Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MessageSujet: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Sam 6 Aoû - 1:28









Jon&Moira



Agacée, Moira retint de toutes ses forces un long soupir, se laissant glisser au fond de son siège à la place. Elle avait beau adorer l’histoire et apprendre en général, ce cours l’ennuyait profondément. Comme la plupart des élèves présent, à en juger par leurs mines aussi radieuses que la sienne. Rien de bien étonnant, vu le ton monocorde sur lequel le manuel était lu.

Autant le lire soi-même, là, Moira y verrait un quelconque intérêt. Elle envisageait même de le mettre sur sa liste de toutes les choses qu’elle pourrait faire, là, tout de suite, pour mieux occuper son temps. N’importe quoi, aurait été mieux que ce cours, en fait. En particulier hurler sur sa soeur, Willow.

Pas sans raisons, non, tout de même. Sa, ou plutôt, ses raisons se constituaient d’une multitude de tâches de peinture sur ses mains et dans ses cheveux, relevés en chignons dans un futile espoir de les camoufler, en vain. Sachant à quel point elle avait horreur de cela, sa soeur avait tenté de lui inventer une peinture invisible sur la peau... Ce qui avait marché !

Jusqu’à ce qu’elle sèche. Et s’avère impossible à retirer, peu importe ce que tentait Moira. Ce qui, sans grande surprise, l’énervait profondément, et n’arrangeait pas son impatience envers ce cours. Elle était frustrée, voilà tout. Elle se redressa avec une moue boudeuse, cherchant une quelconque distraction.

Elle essaya d’abord de griffonner, tant pis pour sa prise de note, mais sans succès. Tout ce qu’elle faisait, c’était faire glisser sa plume, sans but précis sur son parchemin, en commençant à s’agiter. Elle tourna la tête vers Jonathan, assis à côté d’elle. C’était peut-être bien le seul griffondor qu’elle ne méprisait pas. On pouvait même dire qu’elle l’appréciait, beaucoup, qui plus est. Mais elle se gardait bien de le lui dire, des fois qu’il se sentirait important après ça.

Bon, là, tout de suite, il l’était, c’était peut-être sa seule chance de rendre ce cours un tant soit peu intéressant. Comment ? Elle n’en avait aucune idée. Reprenant sa plume, elle improvisa une grille sur son parchemin, traçant un délicat cercle dans la case du milieu avant de glisser le bout de papier vers son voisin.







_________________
::Crédit à l'incroyable Jonathan::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Sam 6 Aoû - 2:25



Casse toi


Le vide. J'utilisais les pleines capacités de mon cerveau à le contempler. C'était pas vraiment du vide vide. Il y avait bien quelque chose devant moi, en soi, enfin, dans mon champ de vision, mais je n'y prêtais aucune attention. En même temps, vu la scène qui se déroulait là, c'était compréhensible. C'était un prof, ou un élève, ou un entre-deux, peut même un rat, qui lisait avec grande "passion" un bouquin - très certainement le manuel de classe.

Et quelle classe, hein. Histoire de la magie. Histoire. De. La. Magie. Le cours le plus ennuyeux qui soit. Déjà, l'histoire moldu ne m'avait jamais passionné, la magique n'avait pas non plus trouvé grâce à mes yeux. C'était pas parce qu'on collait le mot '"magique" quelque part que ça devenait merveilleux. Loin de là. Bref. J'avais toujours réussi a avoir des notes horribles dans ce cours, ce qui traduisait extrêmement bien ma grande passion à son encontre,  presque autant que l'intérêt que j'y portais durant celui-ci.

Donc, je fixais le vide. Il n'avait rien de remarquable non plus, mais il restait toujours préférable à un cours soporifique. Même si, après réflexion, on pourrait se demander si fixer le vide au point de vivre le vide ne revenait pas à dormir en quelque sorte, dans le sens de mettre en pause le monde extérieur. J'en perdais presque la notion du temps d'ailleurs, jusqu'à ce qu'un détail vienne me chiffonner l'esprit.

Un truc qui se dirigeait vers moi. Blanchâtre. Un bout de papier. J'y prêtais attention, un rond, une grille. Je regardais la main qui me l'avais tendu, rattaché à une personne que je connaissais plus ou moins. Moira, le genre de gens aussi joyeux que moi. Au moins elle ne me tapais pas plus que ça sur le système, et elle avait l'air aussi ennuyée que moi. Je poussais un soupir. J'avais perdu ma concentration.

Mon regard fit quelques aller-retours, papier-fille, fille-papier. Pourquoi pas. Je pris ma plume entre mes doigts et je griffonnais une croix au hasard, dans en bas du coin droit de la grille. Mais ma main ne s'arrêta pas là, elle continua à écrire une petite annotation sous la grille, un truc du genre : « Tu t'es pris pour un picasso ? Remarque, la ressemblance est frappante. » Parce que bon, le côté peinturluré de la serpentarde ne m'avait pas échappé. Elle avait l'air bien ridicule d'ailleurs.





_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Dim 14 Aoû - 15:52









Jon&Moira


Oh, il soupire, le pauvre bichon. Moira retint un sourire amusé devant la moue du Griffondor. S’il avait un talent incroyable pour regarder en direction de la personne qui lisait, elle était sûre qu’il n’écoutait pas un mot de plus qu’elle. Et pourtant, il avait presque l’air outré qu’elle l’ai dérangé dans son… Elle ne savait même pas comment définir ce qu’il faisait. Car il ne faisait rien. Comment nommer quelque chose qui n’existe pas ? Bien sûr, elle aurait pu dire sa flemmardise, ou même sa procrastination, mais ce n’était pas le mot qu’elle cherchait, et, par conséquent, ça ne lui convenait pas.

Mais, elle ne pouvait rien y faire, là tout de suite. Et elle s’en fichait, concrètement. Elle voulait juste qu’il joue, histoire de s’occuper, et autrement qu’en divaguant sur des concepts aussi frustrant que le cours auquel elle assistait. Elle ne souhait pas non pus qu’il écrive un mot, bon sang. S’attendant au pire, la rouquine fronça les sourcils avant même de le lire. Et son instinct avait eu raison. Évidemment, il avait remarqué les traces sur ses mains et les avait commentées. Pour sa défense, même si elle n’avait pas envie de la prendre, c’était difficile à louper.

Si elle avait pu, elle aurait étranglée sa soeur, là, tout de suite. Mais, il était hors de question que ça se voit. Elle avait tout de même sa dignité, elle préférait au moins prétendre que c’était volontaire. Et elle était douée pour ça. Bien sûr, elle préférait réellement contrôler les choses et le cours de sa vie, mais… Quand ce n’était pas possible, elle avisait comme elle pouvait. Il fallait juste un peu de créativité, que l’ennui aide à produire. Et elle s’ennuyait beaucoup à l’heure actuelle. Alors, reprenant le bout de papier, elle réfléchit une seconde avant d’écrire sa réponse.

« Ouais, je tente un nouveau truc. Tu veux essayer Klein ? »

Sans attendre sa réponse ni même y réfléchir, elle trempa le doigt dans son pot d’encre avant de le glisser sur le dos de la main de Jonathan, laisssant la trace la plus épaisse possible. Ce n’était peut-être pas l’idée la plus originale qui soit, mais la seule auquelle elle avait pensée sur l’instant. Finalement, l’ennui ne travaillait pas tant que ça à sa créativité. En plus, elle n’était même pas sûre d’avoir une réaction de sa part. Tant pis, ça valait le coup de tenter. Reprenant sa plume, elle traça un joli O dans le coin en haut à droite de la grille.






_________________
::Crédit à l'incroyable Jonathan::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Mar 16 Aoû - 6:53



Casse toi


Le temps ne passait toujours pas plus vite, et je m'ennuyais toujours autant. A croire que rien n'était en mesure de m'intéresser vraiment ce jour-là. Même pas ce jeu idiot. Même pas cette drôle de sensation sur ma main. Bien sûr, ça m'avait étonné, de quoi me hausser le sourcil et jeter un regard de l'incompréhension passant de ma voisine, à ma dite main. Mais rien de plus, au final, c'était pas grand chose, une sorte de caresse étrange avec de l'encre. Comme si elle était en train de faire une sorte de rituel vaudoo, peut-être pour invoquer le dieu de l'ennui coursical, histoire qu'il nous sauve la mise. Peut-être c'était juste une de ces lubies étranges, difficile à dire. De toute façon elle était un peu bizarre cette fille, déjà qu'elle était rousse. Mais bon, les gens général l'étaient aussi d'ailleurs, (pas roux, bizarres, ils n'ont pas encore réussi à dominer le monde ceux-là, fort heureusement) il fallait toujours qu'ils trouvent le moyen de faire un truc complètement chelou.
Moi y compris, même si j'aurais aimé, je ne sortais pas vraiment du lot. On échappe pas à sa condition humaine, j'imagine. Bref. A peine avait-elle enlever le doigt du dos de ma main, sans vraiment laisser le temps à la gou-goutte de continuer sa route, que je portais le tout à mon visage. D'un geste, j'essuyais tranquillement le tout sur ma joue, en jetant à Moira un petit regard très blasé. Le genre dont j'ai le secret, celui que j'ai pu perfectionner au fil des siècles.
Je sais pas vraiment ce qui m'a pris pour le coup, mais ça m'avait sembler être la seule issue possible à cette affaire qui de toute façon n'avait aucun sens. S'enduire le visage, quoi de plus normal ? Je me fichais complètement d'être sale, tout c'était passé dans un calme des plus total que personne n'avait remarqué mon nouveau tatouage fait maison. Tant mieux, je n'avais pas spécifiquement envie de me faire remarquer pour quoi que ce soit.
Je repris ma plume entre mes mains et répondu à son petit mot doux en m'appliquant à chaque lettre.

"Voilà, comme ça on est deux artistes. Appelle moi le performeur de génie."

Je m'échinais ensuite à dessiner une belle croix dans la case, en bas à gauche. Car après tout, ce n'était pas parce que ce jeu manquait d'intérêt que j'allais l'abandonner. C'était toujours une sorte de compteur de temps, pas très précis comme montre, mais toujours ça. Je savais même pas où on en était dans le cours de toute façon. la sonnerie aurait pu retentir sur l'instant que ça ne m'aurait même pas étonner, mais non, ça ne voulait toujours pas, à croire qu'on était là que depuis quelques minutes.
Il n'y avait nul doute que ce cours resterait définitivement le plus passionnant de toute ma vie. De ceux qu'on se souvient pendant longtemps. Vraiment, le genre qu'il faut marquer d'une... croix.





_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Mar 16 Aoû - 15:22









Jon&Moira


Il l’a mis sur sa joue. Moira eu un léger temps de réaction, l’observant porter sa main tâchée d’encre à sa joue. Pourquoi au juste ? Elle n’en avait aucune idée. Elle trouvait qu’elle avait souvent des pulsions étranges, mais là, c’était carrément bizarre, même venant de lui. Mais, ce n’en était pas moins hilarant. Par conséquent, une fois le moment de surprise passée, la rouquine eu tout le mal du monde à ne pas éclater de rire. Elle aurait pu, ce n’était pas l’envie qui lui en manquais, mais, dans une classe si silencieuse, ce ne serait pas passé inaperçu.

Un artiste, moui. Moira lui lança un regard sceptique, bien qu’accompagné d’un sourire. Le performeur de génie...En tout cas, ce n’était pas la modestie qui l'étouffait. Mais bon, ça ce n’était rien de nouveaux. Au moins, c’était plutôt amusant. Tellement qu’elle en aurait presque oublié son ennui et ce cours. Presque. La voix monotone du lecteur se chargeait malheureusement de lui rappeler l’endroit ou elle se trouvait.

Mais c’était déjà moins pire, elle pouvait s’occuper actuellement, à réfléchir sur la grande stratégie que demandait le morpion. Non, vraiment, à quelques secondes près, elle aurait presque loupé qu’il suffisait d’un x au millieux en bas pour qu’il fasse une ligne. Chose qu’elle s’empressa d’empêcher en y glissant un O à la place. Elle avait peut être un peu trop l’esprit de compétition mais elle aimait gagner, et espérait bien y arriver, même pour une simple partie de morpion.

« Génie ? Je n’irais pas jusque là. »

Mais, il fallait avouer qu’il faisait une bonne toile. Elle n’avait aucune idée de pourquoi, mais l’idée de dessiner sur quelqu’un était beaucoup plus divertissante que celle de le faire sur un parchemin. Alors, vu qu’elle avait un bras qui, visiblement, s’en fichait, à disposition, elle ne s’en priva pas.






_________________
::Crédit à l'incroyable Jonathan::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Jeu 18 Aoû - 19:04



Casse toi


Visiblement, que ce soit par mon comportement étrange ou par mon faux narcissisme, je l'amusais. Remarque, ce n'était pas un exploit d'être plus attrayant que ce cours, et un rien éveillerait l'intérêt de n'importe qui, même de moi. En fait, ce jeu m'occupait de mieux en mieux l'esprit, assez presque pour oublier l'arrière fond sonore qui lui, était assez désagréable. Bon, ce n'était qu'un morpion, mais tout de même. Trop de gens oubli qu'il y a une vrai stratégie au morpion. Bien sûr, ce n'est pas les échecs, et il bien facile de voir lorsqu'on va se faire avoir, mais c'était tout là l'enjeu, faire oublier à l'autre la partie, le distraire au mieux.
Le problème, c'est que Moira semblait bien trop concentré sur la partie pour se laisser distraire. De toute façon, le jeu était déjà un moyen pour elle d'essayer d'oublier le cours, évidemment qu'elle n'allait pas maintenant oublier le jeu au profit de celui-ci, ça n'aurait pas de sens. Bref, elle avait contré ma future victoire et je contrais la sienne ensuite en plantant ma croix bien au milieu du sommet. La partie semblant alors déjà s'écrire d'avance : ça allait partir sur un match nul. C'était souvent ça le morpion, les trois premiers coups étaient décisifs, mais bon, les grands joueurs n'abandonne jamais, il restait peut être un petit espoir ?

« Sois pas jalouse de mon intellect hors du commun. »

Evidemment, je passais pour un véritable narcissique en puissance, mais c'était de la parlotte, et elle s'en doutait bien. J'étais loin de me considérer comme un génie ou comme quelqu'un qui sortait du lot, à vrai dire, je n'en avais même pas envie. Le génie incompris, c'était très peu pour moi, j'avais toujours le sentiment que les gens qui se prenait tel quel n'était que dans un jeu de paraître, de "regarder moi je suis tellement marginal". Personnellement, je ne me sentais ni compris, ni incompris, j'en avais un peu rien à foutre en fait. Remarque, c'était peut être aussi un style que je me donnais, mais à la limite, je m'en foutais aussi. Ce que je renvoyais aux autres avait peu d'importance.
Sinon je me serais offusqué des dessins ridicules que Moira s'était mis à me dessiner dessus. Elle manquait visiblement terriblement d'inspiration, mais je la laissais faire. La regardant se divertir sans réagir, impassible. Elle devait vraiment être au bord du gouffre de l'ennui pour en arriver là. Et puis, je me rappelais que moi aussi j'étais à la même enseigne, alors, sans trop réfléchir, je me suis aussi mis à gribouiller sur mon propre bras, pas très loin de ses dessins à elle. Soyons clairs, ce que je faisais se révélait d'une laideur sans nom, mais je n'avais pas la fibre artistique moi.






_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Jeu 18 Aoû - 20:48









Jon&Moira


Il est tellement...Zen. C’était vraiment le moins qu’on puisse dire, Moira devait le reconnaitre. C’était surement pour ça qu’elle l’appréciait, d’ailleurs. Elle n’aimait pas les gens hyperactif, qui parlent trop fort, ou encore qui s'emballent pour un rien. Il fallait savoir rester calme dans la vie, c’était une qualitée que Moira appréciait. En particulier lorsqu’il s’agissait de la laisser faire à sa guise. Son idée étant, à l’heure actuelle, de gribouiller sur le bras de son camarade. Oh, ce n’était pas du grand art ce qu’elle faisait, et ça ne débordait même pas non plus d’inspiration. Mais elle ne pouvait pas mieux à l’heure actuelle, et on ne pouvait même pas le lui reprocher en prétendant qu’elle était dans un contexte propice à l’épanouissement de son esprit, même le pire idiot du monde reconnaîtrait un mensonge aussi gros.

C’était donc avec une nonchalance royale qu’elle gribouillait quelques petites choses au hasard sur le bras de Jonathan qui s’en fichait. Des petites fleurs, une carotte, un oiseau. Plein de trucs très virils, en somme. Enfin, en parlant de virilité, elle avait bien pensée à faire quelques dessins, disons plus...Explicites, voir carrément obscènes, mais elle n’était pas d’humeur puérile pour l’instant. Elle avait beaucoup plus de classe et de prestance que ça. Du moins, c’est ce qu’elle se plaisait à croire. En réalitée, dessiner sur le bras du premier venu n’était pas ce qu’on pouvait appeler classe.

Bon, ce n’était pas vraiment le premier venu… Mais tout de même. Le lien qu’elle entretenait, ou n’entretenait pas, elle n’en était pas sûre, n’avait rien à voir là dedans. Mais c’était tout de même amusant, et c’était tout ce qui lui importait pour l’instant. D’autant plus que, vu qu’il s’y était mis aussi, ça ne le dérangeait vraiment pas. Elle s’appliqua à ranger cette information dans un coin de sa tête, elle pourrait s’avérer utiles lors de futurs cours on ne peut plus ennuyeux. Remarque, il serait difficile d’égaler celui là, qui battait tout de même des records…

Mais qui finissait enfin. Moira ne releva même pas la tête au son de la cloche, elle ne s’attendait tellement pas à ce que ce son libérateur arrive enfin, qu’il lui passa au dessus de la tête. C’est en relevant les yeux à la fin d’un petit fantôme qu’elle remarque que tout le monde rangeait ses affaires. Mais, aussi surprenant que ça lui semblait, même à elle, elle n’avait pas l’attention de bouger là tout de suite. Elle faisait oeuvre d’art. Un peu nulle, certes, mais tout de même. De son autre main, elle attrapa donc le poignet de Jonathan, s’assurant ainsi qu’il ne bouge plus.

« Attends, je te fais une manchette là, ne me coupe pas dans mon élan artistique, monsieur le génie. »





_________________
::Crédit à l'incroyable Jonathan::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Jeu 18 Aoû - 22:06



Casse toi


Il ne me serait jamais venu à l'idée de me gribouiller dessus, chose pourtant commune chez les élèves empreints d'ennui ou autres, mais à moi non. Même enfant, je dessinais peu, et encore moins sur moi. Ce n'était pas une question de manque de créativité, ou de peur de ma salir, sinon jamais je ne me serais foutu de l'encre plein la joue. Non, je n'avais tout simplement pas l'âme d'un artiste. Il fallait de tout pour faire un monde, et l'art n'avait pas l'air d'avoir besoin de ma personne pour survivre et s'exposer.
Moi j'étais plutôt un observateur un peu passif, un peu trop calme parfois. Je m'étais pris au jeu du gribouillis, mais à dire vrai, je ne faisais que des cercles pas bien ronds, que je remplissais, un à un. C'était très répétitif, et ça me laissait le loisir d'observer les autres dessins, et mon bras, à loisirs. Mon regard fut pris pendant un instant par mes poils, objet d'attention peu courant, et c'est normal, je les avait tout le temps sur moi après tout. J'y étais habitué. Mais bon, pour une fois, mon attention y était portée, et je commençais à me demander combien je pouvais en avoir rien que sur l'avant-bras. Vu la surface, et la taille que ça prenait, des centaines, au minimum. J'avais commencer à la compter, mais me rendait bien compte de la patience que cela me demanderais, et ai vite abandonner, préférant suivre la frontière entre ma peau vierge et celle poilue. Jamais je n'aurais cru que mes poils aller si loin sur ma main. Dans ma tête, ça s'arrêtait en poignet, et pourtant, non, ça allait un peu plus loin, surtout sur les côtés.
Ce qui devait arriver arriva, je me mis à passer la plume sur les poils de ma main, histoire de les rendre plus visible, comme pour confirmer ce que je voyais. Pourtant, j'étais loin d'être hirsute, enfin, à mon avis.

La sonnerie retentit alors, et me sortit de mes pensées. Enfin, ce n'était pas trop tôt. C'est que ce cours commençait à durer. J'observais tout les élèves rangés leurs affaires, les uns précipiter de quitter cette torture, les autres plus lents, encore à moitiés endormit. J'avais aussi envie de rangés mes affaires, de me dégourdir un peu les jambes et de profiter de l'air frais, mais quelque chose me retint le poignet.
Moira, elle avait l'air passionné par ce qu'elle faisait, elle voulait me faire une manchette. Je la regardais, poussait un soupir, à quoi bon ? Si ça lui faisait plaisir, je me disais qu'elle pouvait bien continuer. J'étais encore en mesure de renfrogner mon envie de liberté pendant quelques minutes après-tout. Je lui laissais donc mon bras à disposition et utilisait celui qui me restait pour soutenir ma tête fatiguée, pendant que je l'observais d'un air mi-amusé, mi-saoulé.

"Prend ton temps, surtout, petite carotte."






_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Jeu 18 Aoû - 22:36









Jon&Moira


Moira marmonna un juron entre ses dents alors que quelqu’un bousculait la table en passant. Bon sang, les gens pourraient avoir un peu de considération pour l’art ! Et même pour ce cours ! La cloche avait à peine sonnée que tout le monde courrait déjà hors de la classe. Franchement, il n’y a plus aucun respect ! Comment ça, c’était hypocrite ? Ce n’était clairement pas le genre de Moira. La preuve, elle restait le plus longtemps possible en classe. Certes, pas forcément pour de bonnes raisons, mais tout de même. Avec un peu de chances, leur professeur penserait que c’était par passion pour son cours.

Même si c’était probable. Il était peut être vieux, mais pas aveugle, et Moira n’était pas vraiment discrète dans ses gribouillages. Mais elle s’en fichait, le cours était finis, et le silence, une fois la classe désertée par tout le monde, était beaucoup plus appréciable que la lecture précédente. Elle s’éttonnait presque que Jonathan soit resté, tout de même. Même si elle lui tenait le bras, elle doutait fortement d’avoir assez de force pour le retenir s’il avait voulu se dégager. Mais non, il était resté.

Et pour satisfaire son caprice, qui plus. Elle en aurait presque été touchée. Mais elle était bien trop occupée à l’observer regarder fixement sa main. Elle fronça un peu les sourcils, se demandant bien ce qu’il pouvait faire… Mais elle lâcha vite l’affaire, levant tout de même un peu les yeux au ciel. Elle n'avait pas besoin de réfléchir longtemps pour savoir ce qu'il faisait. Il devait juste être stupide, et du coup, c'était inexplicable. Elle en avait souvent plaisanté, mais là, ça se confirmait. C'était la seule solution possible à ce regard vite. Ou alors,c'était l'ennuie qui lui était monté au cerveaux.

Mais bref, elle avait mieux à penser, là tout de suite. Reposant sa plume, elle attrapa, à la place, sa baguette, pour enchanter les petits gribouillages sur son bras. En réalitée, elle n’avait aucune idée de si ça allait marcher, c’était la première fois qu’elle essayait ce sort sur de la peau humaine. Mais justement, c’était l’occasion ou jamais. Elle n’allait tout de même essayer sur elle même. Et c’est avec un sourire satisfait qu’elle observa le petit oiseau virevolter à sa guise sur le bras de Jonathan.

« Voilà ! Maintenant, tu t’ampute le bras, tu le mets dans du formol et bim, dans dix ans tu peux devenir riche avec. »






_________________
::Crédit à l'incroyable Jonathan::
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    Jeu 18 Aoû - 23:01



Casse toi


Il ne fallu pas très longtemps pour que tout les élèves disparaissent de la salle, au final. Je me retrouvais en tête avec une rousse obsessionnelle de gribouillis, tellement que même le prof n'avait pas osé la déranger dans son affaire. C'en était presque drôle en fait. Le pire, c'est qu'elle devait être persuadé que c'était moi, le type bizarre. Elle n'avait certainement pas tord en tout point, mais c'était bien elle qui s'était mis à me prendre pour une de ses toiles depuis le début, pas l'inverse. C'était elle qui avait commencer la bizarrie, pas moi.
Je me répétais ça, mais en fait, le fait de savoir qui des deux était le plus louche à rester après un cours ennuyeux pour des gribouillis épidermiques m'importait peu. Je commençais surtout à me demander combien de temps j'allais mettre pour m'enlever ça, et quand est-ce que j'allais le faire. Je ne me voyais pas me promener partout avec ce machin ridicule, et en même temps, j'avais une grande flemme à m'imaginer frotter pour que ça parte. Il devait certainement exister un sort pour tout faire disparaître facilement. Les sorciers avaient toujours le bon truc pour éviter de gâcher de l'huile de coude, et c'était fort pratique.

Enfin, une douce inquiétude vint m'envahir lorsqu'elle pris sa baguette en main. Qu'est-ce qu'elle avait en tête ? Je n'avais pas peur d'elle, mais de là à dire que je lui faisais toute confiance, c'était beaucoup. Je la savais parfaitement capable de me prendre pour un cobaye ou un truc du genre, alors non, j'étais pas très rassuré. Mais bon, d'un autre côté, je savais qu'il n'y avait pas meilleur endroit que Poudlard pour t'aider en cas de pépin. L'infirmière avait l'habitude de soigner des élèves victimes des expériences de leurs petits camarades. Et petite, Moira l'était. Bref, si je devais subir des sorts mal maîtrisés, autant ici qu'ailleurs.
Heureusement, elle savait encore utiliser sa baguette convenablement, ou il s'agissait là d'un sort dont elle était habituée, je ne savais pas trop. Ceci dit, faire voltiger des petits zoiseaux sur les bras de ses victimes lui ressemblait bien, une fille vraiment fleur-bleue.

" Ah, tu ne m'en voudras pas de le garder encore quelques années, il me sert pas mal ces temps-ci. "

Un petite réplique en rangeant mes affaires, et avant de partir, comme pour accompagner ma phrase précédente et prouver l'utilité de mon très cher bras, un petit pat-pat paternaliste. Il était certain qu'elle saurait apprécier ce petit geste.

" Aller, à plus Carotte. "




_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: « Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.    

Revenir en haut Aller en bas
 
« Casse toi, tu pue, et marche à l'ombre » || PV Jonathan.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Casse toi tu pues et marche à l'ombre - Sixtine
» Nouvelle chevalière,nouvelles surprises (Lisbeth & Tsubasa)
» Marche à L'ombre - En cours -
» S1E3 : L'inquiétude d'une mère... N'est au final pas si importante
» Questions sur l'integration d'Haiti au marche de la CARICOM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Salles de Classe. :: Histoire de la Magie-
Sauter vers: