Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MessageSujet: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Mar 28 Juin - 23:03

Il existait bien des choses, à Poudlard. Les murs du château renfermaient une multitude de bizarreries et d’étrangetés, qu’on ne retrouvait probablement qu’en ces lieux. A l’image du Monde Magique lui-même, certaines de ces choses avaient le don d’amuser, de plaire ou encore de faire rêver. Le plafond magique de la Grande Salle, par exemple, pouvait produire un effet des plus grisants, bien des années après que vous l’ayez vu pour la première fois. D’autres choses, en revanche, étaient susceptibles de provoquer l’effroi ou le désarroi. Prenez, par exemple, le Saule Cogneur : un bien drôle de spécimen que celui-là. Un arbre, capable de se mouvoir, dont l’agressivité ne faisait aucun doute, planté tranquillement dans une école. Quoique Charlyn lui ait toujours trouvé un côté irrémédiablement attirant, il lui était impossible de le contempler sans se demander qui avait eu l’idée meurtrière de le mettre là, sachant pertinemment que nombre d’élèves tenteraient de s’en approcher, et que nombre d’entre eux finiraient blessés – ou peut être pire. Mais c’était là tout le charme de Poudlard : une beauté sauvage, magique, et quelque peu dangereuse. Ce qui était sûr, en tous les cas, c’était que cet endroit regorgeait de magie et de mystères. Des portraits qui s’animaient subitement pour vous crier dessus aux escaliers qui n’en faisaient qu’à leur tête. C’était étrange à dire, mais Charlyn s’y était relativement habituée.

En revanche, un oiseau mort, posé sur le livre qui lui servait de support d’étude, était une vision à laquelle elle n’était pas du tout habituée. Son regard se posait donc à tour de rôle sur le cadavre, pour lequel elle éprouvait à la fois dégout et compassion, et sur son chat, qui ne méritait, à cet instant, que le mépris le plus profond. Bien sûr, dans son esprit de félin, il s’agissait d’un présent, offert à sa maîtresse selon une longue tradition du règne animal… Seulement, Buddy ne s’était jamais vraiment comporté comme un félin. Passer ses journées à manger, dormir et jouer paresseusement ne l’avait jamais fait passer pour un chasseur.  Si elle n’avait pas éprouvé tant de dégoût face à la pauvre dépouille, peut-être aurait-elle été admirative et fière de son chat, qui, enfin, se montrait à la hauteur de son rang. Peut être, même, aurait-elle été attendrie devant son large bâillement qui devait signifier quelque chose comme « Aaah, après cette longue et éprouvante chasse pour vous plaire, ma Dame, je m’en vais siester dès à présent ». Peut-être.

Mais il y avait un cadavre sur son livre, et cette image n’avait rien de ravissant ou de magique. Charlyn, décidant que sa contemplation muette avait suffisamment duré, se décida à déplacer l’oiseau mort. Elle se servit donc de la plume pour le faire glisser du livre, lui adressant au passage un petit « Désolée », mais elle usa de tant de délicatesse que la dépouille glissa non seulement du livre, mais aussi de la table sur laquelle elle étudiait. Il n’en fallut pas plus pour exciter le prédateur, qui se mit à jouer avec son trophée, à même le sol, le faisant glisser encore et s’éloignant de sa maîtresse dans une frénésie de jeu. Dans un geste lourd de consternation et d’agacement, la jeune Gryffondor referma son grimoire et accepta la lourde responsabilité qui lui incombait désormais : rattraper son animal nouvellement sauvage et l’empêcher de dépiauter son oiseau mort au beau milieu de la bibliothèque. Elle se mit donc en marche, déterminée à le rattraper, ce qui eut effet de faire détaler le chat, cadavre en bouche, à travers les étagères. S’engagea alors une partie de cache-cache endiablée… ou presque, puisque Charlyn se forçait à conserver un pas léger et tentait de rappeler son chat à voix basse, tandis que lui se baladait gaiment, l’oiseau dans la bouche, lui répondant par des miaulements étouffés.


Dernière édition par Charlyn P. Blackwood le Sam 23 Juil - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Jeu 30 Juin - 18:49

La bibliothèque, source de connaissances infatigable, l'endroit rêvé de tous les apprentis savant assoiffés. Le lieu parfait pour un jeune inventeur en quête précisions, n'ayant jamais assez d'informations pour ses futurs projets.
Pierre était fasciné par tout cet amoncellement de savoir, ces briques de connaissances soigneusement rangés les unes à côtés des autres. Il avait toujours été le genre de rat qui peut se nourrir de n'importe quel bout de papier pourvu qu'il y ait quelques gribouillis éparpillés dessus. C'est de ses lectures aussi variés qu'imprévisibles qu'il sortait ces nouvelles idées farfelues pour ces créations.

Pierre s'était levé du mauvais pieds : sa nuit n'avait pas été riche, sans rêve. Même pas l'ombre d'un petit dispositif à bidouiller ne lui était venu. Ce genre de sommeil était contre-productif à ses yeux, il lui fallait impérativement trouver de l'inspiration, quelque part, n'importe où. Poudlard regorgeait d'endroits pour ça, tout l'univers magique en soi était une source d'inspiration infinie, mais il y avait en particulier une pièce qui, Pierre le sentait, répondrait parfaitement à ses attentes.
Ce jour là, donc, après une nuit des plus calmes, il s'était rendu à la bibliothèque. Sans perdre une minute, à peine avait-il finit son petit déjeuner. Cette pièce, il y avait passé de longues heures, des journées même depuis son arrivée, si bien que de toute manière il ne comptabilisait plus le temps où il y était fourré. C'était presque devenu une succursale de son atelier.

L'endroit avait tout pour plaire ; le silence, les livres, ce bouillonnement culturel qui s'en échappait, et cette impression qu'on y a tout son temps, comme coupés du monde.
Pierre connaissait déjà une bonne partie de la collection présente ici, qui était, en ce qui concernait le monde magique, très bien fournie. Il déplorait cependant un certaine lacune pour tout ce qui se rapportait à la technologie moldue, et son avancement au fil des siècles. C'était aussi tout naturellement qu'il n'hésitait pas à rapporter ses propres bouquins pour les étudier en profitant de l'atmosphère propice. Cette fois-ci, il s'était plongé dans les déboires qu'avait connus le début du 20ème siècles lors de l'invention de l'hélicoptère. Même si de nos jours cela paraissait désuet, encore plus lorsqu'on fait parti du monde magique, l'idée de voler restait quelque chose de très fort dans l'imagination du jeune homme. C'était un peu, à ses yeux, le symbole de la réussite des inventeurs, ceux qui ont eu tant de mal à convaincre leurs contemporains que leur idée n'était pas folle et qui ont persévéré jusqu'à ce que le succès arrive. C'était passionnant.

Ainsi, c'est alors qu'il était complètement plongé dans la description anatomique des libellules, qui ont inspirés en partie la fabrication de machines volantes, qu'il se fit interrompre soudainement par deux pattes blanches. Pierre ne comprit pas tout de suite ce qui venait de se passer, jusqu'à ce qu'il repère l'individu poilu. Un chat. Un gros chat plein de poil, avec une carcasse plumeuse dans la bouche, mais ce n'était qu'un détail, parce que c'était un chat. Pierre devint presque aussi blanc que le pelage de l'animal, ce qui sembla plaire à la bête qui opta, visiblement poursuivit par quelqu'un, de se cacher sous la chaise du jeune homme.
A ce moment là, Pierre ne bougeait plus d'un cil. Il y avait une de ces créatures sataniques sous sa chaise. Livide, paralyser, il ne savait plus quoi faire, ça n'avait pas durer plus de deux-trois secondes avant que le poursuiveur arrive à son niveau, mais ça lui avait paru une éternité.

_________________
 
« Cette nuit, en regardant le ciel, je suis arrivé à la conclusion
qu'il y a beaucoup plus d'étoiles qu'on en a besoin.
»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Dim 3 Juil - 15:25

La ruse.

C’était la ruse, qu’il fallait employer ici. Le petit monstre ne lâcherait pas son cadavre tout en plume à moins d’avoir une bonne raison : en l’occurrence, quelque chose de plumeux ou poilu et, surtout, quelque chose de vivant. Lorsqu’il était encore chaton, Charlyn demandait souvent à son grand-père d’utiliser le sortilège d’Avis pour amuser l’animal, elle-même étant encore trop jeune pour le maîtriser. Mais au bout d’un certain temps, les oiseaux qui apparaissaient avaient fini par le lasser, et il avait donc fini par se contenter de les regarder, étalé de tout son long, sans même tendre la patte vers eux. En cet instant, peut-être, aurait-il été leurré, mais faire apparaître une volée d’oiseau dans la bibliothèque n’était probablement pas la meilleure idée. Elle s’était déjà attiré le regard courroucé d’une élève qui cherchait un livre, inutile de se faire remarquer davantage. Elle pourrait tenter un sort de métamorphose, et transformer un de ces gros ouvrage en un animal de papier, mais elle doutait que ce soit un acte tout à fait raisonnable – chaque livre de cette bibliothèque était précieux. Ses options magiques se révélaient en fait assez limitées par le lieu où elle se trouvait. Sa situation aurait été plus aisée si elle avait apporté avec elle des friandises pour chat – ce qu’elle n’avait pas fait. Par la barbe de Merlin, elle devait étudier, pas courser son chat au milieu de vieux grimoires ! La jeune femme finit par se demander avec humour si Buddy n’était pas en train d’essayer de l’éloigner de ses études – peut être la trouvait-il trop tendue cette année, et peut être ne comprenait-il pas l’importance des deux dernières années à Poudlard, avec des ASPIC qui se rapprochaient et…

En proie à ses réflexions, Charlyn ne vit pas la pile de grimoires posée au sol et se prit les pieds dedans. Les ouvrages s’éparpillèrent au sol tandis qu’elle-même s’étala par terre, sur le ventre, et que son chat se remit à cavaler de plus belle. La rouquine poussa un juron à voix basse en se relevant et entreprit de repositionner correctement sa robe de sorcière. Cela fait, elle agita légèrement sa baguette en prononçant, toujours à voix basse, une formule afin de rassembler les grimoires en une pile impeccable. Quelques paires d’yeux s’étaient levés vers elle, et elle avait entendu des rires étouffés. Eh bien, voilà qu’elle avait fait gagner quelques minutes de vie supplémentaires à son auditoire. Molto bene. Le problème à présent était qu’elle avait perdu Buddy. Où était donc passé cet ingrat petit pourceau sauvage ? Elle scruta des yeux l’espace qui s’offrait à elle et aperçut le bout d’une queue blanche touffue entre deux étagères. Très bien, ce serait plus simple s’il était de dos et qu’elle y allait discrètement. Délicatement, à pas de loup, elle s’avança vers la bête. Elle allait presque l’atteindre lorsque l’animal dressa une oreille et l’entendit arriver. Aussitôt, il se remit à courir. Cette fois-ci, elle se lança plus rapidement à sa poursuite. Lorsque la course s’arrêta, l’animal se tenait sous une chaise, son trophée toujours dans la gueule. Sa queue remuait encore mais certainement était-il fatigué puisqu’il ne se remit pas à cavaler. Charlyn lui lança un regard sceptique. Allait-il attendre qu’elle s’approche un peu plus pour détaler et engager une nouvelle course poursuite ? Le plus probable était encore que cet exercice l’ait fatigué. Oui, ça lui correspondrait bien.

Quoi qu’il en soit elle ne voulait pas prendre le risque de le laisser s’échapper encore. Avec un nouveau coup de baguette, elle attira le cadavre plumeux à elle, mais le chat le regarda s’échapper en baillant. Maudit animal, il s’était totalement désintéressé de son jouet après l’avoir trimballé comme si sa vie en dépendait… Charlyn poussa un soupir et, avec une formule, fit disparaître la carcasse. Tout aurait été plus simple si elle l’avait fait directement… Elle avait parfois la tête trop vide. Cela fait, elle réalisa soudainement qu’un jeune homme se tenait là. Prise dans sa chasse au chat, elle avait quelque peu oublié que le reste du monde existait. Elle leva alors les yeux vers le jeune homme, qui se tenait étonnamment raide sur sa chaise. Elle le trouva également bien pâle. Peut-être que la vision d’un oiseau mort n’était pas non plus son fort ? Charlyn se dit que, peut-être, c’était l’instant pour elle d’ouvrir la bouche.

« Euh, salut, murmura-t-elle alors. Désolée pour ça… C’était un peu dégoûtant. Heureusement, il ne fait pas ça souvent. »

Tout en disant ces mots, Charlyn entreprit de se pencher afin de récupérer le chat qui attendait paisiblement par terre. Elle était assez surprise que son chat se soit réfugié sous la chaise d’un parfait inconnu – il était plutôt du genre insociable d’ordinaire. Il était même assez calme tandis qu’elle le tenait dans ses bras un peu comme on tient un bébé, ses yeux félins scrutant le jeune homme.

« Tu vas bien ? » finit-elle par demander, un peu inquiète de l’expression faciale du garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Dim 10 Juil - 23:55

Les yeux de Pierre oscillait entre le chat et la rouquine, visiblement sur le point de faire une attaque. Ce n'était pas seulement sa peau, dont la teinte ferait rougir de jalousie un ours polaire, mais aussi les sueurs froides qui parcourait son corps. Il n'allait vraiment pas pour le mieux, pourtant, il se fendit d'un sourire, forcé de toute évidence. C'était comme rassurer, non pas la demoiselle, mais lui même. C'était bon, il n'avait plus à s'en faire, cette créature avait quitté sa grotte sous sa chaise.
Heureusement que cette fille était arrivée, et l'avait attrapé. Pierre n'osait imaginer ce qu'il se serait passer sinon, avec cette bête venu tout droit des enfers. Il n'était pourtant pas allergique, et n'avait subit aucun traumatisme dans sa jeunesse lié à de quelconques bêtes poilus. Non, il n'avait aucune raison d'haïr ces adorables petits monstres. Et pourtant, il était terrorisé, rien qu'à l'idée de devoir avoir un quelconque contact avec eux, il n'en dormait pas la nuit. Et encore, son instinct irrationnel c'était largement calmer depuis son arrivée à Poudlard, il avait bien été obligé d'apprendre à vivre en colocation avec les centaines de bestioles qui vivaient entre ces murs. Lorsqu'il était chez lui, chez ses parents, il s'évanouissait rien qu'en les apercevant au loin.

Son faux-sourire retranscrivait de plus en plus son malaise. Pierre savait qu'il devait dire quelque chose, n'importe quoi, mais son stress ne semblait pas vouloir redescendre. Il se sentait observer par la vermine blanche, comme si on cherchait à le dépecer du regard. Oh, pour certains, c'était simplement un regard vide de sens, à peine intrigué par ce nouveau visage, mais Pierre n'était pas dupe, cette bête ne pouvait vouloir que sa mort. Seuls les bras de sa maîtresse le protégeait.

"Bien...bien...oui..."

C'était lâcher du bout des lèvres, prononcer sans aucune conviction. Tout son corps était tendu, il semblait prêt à sauter, s'enfuir à chaque seconde, mais il ne bougeait pas d'un pouce. Fuir, c'était s'exposer à trop d'inconnues, son instinct lui disait de patienter, de chercher la brèche.

"... Très bien... oui... oui... Bien..."

Non, il allait vraiment tout sauf bien. Et ce n'était pas en répétant le contraire qu'il allait changer la donne, il ne pouvait cependant pas s'en empêcher. Il ne prêtait de toute manière que peu d'attention au monde autour de lui à ce moment là.
Et puis arriva ce qui devait nécessairement finir par arriver. Ce n'était pas une brèche, non, mais la créature montra les crocs, ou poussa juste un bâillement, ou qu'importe, il avait bouger. Pierre le tendu avait alors craquer, en une fraction de seconde il était passé d'enfant tétanisé assis sur sa chaise, à fou brandissant une baguette debout sur sa chaise.

"VA DE RETRO SATANAS !"

Son cri n'avait que pu être entendu par l'ensemble de la bibliothèque, qui pouvait alors admirer le gamin, tremblotant comme pas deux, essayer de ne pas tomber de la chaise qui lui servait d'escabeau.

_________________
 
« Cette nuit, en regardant le ciel, je suis arrivé à la conclusion
qu'il y a beaucoup plus d'étoiles qu'on en a besoin.
»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Mar 19 Juil - 12:21

A peine quelques mots avaient été échangés et dans ce court laps de temps, Charlyn avait vu le visage de son interlocuteur se décomposer de plus en plus, jusqu’à ce qu’il soit aussi blanc que le pelage du chat qu’elle tenait dans ses bras. De toute évidence, ce n’était pas l’oiseau mort qui avait eu cet effet sur lui. Petit à petit la jeune fille avait perdu son expression amicale au profit d’un air inquiet, fait de sourcils froncés et d’un regard fixé sur le jeune homme, ses yeux cherchant quelque part dans l’attitude du garçon la raison de tout ceci. Il avait l’air totalement terrorisé, planté sur sa chaise, totalement immobile. Ah, c’était donc ça l’effet qu’elle avait sur la gente masculine… Messieurs, tremblez, Charlyn est là ! Elle se reprit, le moment n’était pas à la plaisanterie. Elle avait face à elle un jeune sorcier au bord de la crise cardiaque dont les réponses n’avaient rien de rassurant. Il était évident qu’il se parlait plus à lui-même, et qu’il ne voyait en fait pas grand-chose.

Mais qu’est-ce qui avait bien pu l’effrayer autant ?

Charlyn tourna la tête pour regarder autour d’elle, trouver ce qui était à l’origine de tout ça. Il faut dire qu’elle n’était pas très perspicace ce jour-là, aussi lui fallut-il un certain temps pour comprendre que le regard du garçon était en fait fixé sur son chat. Elle laissa alors échapper un petit « Oooh », comme si elle venait d’élucider le grand mystère de l’humanité puis elle eut un instant de flottement. Comment une créature aussi paresseuse et déconcertante pouvait-elle provoquer un tel effet sur quelqu’un ? Keep an open mind. Le jeune homme avait peur du chat. Elle ne se souvenait pas avoir déjà rencontré quelqu’un qui réagisse ainsi face à Buddy, et cela fit éclore beaucoup d’émotions, un peu trop vite. D’abord, la culpabilité. Elle se sentait profondément désolée que son chat ait cet effet sur le garçon. Puis la curiosité – pourquoi donc avoir peur d’un chat, grosse bête poilue et paresseuse qui adorait les gratouilles sous le menton ? Puis la joie d’être confrontée à quelque chose de nouveau.

Mais elle n’eut pas plus d’une poignée de secondes pour s’y intéresser, car ce fut très vite l’apocalypse. Le chat se tortilla un peu dans ses bras avant de laisser échapper un miaulement étouffé par un long bâillement. Et sans trop qu’elle ne s’y attende, son interlocuteur se retrouva debout sur sa chaise, la baguette pointée sur le chat, lui hurlant dessus. Peu perspicace, mais encore suffisamment réactive, Charlyn dégaina sa baguette à son tour, ne maintenant plus qu’à un bras le chat, dont la réaction fut de s’agripper fermement à sa maîtresse, griffes de sortie. Les poils de son corps hérissés, il se mit à cracher dans le cou de la jeune femme. Il avait appris à se méfier des baguettes magiques de toute évidence.

« Wooooooow » fut le seul son qui put s’échapper de la bouche de Charlyn après tout ça. Rapidement suivi par un gémissement de douleur lorsque son chat planta ses griffes au-dessus de sa clavicule pour monter sur son épaule et sauter au sol. Il détala rapidement à travers la bibliothèque, sans doute dans le but d’en sortir.

Charlyn se retrouva alors plantée debout, sa baguette toujours pointée sur le jeune homme, sa main qui tenait auparavant le chat posée à l’endroit où le petit monstre l’avait griffée. Des murmures s’élevèrent alors dans la bibliothèque. L’incident n’était pas passé inaperçu, et plusieurs élèves s’étaient rapprochés, probablement inquiétés par le hurlement du garçon.
L’adrénaline retomba. La jeune fille abaissa alors sa baguette en signe de paix. Elle regarda le garçon d’un air un peu méfiant, appréhendant légèrement ce qui allait se passer ensuite. Le départ du chat allait-il le calmer ou ne serait-ce pas suffisant ? Elle sentait une pointe d’irritation s’insinuer en elle. Son chat avait beau être un peu stupide parfois, il n’en restait pas moins son chat et elle ne supportait pas qu’on puisse le menacer. Peu importe la situation.

« Ca y est, tu es calmé ? » lança-t-elle finalement au jeune homme d’un ton qui trahissait un peu son agacement. Oh, bien sûr, elle comprenait qu’il puisse être effrayé, mais quand même. De là à lever sa baguette sur Buddy ? C'était le genre de choses qu'elle avait du mal à laisser passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Sam 23 Juil - 15:15

La baguette tendu, en face à face avec un monstre, Pierre n'avait même pas remarqué que le pointait lui aussi. C'était bien le dernier de ses soucis à ce moment là, tout son esprit n'était tourné que vers la bête poilue et il était tout sauf cohérent. Ses yeux fixaient le danger et analysait chacun de ses mouvements, prêt à contre-attaquer, enfin, dans le principe. Pierre était en réalité bien incapable de lancer quelques sorts que ce soit, c'était un froussard né, et sa baguette tendu, un coup de bluff. L'espérance que ça découragerait, que ça ferait fuir, et sans savoir si c'était grâce à son action, le chat disparu.
Pierre resta immobile quelques temps.
Le ch... Le ch.. truc est parti, c'est bon, ce truc est parti, parti.., se répétait-il pour se calmer. Toute la tension que Pierre avait emmagasiner jusque là commença subitement à redescendre. La sensation d'un ballon qui se dégonfle, et qui le vidait de toutes ses forces, l'emmena presque à se laisser s'effondrer sur le sol, façon crêpe. Comment les sorciers arriva à cohabiter avec ses machins, ça resterait pour lui un des plus grand mystère de l'univers.

Reprenant peu à peu ses esprits, il descendit de l'escabeau improvisé, et se laissa tomber sur la chaise. Il avait besoin de quelques instants pour revenir à lui, se rendant peu à peu conscience des silhouettes autour de lui, en particulier celle qui lui faisait face et qui lui parlait. Elle semblait agacé, ce qui était compréhensible, Pierre savait parfaitement que dans ces moments là il pouvait agir de façon ridiculement exagérer. Nécessairement, il avait pris l'habitude de se faire engueuler, et d'être sujet de moquerie.

" Je suis désolé... "

Il l'évitait du regard, sans se sentir honteux, car il restait convaincu que cette espèce de quadrupède ne cherchait que la destruction pure et simple de la race humaine, il n'en était pas moins sincèrement navré d'avoir agit de la sorte devant sa "propriétaire". Le monde n'était pas encore prêt à entendre la vérité. De toute façon Pierre savait que l'attaque n'était pas prévu avant longtemps, alors il ne s'en formalisait pas plus, tant que ces individus restaient loin de lui.

" J'ai... une phobie, de ces... choses. "

Il avait aussi appris que le mieux était d'éviter de parler de ces soupçons, la plupart des gens ne le prenant pas au sérieux et le traitant de pure paranoïaque. Si encore il avait été torturé par un chat griffu quand il était petit, on lui aurait pardonner ces élucubrations, mais malheureusement, il n'avait rien subit de tel. Il n'en avait pas eu besoin pour voir en eux la rage destructrice.

_________________
 
« Cette nuit, en regardant le ciel, je suis arrivé à la conclusion
qu'il y a beaucoup plus d'étoiles qu'on en a besoin.
»


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   Lun 25 Juil - 23:05

Charlyn observait toujours le jeune homme, le sourcil légèrement arqué. Bien sûr qu’il avait été terrifié par son chat. Ca ne lui avait pas échappé. A vrai dire, ça n’avait échappé à personne dans la bibliothèque. Pas que le jeune homme ne s’en soit vraiment rendu compte sur le coup – et elle ne le blâmait pas pour ça. A vrai dire, elle se fichait un peu de tous ces yeux qui les regardaient. La scène étant finie, ils allaient probablement se remettre à étudier, non ? Elle ne lui reprochait pas sa peur non plus. Chacun ses démons, ça ne se juge pas. Mais comment dire que si lui ne maîtrisait pas ses émotions lorsqu’il se retrouvait confronté à un chat, elle avait également un peu de mal à maîtriser les siennes si l’on menaçait sa grosse boule de poils. Néanmoins, il avait présenté ses excuses, qui lui semblait relativement sincères, bien qu’il n’ait pas daigné levé les yeux vers elle. Elle se demanda ce que signifiait cette attitude. Avait-il honte de son comportement ? Elle hésitait. En dehors du fait qu’il ne la regardait pas, il n’avait pas l’air si accablé que ça. Il y avait quelque chose dans la façon dont il évoquait sa phobie qui chatouillait l’esprit de la jeune femme. Elle prit quelques secondes pour s’adoucir, ne souhaitant pas prolonger le drame. Et puis, elle avait quelques questions à poser.

« Mhm, oui, j’ai cru comprendre que tu n’es pas vraiment un ami des félins. »

Une pointe d’ironie gentille se glissa dans sa voix pour ces quelques mots, tandis qu’elle rangeait définitivement sa baguette. Elle crut entendre quelques soupires de déception parmi leur petit public, et petit à petit, les élèves qui les observaient disparurent. Charlyn soupira à son tour, un peu exaspérée. A Poudlard, c’était comme si le moindre duel potentiel devenait le divertissement du siècle. C’était un peu plus drôle quand elle était du côté de l’auditoire. Quoi qu’il en soit, elle décida de s’asseoir en face du jeune homme, sans trop lui laisser le choix.

« Tu sais, c’est la première fois que j’assiste à ce genre de crise. Non pas que le mot ‘crise’ soit utilisé péjorativement. Enfin je veux dire… C’était assez impressionnant, quand même. »

Elle sourit un peu. C’est vrai qu’en regardant la situation d’un autre œil, ils avaient dû avoir l’air bien ridicules, tous les deux. Lui perché sur sa chaise, la baguette braquée sur le chat qui écorchait vive sa maîtresse pour s’échapper. Ca aurait fait un bon cartoon. Elle était déjà en train d’imaginer les vignettes dans sa tête, et dû se recentrer de toute urgence sur la conversation, craignant de trop dériver dans ses pensées. Puis sa curiosité reprit le dessus. Elle ne savait pas trop comment formuler sa question sans paraître ridicule ou méchant. Le but n’était pas de se moquer de lui, simplement de comprendre. Mais elle n’était pas sûr que lui puisse comprendre cela. Alors elle garda le silence un court instant, prenant juste le temps qu’il lui fallait pour trouver l’ordre des mots. Finalement, elle lui lança, de but en blanc :

« Bon, il faut que tu m’aides à comprendre. C’est quoi qui te fait peur chez un chat ? »

Charlyn était, comme toujours, douée pour poser des questions subtiles. Simplement à l’entendre, on aurait pu croire qu’elle se jouait de lui, mais il suffisait au jeune homme de la regarder pour comprendre que sa question était très sérieuse. Oui, elle exigeait de savoir. Oui, c’était techniquement un peu absurde de poser ce genre de question à quelqu’un, mais non, elle n’en avait cure. Elle était à présent pendue aux lèvres du jeune homme, attendant de découvrir la vérité.


_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une vision cocace [Libre, ouvert, viendez ♥]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Demeure de la Marchande des Ténèbres [RP Libre ouvert à tout le monde]
» L'auberge du Poney Fringuant v2 [0/2] - [0/1] OUVERT. (viendez je vais des poèmes ;w;)
» Troubles en Mer Nordique (libre. info sur le rp dans la foire au rp)
» Obama en chute libre ...
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Le Château. :: La Bibliothèque-
Sauter vers: