Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 La potion et moi, ça fait douze.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Aaron Murray
Poufsouffle

avatar

Poufsouffle




MessageSujet: La potion et moi, ça fait douze.   Dim 17 Juil - 1:35

Aaron dans son lit de la salle commune de Poufsouffle dormais encore à point fermer quand son réveil se mit à retentir juste à côté de son oreille. Encore une journée compliquée et dure pour lui pensa-t-il a son réveil. Il laissa glisser une jambe hors de la couverture pour tâter le sol en dessous du lit avant de sortir une deuxième jambe  et enfin sortir tous son corps du lit, les yeux fermés.  Il s'habilla alors en quatrième vitesse pour prendre un petit-déjeuner rapidement. Il se hâta d'aller à la grande salle pour manger tout ce qu'il pouvait y trouver. Sa mère lui disait toujours qu'il fallait bien manger le matin pour grandir, elle lui glissait alors tendrement un pain au chocolat dans la bouche qu'il s'empressait d'avaler. Ce matin-là on aurait pu croire qu'Aaron n'avait pas mangé depuis des mois, il engloutissait tout ce qu'il pouvait, que ça soit pouding ou autre, sans cesse pendant 20 minutes à peu près.
Après avoir mangé comme un gros dans la grande salle, il remonta vers la salle commune pour consulter son emploi du temps de la journée et voir ce qu'il avait comme cours aujourd'hui. Son emploi du temps était accroché au-dessus de son lit pour ne pas le perdre. Après avoir check deux minutes, il se rendit compte qu'il avait potion. Cela ne l'enchantait pas trop, surtout qu'il partageait le cours avec les Serpentards. Il avait un passif avec eux, connu pour sa légendaire maladresse à Poudlard, Aaron était toujours leur cible, il subissait moquerie et autre châtiment puéril venant de leur pars.

Juste avant de quitter sa salle commune, il se rappela que la prof leur avait donné une liste pour le prochain cours qu'il fallait absolument amener sous peine de finir à la porte. Il l'avait mis en chiffon dans son chaudron pour ne pas oublier. Il y'avait marqué que le prochain cours serais sur le Polynectar et qu'il fallait certaine chose pour concocter cette potion. La liste était gribouiller de choses et d'autre autour des ingrédients. Il y'avait donc marqué :


« Pour aujourd’hui vous allez devoir apporter votre matériel et certain ingrédient très précis qui sont :
 Sangsues
 Peau de serpent d'arbre du Cap
 Corne de bicorne en poudre
 Chrysopes cuites durant 21 jours
 Sisymbre cueilli à la pleine lune
 Touffes de Polygonum
 Cheveu ou élément du corps de la personne dont on souhaite prendre l'apparence »

Après avoir réuni tout ce qu'il lui fallait, Aaron sorti de sa salle commune et se dirigea en direction des cachots. Il n'était pas le dernier arrivé, ni le premier. Il entrouvrit la grosse porte en bois du cachot qui faisait un bruit monstrueux à peine elle bougeait. Quand il glissa un œil de l'autre côté pour voir qui était là et qui n'y était pas, il vit que tous les Serpentards étaient déjà installés. Il se glissa alors dans la salle, ou tout le monde était déjà presque installé. Il repéra une table et s'y installa, tous seul, avec son chaudron et ses affaires qu'il éparpilla un peu partout sur sa table.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: La potion et moi, ça fait douze.   Dim 17 Juil - 19:16


‘’And the ones that I make pay
Are never the ones who deserve it‘’

Aaron&Charlie


Potions comme premier cours, je m’étais efforcée de m’en souvenir. Mon emploi du temps ne variait pas, fort heureusement, ce qui me permettait d’installer une certaine stabilité dont je n’étais pas mécontente. Je pouvais ainsi me caler sur mon emploi du temps, et malgré quelques loupés, je parvenais ainsi à suivre chacun de ses cours. En potions, j’essayais tant bien que mal de m’appliquer autant en cours que dans mes devoirs maisons mais j’avais l’impression que c’était peine perdue. Perdue, c’était aussi ce qui était arrivé à la liste des ingrédients à apporter pour le jour même. Je m’étais donc réveillée plus tôt et je n’avais pas hésiter à secouer ma colocataire pour lui demander de me dépanner. Dans sa grande bonté, elle grommela une série d’insultes avant de m’indiquer d’un mouvement (terriblement lent) du bras où se trouvait sa liste, et par la même occasion, ses ingrédients. Je me suis retenue pour ne pas les embarquer, même si ça aurait été sacrément plus facile que de dénicher les miens. Mais comme j’avais encore une conscience, je me suis mise en quête de mes propres affaires. Enfin avant cela, je me suis habillée le plus rapidement possible pour essayer de gagner du temps, puisque je n’en n’avais pas assez.

J’ai finis par réunir à peu près tout ce dont j’avais besoin, suppliant ici et là un Serdaigle, faisant du chantage à un Gryffondor telle la bonne élève de Serpentard que j’étais censée être. Je faisais plier les élèves en les implorant ou en leur rappelant les rares fois où je les avais aidés. Ou encore en leur promettant de leur rendre, de leur en racheter, de les payer plus tard. Ça, j’espérais qu’il savait que venant de moi, c’était plus un mensonge qu’autre chose. Le peu d’argent que je possédais, j’évitais consciencieusement de le dépenser dans n’importe quoi. Et si j’avais des dettes, j’essayais de trouver un autre moyen pour les régler. Non, je n’étais pas radine, simplement pas assez riche pour être dépensière. Enfin bref, voyant qu’il me restait plus qu’un cheveu à prendre et que j’étais déjà plus ou moins en retard, j’ai couru dans mon dortoir pour prendre un cheveu se trouvant dans la brosse de ma colocataire qui, décidément, m’avait bien aidé sur le coup. Courant à nouveau, je suis arrivée avec dix bonnes minutes de retard, sous le regard courroucé de Miss Jones. Regard que je supportais de mieux en mieux avec le temps. « Je vous prie de bien vouloir m’excuser. » J’avais appris, à force, à me plier à cette politesse si peu naturelle à mes yeux. C’était le prix à payer quand on arrivait aussi régulièrement en retard que moi. D’un signe de tête, elle m’a fait comprendre que j’étais acceptée en cours.
Encore heureux, vu comme je m’étais démenée pour elle.

Et puis pour une fois, j’avais mes affaires, c’était exceptionnel. Je me suis assise à la seule table ayant encore une place de libre et bien sûr, je me suis retrouvée à côté de ce fameux Poufsouffle. Pourquoi fameux ? Parce que ses maladresses étaient connues de tous. A vrai dire, ça m’aurait bien été égal s’il ne m’inspirait pas cet agacement immédiat. Il n’y était pas pour grand-chose, une fois il m’avait renversé un truc dessus, je m’étais emportée comme je pouvais si bien le faire et j’étais partie en crise de rage (ce que je contrôlais difficilement). Et depuis voilà, j’avais beaucoup de mal avec lui, sans grande raison vous voyez ? C’était juste une tête que ne me revenait pas. Je me suis tout de même installée, désireuse de ne plus me faire remarquer, ce qui était plutôt difficile. J’ai étalé mes ingrédients sur la table avec ce manque d’organisation qui me caractérisait. Je prenais facilement plus de la moitié de la table mais tant qu’il ne me disait rien, je n’allais pas me priver. « Tu vas éviter de me tuer aujourd’hui, si possible. » Je ne me privais pas de lui dire mes pensées, comme d’habitude. Je ne le regardais pas, j’étais bien trop occupée par tout ce qui m’entourait et qui stimulait le moindre de mes sens.
Tant qu’il ne me renversait pas son chaudron dessus ça allait le faire non ?


_________________
Where do bad folks go when they die ?
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Aaron Murray
Poufsouffle

avatar

Poufsouffle




MessageSujet: Re: La potion et moi, ça fait douze.   Lun 18 Juil - 14:52

Aaron vit la jeune Serpentarde s'installer à côté de lui, deux minutes après lui. Elle avait déjà étalé ces affaires sur lui avant qu'il est eu le temps de dire « ouf ». Il n'avait pas vraiment un bon passif avec Charlie. Il avait un jour sans le vouloir renversé un grand verre d'eau sur elle dans la grande salle. Il n'avait pas fait exprès, comme d'habitude, mais cette fille avait vite pris la mouche. Pourtant, il avait cette impression qu'elle n'était pas si méchante derrière son air farouche. Certes, elle avait des traits ferme et dure, mais il était sûr que derrière tout ça se cachait un nounours affectueux. Dès la première minute d'installation, elle lui lança une réflexion pour lui sommer de ne pas la tuer aujourd'hui. Il n'était pas surpris, c'était habituel, mais cela ne l'étonnait pas plus que ça. Qui n'aurait pas craqué après tout ce qu'il avait fait, après autant de maladresse.


« T'inquiète pas, aujourd'hui je vais essayer de ne pas te ridiculiser devant tes amis. »


Aaron le sait, il n'a plus le droit à l'erreur s'il ne voulait pas finir égorgé dans la seconde qui suivait. Autant elle n'avait pas l'air si méchant, mais il n'avait pas envie qu'elle rentre dans une colère folle furieuse. Mais la bourde allait venir, c'était sûr. Il ne pouvait  pas se passer un cours sans qu'une erreur soit faite par lui. Miss Jones lança alors les instructions pour commencer le cours. Aaron n'était vraiment pas doué dans la préparation de mixture, mais au vu de la pression meurtrière de sa coéquipière à côté de lui, il s'appliquait pour ne pas renverser son chaudron sur elle. Les instructions de la première partie étaient plutôt claires.

 Ajouter 3 mesures de sisymbre dans le chaudron
 Ajouter 2 bottes de polygonum dans le chaudron
 Mélanger 3 fois dans le sens des aiguilles d'une montre
 Laisser bouillir 60 à 80 minutes
 Ajouter 4 sangsues dans le chaudron
 Ajouter 2 chrysopes dans le mortier
 Écraser avec le pilon jusqu'à l'obtention d'une poudre fine
 Ajouter 2 mesures de chrysopes dans le chaudron
 Faire chauffer à feu doux pendant 30 secondes

Il avait plutôt bien réussit la première partie et enchaînait tous à un rythme plutôt rapide, tout cela en répondant aux questions de Miss Jones au passage et en évitant le regard glacial de sa compère. Un bouillon qui ressemblait plus à de la vase mijotais dans le chaudron de taille moyenne. Cela avait l'air plutôt ragoûtant quand on le regardait  et sentais plutôt mauvais. Et ce n'était que la première partie. Il avait juste hâte que tout cela se termine pour enfin passer à autre chose. Miss Jones enchaîna alors avec la deuxième partie de la potion.

 Ajouter 3 mesures de peau de serpent d'arbre du Cap
 Ajouter 1 mesure de corne de bicorne dans le mortier
 Écraser finement
 Ajouter 1 mesure de corne de bicorne écrasée dans le chaudron
 Faire chauffer à une température élevée pendant 20 secondes
 Agiter votre baguette magique
 Laisser bouillir pendant 1080 minutes à 1440 minutes
 Ajouter 1 chrysope dans le chaudron
 Mélanger 3 fois dans le sens contraire des aiguilles d'une montre
 Ajouter le cheveu dans le chaudron


Et là un éclair surgit dans la tête d'Aaron, tout c'était bien passé jusqu'à maintenant. Et tout allait dégénéré dans peu de temps. Il avait oublié le cheveu, comment allait-il faire? Il n'avait pas de cheveux et c'était l'élément essentiel pour faire cette potion et se métamorphoser. Il regarda autour de lui, chercha et aperçut un cheveu sur sa table. Sans réfléchir à qui il était, il lança le cheveu dans le chaudron ou bouillait la potion. Une épaisse fumée sorti du chaudron qui se dissipa rapidement, c'était le résultat attendu avec la fabrication de cette potion. Mais à qui pouvait bien être ce cheveu? Miss Jones déclara alors qu'il était temps de tester cette mixture. La peur au ventre, il hésitait à déguster vraiment cette mixture.

Il prit alors son courage à deux mains et se servit une grande louche de sa mixture étrange, il l'a bu d'une traite sans réfléchir. Son visage et son corps se mit à se transformer en déformant son visage  et bizarrement son corps aussi commença à se déformer. Bien sûr Aaron était le premier a test sa potion, du coup tout le monde le regardai. Des seins sont sortis de son torse et ses cheveux se mirent à pousser. Sa transformation finit, il se regarda dans le reflet de son chaudron.

La bourde était là, le cheveu appartenait à Charlie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: La potion et moi, ça fait douze.   Ven 22 Juil - 1:05


‘’And the ones that I make pay
Are never the ones who deserve it‘’

Aaron&Charlie


J’ai souri en entendant sa réponse. Me « ridiculiser » et mes « amis ». Marrant comme l’un et l’autre me semblait si peu crédible. Je me fichais éperdument du regard des autres même si leurs remarques pouvaient me blesser, et mes amis étaient bien rares. Je n’étais proche de pas grand monde, tant je préférais m’exiler loin de cette race humaine. Non pas que je me pensais meilleure que les autres, loin de là, simplement je préférais être seule, pour ne pas m’exposer c’était aussi simple que ça. Alors franchement, qu’il tente de me ridiculiser devant mes amis, je l’attendais. Je n’avais simplement pas envie de me prendre une potion quelconque sur la tête, c’était normal non ? Enfin en tout cas, je ne trouvais pas trop ça attrayant. Que quelqu’un aime se prendre des potions en pleine figure alors soit, que ce quelqu’un se dénonce pour prendre ma place aux côtés d’Aaron. En réalité, je n’avais pas grand-chose à lui reprocher, sans doute était-il même sympa. Mais j’étais restée bloquée sur cette maladresse de sa part. C’était sans doute dommage mais après tout tant pis, je ne pouvais pas m’entendre avec tout le monde.

Je le voyais s’appliquer pour suivre les instructions de Miss Jones. J’essayais de faire de même, me concentrant à moitié sur ma potion, un peu plus sur la sienne. J’avoue que je suivais certains de ses gestes, ça me permettait d’avancer plus ou moins bien dans ma préparation. J’étais en réalité terriblement mauvaise en potion où rigueur et concentration étaient vraiment importants. Mais malgré tous les efforts du monde il arrivait toujours un moment où je décrochais. J’essayais vraiment et je trouvais même que ce cours n’était pas dénué d’intérêts mais que ce soit en classe ou plus tard quand je devais rédiger mes devoirs, mes pensées finissaient automatiquement par divaguer et alors je mettais en place cette illusion où j’arrivais à faire croire (du moins aux plus naïfs) que je bossais tout en faisant le minimum. Je ne tenais pas en place, rien de nouveau sous le soleil mais ça devenait de plus en plus handicapant. Par miracle, j’avais à peu près réussi mes BUSES mais plus les ASPICS approchaient, plus je sentais mon avenir vaciller. Je ne m’imaginais pas en études supérieures, personne ne m’y imaginait. C’était bien simple, mon futur était tellement flou que je doutais sérieusement en avoir un. J’aurai aimé pouvoir dire que la musique était mon futur mais c’était un monde si aléatoire que je ne pouvais parier dessus. Au moins, j’étais lucide.
Bref, no future, comme ma potion.

Comme je vous le disais, mon attention était de très courte durée. J’ai essayé de reprendre ma recette mais c’était peine perdue. Le temps s’écoulait, je voyais déjà le regard courroucé de Jones.
Et puis, il s’est tourné vers moi.
Ou plutôt je me suis tournée vers moi.
Je ne m’étais jamais vu comme ça. Vous savez que c’est assez perturbant de se retrouver face à son clone ? J’ai explosé de rire, tout simplement. Je ne pouvais pas me contenir devant la Charlie Carter qui me faisait face. Aaron avait donc pris un de mes cheveux, bien joué. En tout cas, lui avait eu un résultat. Je me suis contemplée un certain moment, contenant mon fou rire que je ne parvenais pas à calmer. « Au moins sa potion est réussie » Ai-je lâché sans trop savoir à qui j’adressais mes félicitations dissimulées. « Ça va, ce n’est pas trop ridicule. » Je lui ai lancé un clin d’œil, mon animosité aussitôt oubliée. Parfois, j’en venais à me demander si je n’étais pas bipolaire.

« Je me suis trompée, t’es peut-être bien un génie qui s’ignore en fait. »

_________________
Where do bad folks go when they die ?
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: La potion et moi, ça fait douze.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La potion et moi, ça fait douze.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ~#Cours n°1# « Une potion hilarante » [1-2-3-4 années]
» Je voudrais une potion pour grandir [LIBRE]
» potion de boost des familiers
» QUE FAIT L'ETAT?
» Un peu de solitude ne fait de mal à personnes [ Dag Larson]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Salles de Classe. :: Potions-
Sauter vers: