lui, se moquant pas mal de la décoration de la pièce. Il rejoignit la première fille qu'il trouva jolie, se passa une main dans les cheveux pour dégager son visage – et possiblement car cela lui donnait inconsciemment de l'assurance – et engagea la conversation avec un « salut » charmant et un grand sourire.
Peter ne manquerait pas sa chance de profiter de la soirée.



_________________
 


WE ARE I, ALL IN ONE.


Lorias, Pénélope, Nick, Drew, Talia, Delphine, Theo, Peter, Liam, Malicia, Adrian, Kelsey, Aléane, Lily, David.


Meet Me:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Nisrina Nastari
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Jeu 21 Avr - 1:27




..Keep calm and be proud






Je riais. Beaucoup. Seule, certes - non je n’étais pas ivre, pas encore - mais comment rester de marbre devant ce beau spectacle que nous offraient Alec et Edward, se déhanchant comme deux divas ? Qu’ils sont adorables ces deux-là.
J’ai porté lentement mon verre à mes lèvres et l’ai bu cul-sec. D’ailleurs, que buvais-je ? C’était assez fort, je sentais une chaleur passer dans ma gorge, puis se loger dans mon estomac. De toute façon, qu’importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse. J’ai alors pris un deuxième verre, puis un troisième. Ô alcool. Toi qui nous libère et procure un sentiment de légèreté. Toi qui nous enivre. Toi qui nous fais chanter alors que la mémoire est absente, danser et apprécier la volupté de la nuit.

Verre en main, pochette dans l’autre, je la cherchais du regard. Où était-elle passée ? La masse de gens l’avait sans doute engloutie. Reviens. Reviens. Mais où te caches-tu ? Laisse-moi encore t’admirer, juste un peu, toi, la fille qui a de quoi satisfaire mes yeux.
Messtar.

Je sentais mes membres se détendre. Enfin. J’étais plus légère, plus libre, plus décontractée. Il me manquait tout de même un petit quelque chose pour parfaire cette soirée. Je me demandais s’il y en avait ici à Poudlard. Peut-être avait-on réussit à en faire entrer ici ? Quoi que, c’était risqué. Ah, que voulez-vous, de vilaines habitudes j’avais pris lors des soirées où j’étais conviée, là où cette poudre blanche était maitresse. Ce soir j’avais envie, envie d’errer sur le chemin de la plénitude. Envie d’oublier mes incertitudes et mes tourments. Ce garçon à côté de moi, et si je lui demandais ? Pas le temps, on venait de m’effleurer l’épaule avec douceur.

Cette jeune fille, cette minuscule jeune fille, ce visage. Je m’en souvenais, je l’avais conduit à l’infirmerie après l’avoir trouvé très amochée dans un couloir sombre. La pauvre avait été agressée, d’ailleurs, si je parvenais à mettre la main sur son agresseur je n’en resterais pas là.  Je lui fis aussitôt un sourire sincère et rayonnant. Elle se présenta, elle semblait gênée.

« Ma jolie, tu vas mieux on dirait, beaucoup mieux. » Dis-je en l’attrapant avec douceur par les épaules, lui offrant une bise sur le côté droit.

« Nisrina, ravie. Et je t’en prie voyons, c’est normal je n’allais pas te laisser vu l’état dans lequel tu étais. Mignonne ta tenue ! »

Je pris un verre et lui tendis.

« Alors Ash, tu passes une bonne soirée ? Tu es venue accompagnée ? En tout cas je sens que ça va être une nuit de folie. » Et une nuit torride pour certains, du moins j’espérais. J'essayais de la mettre un peu à l'aise, en me montrant charmante et amicale car on m'a souvent dit que j'étais intimidante.

« Le moment est mal choisit mais il c'est passé quoi la dernière fois ? Qui t'a fait ça ? »

Je bu une gorgée et lançai quelques regards furtifs en direction de Messtar, que la foule avait visiblement recraché, et c'était tant mieux pour moi.

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ash G. Lynch
Serdaigle

avatar

Serdaigle




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Jeu 21 Avr - 21:56


The party’s on, we’re having a ball, We’re gonna leave a sting in your soul.


Ash se sentait stupide. Ok, pas uniquement stupide, un peu mal à l'aise aussi. Aborder les gens pour leur parler de sa cause, plaider en la faveur de n'importe quoi, ça, c'était simple à faire. Aborder d'autres personnes, pour sa propre identité, pour parler d'elle, même simplement les remercier et créer le sujet, ça la mettant dans l'embarras le plus total. L'impression d'être une première année rougissante qui, au premier rang, se fait constamment siffler et moquer. L'impression qu'elle ne sait pas, pas vraiment, comment engager une conversation qui ne soit pas à propos du réchauffement planétaire, des droits des moldus en territoire magique ou l'extinction des espèces animales. Ca la minait.
Et pourtant, elle était là. Elle espérait que son malaise ne se sentait pas, ne se voyait pas sur son visage.
Elle offrait un sourire, alors. Une manière de se détendre. L'autre consistait à se focaliser sur les mots de la jeune femme en face d'elle.

... Pourquoi elle la touchait.
Pourquoi. Que. Quoi. Pourquoi. Hein. Gné. Ca faisait pas partie du plan "je reste calme et je ne me mets pas à hurler que le monde s'effondre". Ah, pourquoi. La jeune rousse essaya de se détendre. Vraiment. Certainement qu'elle était un peu trop coincée, qui sait ? Ou prise par surprise... C'est ça. Prise par surprise. Ash avait été prise par surprise, décontenancée, et elle se détendait déjà de la bise impromptue qu'elle avait reçue.

Merci beaucoup... Et enchantée. lui répondit-elle, attrapant le verre. Oui, elle avait peut-être perdu son premier en cours de route. Ca arrivait, des fois. Malheureusement pour elle. Elle replaça une mèche échappée derrière son oreille : son chignon ne tenait pas, et ça l'agaçait déjà. Super. Elle ferait un détour dehors à un moment, histoire de respirer et de remettre tout ça en place.

Pour l'instant, la soirée est excellente, et c'est exactement ce dont j'avais besoin. Elle s'annonce magnifique.
Changer les idées de la jeune. Elle prit une gorgée de son verre, secouant la tête peu après. Et non, je suis venue seule.
Sur ses doigts, un instant, clignotèrent quelques mots qui étaient remontés depuis ses bras. Ca lui arrivait fréquemment, depuis l'incident. Elle n'y prêta pas attention.

Je ne sais pas. Je ne connais pas son nom. Juste... Une fille, sans doute plus vieille je crois, qui m'a apparemment prise pour un punching-ball.

C'est parce que j'suis rousse, c'est ça ?
Le roucisme, c'est mal, les enfants. Merci Timmy.
Elle sourit, haussant les épaules légèrement.
C'est fini. Je ne cherche pas. Elle...

Elle s'arrêta, un sourcil froncé. Puis l'autre. C'était très graduel, chez elle. La silhouette était familière, dans un coin de la salle. Néanmoins, elle n'avait aucune raison de s'inquiéter... Pas vrai ? Elle se mordit la lèvre un court instant. Calme.

Elle va aller bien, se tenir loin. Je pense. Et toi, au final ? Je veux dire...
Ash, on avait dit stop les phrases un peu stupides qui te faisait passer pour rien, si ce n'était une personne étrange. Respire. Reprends.
Je veux dire, pas que je sois stupide ou quoi mais, si tu m'as parlé de toi quand on est allées à l'infirmerie, genre pour une maladie gravissime que... Euh... Je dois avouer que mes souvenirs sont un peu brumeux.
Ouais. Brumeux comme à Silent Hill. Le désordre absolu.
... Ca sonnait moins étrange dans ma tête, comme phrase, avoua-t-elle à mi-voix, un léger rire échappant ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Mar 26 Avr - 16:08



Oh, chouette.

Tout le monde en parlait. Du moins c'est l'impression que j'avais, mais ça devait bien être le cas, car normalement, les fêtes, j'en apprenait l'existence APRES qu'elles aient eu lieu. Et là non. Là j'avais l'impression que le monde entier voulait absolument que je sache que ce soir là, il y avait une fête. Avec un thème... Je ne saurais le qualifier autrement que par naze. Pas que j'avais quelque chose contre les né-moldus ou les trans ou quiconque, c'est juste le concept de thème et de fête avec lequel j'avais du mal. Ces choses là.. tout le monde savait que je n'y participais que rarement. Enfin, je devais surtout être inexistant aux yeux de ce dit-monde. Ce qui revient au même, étant donner que pour la plupart on existait que si on faisait un truc remarquable dans la soirée, comme certains y sont accoutumés, et qui eux, sont très connus. Trop. Je n'en voyais pas l'intérêt. Que ce soit d'être connu ou de faire des fêtes où les gens se dandinent et où on ne s'entend pas parler. J'étais certainement ce qu'on appelle un rabat-joie. Je n'y pouvais rien, ces soirées ne m'amusait pas ; je n'étais ni un grand buveur, ni un grand danseur, ni même vraiment sociable. Plutôt observateur, et ce que j'y observais me désolait plus que de raison. Le genre de chose qui vous conforte dans le ressentiment à l'égard du monde et de la connerie certaine qui se cache au fond de chaque être humain. Oui, j'étais définitivement un rabat-joie.
Alors qu'est-ce que je fous là. J'avais tenté d'ignorer toutes ces conversations tout le long de la journée, de me concentrer sur... les cours ? Mais ce que c'était persistant. Et puis la salle sur demande, je n'y étais jamais allé. Mon ressentiment était-il plus fort que ma curiosité ? Il faut croire que non. Sinon je ne serais pas là, dans un coin, à me demander quand est-ce que cette musique viendrait définitivement à bout de mes tympans. Non, je n'étais pas content d'être là.
Vu le monde qu'il y avait dans cet espace confiné, j'imaginais la place que j'aurais eu dans la salle commune. J'aurais pu me poser tranquillement, prendre un bouquin. Ou juste regarder par la fenêtre. Le calme, le silence. Tant de concepts qui me semblaient utopique ici. Je ne cherchais même pas à reconnaître des visages, j'évitais au maximum de regarder les gens dans les yeux. Le pire serait que quelqu'un, par un ''heureux'' hasard me reconnaisse et ai la merveilleuse idée de venir me parler là, ou pire, le lendemain. J'allais avoir assez de mal à essayer de boucher mes oreilles de ces merveilleux discours vantant une soirée magnifique alors qu'en réalité ce n'est qu'une fête comme les autres ; décevante à souhait. Je n'avais pas vraiment envie que quelqu'un vienne en plus me demander mon avis sur le sujet.
Pourquoi j'étais encore là ? Pourquoi je ne rentrais pas avec empressement, profitant des heures de calme dans le reste du château ? Comment savoir ? J'étais comme vissé au sol, enfermer dans un cocon dans mon coin. Invisible. Tant que personne me voyait c'est comme si je n'étais pas là, j'imagine. Et puis bon, je devais aussi être atteint d'une certaine forme de fainéantise aiguë, ou que sais-je. Dans tout les cas, je me contentais de siroter doucement un liquide inconnu dans un gobelet. Je n'avais pas vraiment envie de savoir ce que c'était exactement.






_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Altaïr O. Nott
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Lun 2 Mai - 1:22



Have you ever danced with the Devil

in the pale moonlight ?




  Cette fête, il n'avait pas prévu d'y aller, ni de loin, ni de près. Il avait vaguement prévu de snober le truc, limite prétexter une envie de dégobiller, n'importe quoi pour qu'on le laisse en paix. Tendre naïveté. Parce que c'était mal connaître les abrutis qui lui faisaient office d'amis.

Pause.
Vous avez dit amis ? Le mot est franchement imprécis. Parlons plutôt de compagnie.

Non, parce qu'Altaïr n'a pas d'amis à proprement parler, comme on les décrit dans les bouquins ; le genre qui vous tape sur l'épaule et que vous écoutez chialer jusqu'au petit matin. Merci mais non merci, il a d'autres elfes à fouetter que de jouer les assistantes sociales, surtout qu'on ne peut pas vraiment dire qu'il soit le plus qualifié pour conseiller les autres quand tout va mal. Deux raisons, au moins ; la première, c'est qu'il s'en fout. Type, royalement. Sans même essayer de prétendre le contraire, sans prendre de gants. Il s'en fout parce que franchement, il est lui même mille fois plus intéressant. Eh quoi ? La condescendance, ça se cultive, l'égo ça s'entretient. Pile comme un jardin. L’orgueil d'un cœur, ça s'arrose, exactement comme les roses. Épineux, le cœur d'Altaïr. Peut-être même vénéneux. Allez savoir. Mais tout ce jardinage de l'être prend du temps, bien trop de temps pour se mettre à penser aux autres qui l'entourent, question de logique.
Égocentrique ? Il préfère se dire pragmatique.

Deuxième raison notoire : les autres, il ne les comprend pas. Pas vraiment. Faut dire qu'il n'a jamais essayé, et que c'est sûrement comme tout, les calculs et la lecture – juste une question d'entrainement, de volonté. Mais il s'est toujours senti un peu à l'écart. Pas vraiment étranger, pas vraiment bizarre – non franchement, ce mot est bien trop connoté, bien trop banal. Juste à côté. Déplacé. Il s'en est jamais plaint, ne faisons aucune équivoque ; le solitaire qu'il est se satisfait de sa condition, les autres il s'en moque. Et puis quoi ? Il n'écrira jamais de guide sur la meilleure façon de se sociabiliser lors d'un match de Quidditch ?
Triste vie, vraiment. Autant se suicider maintenant.
Enfin reconnaissons quand même que la situation pouvait avoir quelques aspects légèrement embêtants. Par exemple, lorsqu'on le trainait à une fête, Altaïr tenait rarement plus d'une heure sans avoir envie de sauter d'un balcon. Haut, de préférence, histoire d'éviter tout risque de survie. Et ce soir ne ferait sûrement pas exception.

  C'est Léopold, qui l'a trainé à cette soirée. Inutile de décrire la façon dont il s'y est pris, quoi qu'elle tient sûrement du miracle. Sûrement s'était-il contenté de lui énumérer toutes les bonnes – comprenez, mauvaises – raisons pour lui d'y aller, et que devant tant d'insistance, Altaïr avait fini par céder. Juste pour le faire taire. Histoire qu'on retrouve pas demain son pauvre corps gisant par terre.
Bien sûr, en bon Serpentard de sang-pur, Léopold n'avait rien d'un supporter de la cause homosexuelle, bien au contraire. Cette soirée, il n'y allait que pour la saboter, ou tout du moins rire un bon coup. Bien moins extrême que lui, Altaïr était de ceux qui se fichaient bien de ce que les autres pouvaient faire dans leur pieu. De là à les soutenir, c'était une autre histoire ; le rejeton Nott reste un Serpentard, n'ayons pas pour son âme trop d'espoirs.
En revanche, pour ce qui était du sang, il était intraitable. La pureté était un concept fondamental chez les Nott – pour ne pas dire le plus important de tous. Peu importait finalement la puissance, la morale, la rudesse de l’allégeance ; ce qui comptait, c'était le sang.
Chez les Nott, inutile de juger sur l'apparence, ou même le poste occupé dans la société magique. La seule garantie se trouvait dans les livres de généalogie, et le respect tenait dans la taille de l'arbre qui y était dessiné. Philius Nott n'avait évidemment nullement fait exception de la mention de cette règle intraitable dans l'éducation du jeune Altaïr, et peu à peu, le gamin c'était mis à les haïr. Eux. Les sang-de-bourbe. Mais en secret, attention, parce que désormais, ce genre d'idées pouvaient être dérangeantes, mal-vues, dangereuses.
Parfois désastreuses.
Cependant, Altaïr n'était pas le plus agressif de ses congénères ; non, lui se contentait de mépriser sans un mot, froid, silencieux et altier. Parfois tranchant et acerbe lorsqu'on lui adressait la parole ou qu'il s'ennuyait, mais rarement était-il le premier à attaquer.

  Pour l'occasion, il s'est quand même fringué façon moldue. Non parce que faut le dire, ces derniers s'y connaissent lorsqu'il s'agit de style. De musique aussi. Mais ça, évitons de le dire trop fort, parce que si on apprenait qu'il lui arrive d'écouter Jack White, ça lui ferait sûrement du tort.
Motus et bouche cousue. Pas de musique moldue.
Bref. Nous disions donc que tout méprisables qu'ils étaient, les moldus avaient quand même inventé un ou deux trucs sympas, comme le perfecto en cuir – non franchement, à quand la robe de sorcier façon Presley ? - perfecto qu'il avait d'ailleurs enfilé pour l'occasion.
Au milieu de la soirée, le voilà qui débarque avec sa dégaine de londonnien, du haut de son mètre quatre-vingt d'indifférence. Dégueulasse de suffisance. À la Nott, sans fausses notes. Tout est joyeux autour de lui, tout est exubérance, tolérance.
À en vomir.
D'ailleurs, un de ses comparses à ses côtés ricane, fait mine de dégobiller. Charmante imitation, qu'il ne fait même pas l'effort de relever. Tout serpent qu'il est, il n'est pas là pour jouer les langues de vipères, pas ce soir. Au fait, rappelez-moi ce qu'il fait là ? C'est la question à dix milles gallions, le premier qui trouve gagne au moins une médaille. Non franchement, c'est un record ; trois secondes de présence, et Altaïr perd déjà patience. Avant même la première danse.
Abandonnant ses comparses, il se dirige alors vers le bar comme vers sa pénitence. Quitte à crever d'ennui, autant le faire bien, et avec de l'alcool dans le sang.

Sublime philosophie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Ven 6 Mai - 23:08


‘’Make up your mind sweet baby, right here, right now’s all we got.‘’
Everybody


Je n’attendais personne en particulier. Je n’étais pas là pour rejoindre un hypothétique groupe d’amis. Je n’étais pas ce genre-là. Je crois que je connaissais tout le monde de vue et sans doute que la réciproque était vraie, même si ça ne me plaisait pas vraiment. Je me suis mise à l’écart après avoir vidé mon premier verre avec Alec pour lancer la soirée. J’ai observé cette foule se presser au bar puis sur la piste. Je laissais mon meilleur ennemi gryffondor voler la vedette à tout le monde avec sa tenue qui devait en affoler plus d’un. Je lui ai désigné Arthur discrètement après l’avoir remercié pour son compliment. Arthur, il m’en avait vaguement parlé et puis, ça crevait les yeux. Je crois simplement qu’ils étaient un peu aveugles ou juste complètement cons. Sans doute la deuxième option, connaissant les deux. Je suis restée un moment en dehors de la soirée, occupée à siroter des verres en fumant. Je me délectais de ce spectacle et particulièrement de la danse d’Edward et Alec. Tous les regards devaient être attirés par les deux jeunes hommes, en même temps, c’était quand même sacrément distrayant, il fallait l’avouer. J’ai balayé la pièce du regard, notant la présence de certaines personnes, regardant ceux qui s’embrassaient déjà, ceux qui se déhanchaient un peu trop, ceux qui semblaient perdus. On venait me demander tout un tas de truc que j’avais bien évidemment, en bonne Carter que j’étais. Souvent, après coup, j’avais honte de ressembler autant à mon père. Je me rassurais en me disant que ça n’était pas entièrement le cas… Mais au fond, je n’en n’étais pas franchement sûr. Outre le sang, nous partagions cette même capacité à s’autodétruire. Sans vraiment de raison, sans qu’on puisse s’en empêcher. C’était un instinct plus fort que celui de la survie, plus fort même que ma raison. Alors oui après coup j’avais honte, mais je le faisais quand même. Et avec le sourire s’il-vous-plait.

Je me suis amusée encore de la danse qu’Alec a osé faire à Arthur, et j’ai faillis exploser de rire devant l’air presque gêné du Serdaigle. J’imaginais avec un sourire leurs hormones s’agiter un peu trop tandis qu’Alec se glissait sur ses genoux. J’ai finalement décroché mon regard du spectacle et j’ai hésité à aller vers Arthur pour me moquer (gentiment) de lui. Je me suis ravisée au dernier moment, traversant les quelques mètres qui me séparaient du bar. Je sentais que l’alcool me réchauffait et m’apaisait tranquillement. Plongée dans mes pensées tout en essayant d’occulter cette musique abrutissante et bien loin de mes habitudes, je l’ai bousculé sans vraiment y faire attention. En relevant la tête j’ai découvert qui c’était et j’ai espéré ne pas avoir taché son perfecto avec de l’alcool. Le cuir qu’il portait devait coûter bien trop cher pour que je puisse m’imaginer le prix. Nott. On le connaissait tous un peu, au moins de vu. Et on espérait tous ne pas trop avoir à supporter son mépris dégueulasse de parfait petit Serpentard. J’ai soupiré avant de m’excuser, et j’ai même hésité à le faire mais en tant que co-organisatrice, je ne pouvais pas mal me comporter si ? Si en fait complètement, mais j’ai quand même choisi d’être polie. « Désolée, je t’avais pas vu. » Ce qui était la triste vérité : Altaïr Nott était resté complètement transparent pour moi. J’ai regardé autour de moi et j’ai vu que Jonathan n’était pas loin, j’ai hésité à aller le voir, mais je ne savais pas franchement quoi lui dire ou comment, alors à la place je me suis servie un autre verre en priant pour que le Serpentard soit de bonne humeur et que son perfecto n’ait rien. Et puis j’ai souri en pensant que le fils d’une longue lignée de sang-pur était habillé comme un parfait moldu. Alors je n’ai pas pu m’en empêcher. « C’est marrant, tu ferais un bon moldu, ça te va presque aussi bien que ta robe de sorcier. » Je n’ai pas caché mon ironie, parce que je m’en foutais royalement. Lui ou un autre, quelle différence cela devait faire pour moi ? J’ai attrapé mon verre pour boire une nouvelle gorgée avant de m’allumer une nouvelle cigarette. Peut-être qu’un sang-pur méprisant un peu bourré était plus drôle qu’il n’y paraissait. Ou juste plus con.

_________________
Where do bad folks go when they die ?
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    Jeu 21 Juil - 12:22


It's not easy having a good time.

La fête est lancée et tu vois pas le temps passer. Tu danses et t'amuses au milieu de tes amis, les préjugés oubliés pour une nuit. Tu profites sans te soucier du lendemain et ça te fais un bien fou de pouvoir te lâcher de la sorte. T'as même pas besoin d'alcool pour t'amuser, juste d'Edward à tes côtés. Vous dansez comme deux grands idiots heureux, pas du tout gêné par vos costumes étincelants. Tes pieds te font légèrement mal à force, mais t'es bien trop occupé pour faire attention à la douleur.
Et bien sûr, ce n'est pas parce que tu t'amuses, que tu oublies Arthur. T'aimerais vraiment qu'il ravale sa peur et se lance, t'attrapes et danse avec toi. Personne ne le jugerai pour ça et personne ne ferait attention. Après tout cette soirée, c'est la soirée où tout est possible. Où personne n'a le droit de juger, où tu as le droit de venir avec une passoire sur la tête si l'envie t'en prends. Il suffisait de te regarder toi pour le comprendre, ou même de regarder Ash et sa merveilleuse veste.

Les heures passent et les rires s'enchaînent. Tu t'arrêtes de danser pour boire et manger, jouer à des jeux, puis tu recommences à t'éclater sur la piste. Tu jettes plusieurs regards vers Arthur mais tu doutes qu'il finisse par céder. Sûrement qu'il ne t'apprécie pas de la même façon que toi tu l'apprécies. C'est pas grave, c'est comme ça, c'est la vie.  
Pourtant un miracle finit par arriver. Arthur finit par te rejoindre et par danser avec toi. Tu caches ta surprise en souriant, préférant faire abstraction de l'odeur d'alcool qui émane de lui. Après tout c'est une fête, c'est normal de boire, toi aussi t'as bu. Boire ça donne du courage en plus, ça te permets de moins ressentir la peur, de moins penser.
Alors tu profites en souriant, tu te colles à lui mais pas trop, t'évites de le mettre mal à l'aise.

Au final il t'attire plus loin, essoufflé et en sueur. Tu prends deux verres de jus de fruit frais et tu t'installes dans un coin, par terre. Sans rien dire tu bois un peu et regarde la foule profiter de cette nuit sans limites. Tu te dis un instant que ces gens sont beaux comme ça, quand ils ne pensent à rien et se lâchent.
Tu souris contre ton verre et finis par tourner la tête vers Arthur, qui te regarde avec ses grands yeux clairs. Tu le trouves magnifique. Tu te perds dans son regard en souriant doucement et tu vois qu'il tente de dire quelque chose sans réussir. Tu fronces un instant les sourcils, tu vas pour lui demander ce qu'il se passe, mais le monde s'arrête soudainement. Tu mets quelques secondes avant de réaliser qu'il est en train de t'embrasser et ton cœur se remet en marche en éclatant contre ta poitrine.
Arthur t'embrasse. Arthur t'embrasse, toi. C'est comme si tu rêvais, parce que tout te semble irréel en cet instant précis.

Ses lèvres sont douces, sa peau chaude. Tu caresses sa joue d'une main et tu ne cherches pas à comprendre pourquoi est-ce que ça arrive. Tu espères juste que l'alcool a aidé Arthur à accepter ses sentiments et son attirance pour toi et que demain, tu pourras aller le voir et le prendre dans tes bras.
Mais au fond de toi, t'as comme cette sensation que ça n'arrivera pas. Que tu devrais profiter de cet instant unique, parce qu'au petit matin, tout disparaîtra.  
   


code modifié - originel de ©pathos.

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody    

Revenir en haut Aller en bas
 
MUGGLE & PRIDE NIGHT - feat everybody
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une longue nuit au Heaven's Night Feat Shinji
» you took my hand through the night (feat Siwiwi)
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Le Château. :: La Salle sur Demande-
Sauter vers: