Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 Chad Whittaker - Formation à l'Occlumencie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Chad Whittaker
Poufsouffle

avatar

Poufsouffle




MessageSujet: Chad Whittaker - Formation à l'Occlumencie   Lun 25 Juil - 18:55

Typique. Elle lui jette des regards en coin, et baisse les yeux, faisant mine de rien, quand il la regarde à son tour. Alors Chad fait semblant aussi. Il discute encore un peu avec ses « amis », la bière à la main, des blagues à la bouche. Il rit, sourit, fait des moues. Parce que c’est drôle, et que ça les fait rire. Parce que c’est comme ça qu’ils l’aiment. Mais il garde un œil discret sur elle, ne manquant pas de remarquer le paquet de tabac qu’elle a dans sa main. Puis il prétexte d’avoir envie de prendre un peu l’air. Il récupère son paquet de cigarettes, son briquet et son téléphone avant de se diriger vers la porte. Il fait quelque pas dans le jardin désert et s’assoit sur une chaise, dos à la porte. Il sort une cigarette, qu’il allume tranquillement. Il ferme les yeux et tire quelques taffes. Ça ne devrait pas être très long. Attirer la proie à l’écart des regards. Créer une atmosphère propice. La porte s’ouvre quelques minutes plus tard.

« C’est fou ce qu’il fait chaud, là dedans » dit-elle alors en s’approchant. Elle s’assoit sur la chaise à côté, et il se tourne vers elle en souriant. « Ouais, j’en avais un peu marre aussi. » Elle sourit et sort son paquet pour commencer à rouler. Alors il lui en tend une avec un  sourire. « C’est plus pratique en soirée », explique-t-il en souriant. Elle récupère la cigarette en le remerciant. Ils se mettent alors à parler. Il la fait rire, il lui fait son petit numéro. C’est celui qu’il préfère. Le mec gentil, un peu perdu mais droit, drôle et agréable. Elle marche. Il lui fait un compliment faussement maladroit, et elle sourit. Elle a envie de l’embrasser. Alors il se penche doucement vers elle, passant son bras autour de ses épaules, depuis sa chaise. Il attrape ses lèvres, et au même instant, il sent quelque chose de dur sur son torse.

Une baguette.

Chad se raidit immédiatement. Elle sourit contre ses lèvres. « C’est drôle de se faire prendre à son propre jeu ? » lui murmure-t-elle alors en s’éloignant très légèrement. « De quoi tu parles ? » Elle lâche un petit rire. « C’est un vrai complexe, chez toi, hein ? J’ai eu du mal au début. C’est que tu as une grande facilité à cacher les choses. Mais ça n’a pas suffi. Tu n’as pas ressenti un drôle de frisson dans ton crâne ? Il ne m’a pas fallu plus de deux secondes pour comprendre quelle sombre petite merde tu es, Chad. » Il la regarde, avec le sentiment dégueulasse de l’arroseur arrosé. « Qu’est-ce qui t’autorise à fouiller dans mon crâne ? » crache-t-il alors. « Pour commencer, ça, dit-elle en appuyant un peu plus le bout de sa baguette contre lui. Ensuite, je ne demande pas, je fais. Je crois que tu peux comprendre ça ? » Il se détend alors un peu. Il se permet même un petit sourire. « En effet. » La porte s’ouvre à nouveau. « Woow… je voulais pas déranger, désolé. » Elle range discrètement sa baguette et se tourne vers Danny. Elle adopte un air un peu gêné, avant de se pencher vers l’oreille de Chad « Demain, 18h, le Rock’n’carry. Je sais où te trouver, tu as intérêt à être là. » Puis elle se lève et rentre. « Désolé mec, j’pensais pas… N’empêche, faut que tu m’apprennes. A chaque fois, mec, c’est dingue. » Chad rigole en rallumant une cigarette.






18h02. Il est assis dans un recoin du bar, une pinte posée devant lui. La garce lui pose des ultimatums et se permet d’être en retard. Je t’en foutrais de la légilimencie, moi. Il avale quelques gorgées avant d’entendre un bruit de talons qui se dirige vers lui. Il lève la tête, et la femme s’assoit en face de lui. « Je vous prie de m’excuser, mais ce siège est pris. » lance-t-il avec un joli sourire. « C’est moi, crétin. » Il soupire. Evidement. « Metamorphomage ou polynectar cette fois ? » Elle sourit d’un air énigmatique. « C’est bien que tu sois venu. » Il ne répond pas et se remet plutôt à boire. « Ne t’embrouille pas trop les idées, tu vas avoir besoin d’y voir clair. » Il lève un sourcil. « Pourquoi ? » Elle sourit. « On va travailler un peu ton esprit. » Il sourit. Elle lui dit que c'est dans son intérêt de devenir occlumens. Quand il lui demande pourquoi elle s'en soucie, elle lui répond qu'elle s'en fiche. « Mais tu me devras un service. »




« Concentre-toi, bon sang. » Elle serre les dents. « Quoi, tu es jalouse ? » Elle crache.  « D’une gamine qui t’a plaqué il y a six mois ? » Il la regarde avec une lueur amusée dans le regard. « Rappelle-moi ton âge, au fait ? » Elle le plaque contre le lit. « Et toi alors ? Un collégien tout juste débarrassé de Poudlard qui ne maîtrise toujours pas l’occlumencie après tous ces mois. Tu devrais essayer de m’empêcher de voir quoi que ce soit au lieu de ces tentatives désespérées de me rendre jalouse. » Elle se penche vers lui et pose ses lèvres sur les siennes. Il sourit avant de la renverser. « Vas y ». Elle attrape son regard. Et ça recommence. Il la sent parcourir son cerveau et ça lui donne la nausée. Il a horreur de cette sensation, surtout quand elle est prolongée. « Concentre-toi. » Il soutient son regard.

Il avait mis un certain à comprendre comment ça marchait. C’était assez indescriptible, mais il avait fini par saisir la chose. C’était un peu comme des portes qui s’ouvraient en lui, des portes qu’elle poussait sans préavis. Il fallait qu’il soit suffisamment réactif pour les maîtriser. Certaines portes étaient plus difficiles à garder fermées que d’autres. Les choses qui le touchaient, surtout. Sa mère, son géniteur. Les portes qui faisaient mal. Trop mal. C’était la douleur qui était ingérable. Les souvenirs désagréables dont on ne veut pas et qui nous sont imposés. Elle jouait là-dessus, le poussait à craquer. « Sombre petite merde », semblait-elle vouloir lui rappeler. Elle cherchait et trouvait les failles. Elle le malmenait, comme un bout de chiffon dans le tambour d’une machine à laver.

Mais il est déterminé. Alors il se concentre. Il visualise toutes les portes dont elle s’approche. Il les compte, il les catégorise. Il les referme. Parfois un peu trop tard. Il s’épuise, il s’acharne. C’est dur, parce qu’elle ne lui laisse aucun répit. Mais il ne craque pas. Il tient bon, il la repousse. Finalement, elle y met un terme. « Voilà ce que j’appelle des progrès. »




Il est libre. Enfin.

Les dernières séances se sont trop bien passées. Elle a eu de plus en plus de mal à se glisser dans son esprit, jusqu’à ce qu’il lui soit totalement fermé. Alors, comme il s’y attendait, elle est partie. Elle lui a laissé une petite note. « Désolée, mais tu n’as plus besoin de moi. C’est mieux ainsi. Tâche de ne pas oublier que tu me dois un service. »
Il sourit en relisant la note. Bien sûr qu’elle prendrait la poudre d’escampette. Il n’en attendait pas moins d’elle. Parce qu’ils étaient trop semblables.

Quel âge a-t-elle réellement ? Au moins dix ans de plus que lui. Quelle est sa vraie apparence ? Il est prêt à parier que ce n’est aucune des deux qu’il a pu voir. Dans son acharnement à ne rien lui dire, elle s’est trahie. Comme lui, elle n’a pas envie d’être découverte. Elle a envie d’être fantasmée, admirée, aimée même. Elle a soif de pouvoir. Comme lui, lors de leur première rencontre, elle a beaucoup trop d’orgueil. Ça n’a pas été compliqué d’en jouer, après quelque temps passé avec elle. Il avait finalement compris. Elle voulait jouer avec quelqu’un qui lui ressemblait, et gagner. Donc il l’a laissé faire.  Les sentiments qu’il a développé pour elle ont été d’une grande aide, bien sûr. Ce n’est pas vraiment de l’amour, plus du respect et, en effet, un peu d’admiration. Elle est rudement douée, il lui faut bien l’admettre.
Alors il a joué au plus faible, qui se croit fort. Elle a trouvé ses faiblesses, mais au détriment de ses forces. Parce qu’elle a cru le maîtriser ainsi. D’une certaine façon, c’est vrai. D’un autre côté, ça lui a permis de l’éloigner du reste. Alors elle n’a pas vu que, subtilement, patiemment, il l’a dirigée vers ce qui l’arrangeait. Parce qu’il a eu besoin d’elle pour apprendre. Et comme elle a eu besoin de lui pour se sentir vivre, elle a oublié les portes les plus importantes. Celles qui la concernaient. Parce qu’elle a cru ne pas en avoir besoin. Elle a cru lire en lui comme dans un livre ouvert.
Elle a raison, à moitié. Il sourit, parce qu’il ne s’agit pas seulement d’empêcher les gens d’entrer dans son esprit. Il s’agit aussi de les induire en erreur. Les laisser voir ce qu’on veut. Ouvrir et fermer des portes comme il nous plaît. En somme, c’est dans sa nature même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: Chad Whittaker - Formation à l'Occlumencie   Lun 25 Juil - 19:02

Un RP parfait que j'ai adoré !
La formation est validée

_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chad Whittaker - Formation à l'Occlumencie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formation professionnelle: 30000 jeunes cibles
» L’État doit investir dans la formation professionnelle
» Haiti Universite: Formation tronquée, société sous-développe
» Padawan en cours de formation, mais sans maître [Résolu]
» Piratage informatique et déformation médiatique

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement :: Grandes papiers du forum :: ❝ Bureaux Administratifs. :: Dons & Formations-
Sauter vers: