Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 And suddenly I'm helpless [Lewis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Ven 12 Aoû - 0:56

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Et voilà, tout allait commencer. Son premier jour entre les murs qu'elle connaissait si bien. Elle y avait passé sept années. Sept merveilleuses années dont elle avait rêvé plusieurs fois qu'elles recommencent. Encore et encore. Elle y était enfin.
Le château n'avait pas vraiment changé. Rose avait commencé à aller à Poudlard juste après la guerre qui y avait éclaté, et les travaux avaient cessé depuis longtemps, rendant à l'école sa prestance naturelle. Traversant la cour intérieure, la nouvelle professeure observait la vie étudiante qui grouillait derrière ces murs. Des écharpes rouges, vertes, jaunes, bleues se pressaient vers la grande salle sous un soleil couchant, baignant le château dans un rouge chatoyant. Un paysage qu'elle était tellement ravie de revoir que son coeur émit un battement ravi. L'émotion lui montait presque aux yeux. S'ils savaient tout ce qu'elle avait dû faire pour en revenir là...

Un des membres du personnel lui avait déjà pris ses bagages pour les mettre dans sa nouvelle chambre attitrée. Elle se sentait un peu légère, avec seulement sa cape d'un violet très sombre sur les épaules. Rose s'engouffra dans une des artères du château. Elle se souvenait parfaitement du chemin pour aller à la grande salle, après tout, après tout ce temps elle connaissait l'endroit par coeur. Cela avait beau faire longtemps, elle se sentait comme la jeune Serpentard qui assistait à une énième rentrée. Enfin presque... Elle n'allait pas retrouver ses amis cette fois, ni être une simple élève. Il fallait qu'elle leur enseigne maintenant, à des jeunes sorciers qu'elle ne connaissait pas du tout, à côté de professeurs tout aussi inconnus. Pire encore, Rose avait une peur bleue de ne pas être à la hauteur. Elle essayait de se rassurer en se disant que si Poudlard l'avait choisie, c'était pour une raison. Mais en même temps, elle s'était faite insistante... Bon, cette école n'allait quand même pas choisir un professeur à l'usure. Non?

Rose était arrivée. Des centaines d'élèves s'engouffraient par la grande porte. À ce qu'elle voyait, beaucoup s'étaient déjà installés aux grandes tables, il ne restait plus grand monde à faire rentrer avant que les dernières recrues n'arrivent. Malheureusement, elle n'allait pas emprunter cette voie aujourd'hui. Le gardien lui avait dit "à droite de la grande porte". La nouvelle professeure observait ce qu'il y avait à droite de la grande porte, mais tout ce qu'elle y voyait était un mur qui s'étendait encore sur plusieurs mètres... Dans le doute, elle le longea. Elle se retrouva devant une arche qui menait à un escalier. L'instinct de Rose lui disait que ce n'était pas ça... Elle longea tout de même les escaliers au cas où. Mais elle atterrit dans une pièce sombre et poussiéreuse. Définitivement pas ici.
Rose redescendit. À droite, il était sûr? Alors que les derniers élèves rentraient dans le hall, la grande porte se referma. Bon, là, il fallait qu'elle trouve une solution. En jetant un coup d'oeil, il n'y avait aucune porte à gauche non plus... Rose réfléchit. Non, c'est vrai, il fallait qu'elle se remette à penser sorcier. Ses années chez les moldus ne l'avaient décidément pas réussi... Elle se souvenait que le gardien avait mimé un petit geste de la main lorsqu'il lui indiquait la voie, elle n'y avait pas vraiment prêté attention. Comme s'il tenait... Une baguette! Bien sûr. Rose se tint à droite de la grande porte, comme prévu, sortit sa baguette et la balança d'un petit coup sec de poignet. Une porte, plus petite, apparut. Ben oui, c'était logique, en y repensant...
Rose poussa l'entrée cachée et fit grincer les gonds. Ce n'était rien, il fallait qu'elle s'y remette... Tout irait mieux dans un mois ou deux. Le stress était présent, mais elle arrivait tout de même à se calmer quelque peu. C'était le premier soir, tout allait bien se passer. Longeant un couloir sombre, la jeune femme fit un Lumos avant de distinguer la bifurcation à gauche, à quelques mètres. Rose éteint sa baguette et s'avança dans l'encadrement. McGonagall était déjà en train de faire son discours... Mince, elle n'allait pas arriver en plein milieu, maintenant. Bon, elle allait attendre là, le bon moment. D'un dernier geste de baguette, Rose fit disparaître sa cape, qui s'était rangée à l'intérieur. Dans la pénombre où elle se trouvait encore, elle portait désormais une robe d'un vert satiné. Ancienne Serpentard, elle n'avait pourtant pas fait attention à la couleur. Elle aimait simplement sa forme qui, selon elle, lui allait bien.
La directrice termina ce qu'elle avait à dire avant de présenter les professeurs. Ah, génial. Rose se sentait sur une corde raide. Entrer en trombe ou ne rien faire encore? McGonagall arriva à l'astronomie et eut un blanc lorsqu'elle nota le siège vide. Heureusement qu'elle aperçut les gestes insistants de la jeune femme dans le couloir. Elle l'invita alors à se joindre au banquet.

Rose souffla. Elle état à la fois un peu soulagée et morte de peur. Elle s'avança dans la lumière. Tous ces élèves avaient les yeux rivés sur elle. La nouvelle professeure sourit, fit un petit geste de la tête, montrant un grand calme. À l'intérieur, des dizaines de bombes nucléaires balançaient son petit coeur contre toutes les parois de son corps. Mais ça allait, ça allait...
Rose s'assit à sa place, affichant un sourire aimable. Son collègue de gauche lui souhaita la bienvenue, secouant vigoureusement sa main. Un peu surprise, mais honorée, la jeune femme le remercia. Elle se tenait à deux places de Minerva, et en regardant dans cette direction, elle tomba sur le regard de son voisin de droite...
Rose s'immobilisa. Si son organe vital dans la poitrine avait été malmené ces dernières minutes, là il avait carrément cessé toute activité. Avant de reprendre tel un batteur de métal. Sa bouche s'entrouvrit mais aucun mot ne sortit. C'était un miracle qu'elle ne se soit pas évanouie.

Lewis...

DEV NERD GIRL

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Ven 12 Aoû - 12:09



And suddenly i'm helpless
Avec la jolie professeur d'astronomie

Lewis revêtait sa cape de sorcier sur sa chemise, face au miroir de sa chambre. Bien coiffé, bien habillé et bien rasé : il tenait toujours à faire bonne impression le premier jour de l'année, même si par la suite il oubliait de temps à autre de se raser. Le Directeur des rouges et or jeta un coup d'oeil à sa montre, craignant d'être en retard. Il lui restait dix minutes, parfait. Le jeune homme sortit de ses appartements et se dirigea vers la Grande Salle d'un pas tranquille.

C'était sa troisième rentrée ici en tant que professeur de Métamorphose, et ce poste convenait parfaitement à l'ancien Gryffondor : en effet, c'était à Poudlard qu'il s'était toujours senti chez lui, et nulle part ailleurs. En marchant dans les couloirs pour le moment vide, Lewis arrivait à se voir les arpenter, plus de douze ans auparavant. Il n'avait pas trop changé depuis ; les années l'avaient rendu certes un peu plus mûr et il avait gagné en tranquillité d'esprit, mais au fond il restait un gamin aux yeux bleus rieurs. Il finit par arriver à la Grande Salle, et salua les professeurs déjà présents ainsi que la directrice, et prit place à côté du professeur de sortilège et d'une place vide. On l'informa que c'était la place de la nouvelle professeur d'astronomie, qui ne devrait pas tarder à arriver. Lewis accueillit la nouvelle avec une certaine curiosité, se demandant s'ils s'entendraient bien. Une fois tout les professeurs installés - sauf la professeur d'astronomie, peut-être était-elle nouvelle et s'était perdue dans le château ? - La directrice se dirigea vers l'entrée principale de la salle, qu'elle ouvrit aux étudiants. Aussitôt, une ribambelle d'élèves vêtus de cravates rouges, jaunes, bleues ou vertes entrèrent et se dirigèrent vers leurs tables respectives.Le professeur de Métamorphose jeta un regard fier à la table des Gryffondor. D'ici quelques minutes, les premières années allaient arriver et être répartis, et Lewis espérait de tout son coeur qu'il y aurait des élèves sympathiques qui rejoindraient le rang des rouges et ors. Un petit troupeau d'enfants mal à l'aise guidé par un des professeurs finit par débouler au milieu de la salle, et McGonagall fit le discours habituel, et présenta chaque professeur tour à tour. Au moment de présenter la professeur d'astronomie qui était toujours absente, McGonagall l'aperçut dans le couloir utilisé par les professeurs et l'invita à se joindre à eux. Absorbé à essayé de deviner qui parmi les premières années allaient rejoindre la maison des braves, Lewis ne consentit à jeter un coup d'oeil à la nouvelle qu'une fois qu'elle fut installée à côté de lui. Il sourit, et allait se présenter quand il la reconnut. Cette femme... Non. C'était impossible. Elle ne pouvait pas être ici. Et pourtant. A en juger par l'air stupéfait qu'elle arborait également, elle le reconnaissait. Cependant, ce n'était ni le lieu ni le moment pour parler du passé. Son sourire s'était effacé, laissant place à un air digne. Il ne lui adressa pas la parole, se contentant de la saluer d'un geste de la tête, tout en la regardant avec des yeux inquisiteurs avant de ramener son attention sur les premières années.

Du moins, il essayait. L'amour de sa vie, qui lui avait brisé le coeur à la fin de leur septième année et qui n'avait jamais répondu à ses lettres par la suite, se tenait juste à côté de lui. Encore plus belle qu'onze ans auparavant, ravissante dans sa robe verte. Il ne devait pas montrer qu'elle lui faisait encore de l'effet, que son coeur battait la chamade malgré la tristesse qui l'avait empli. Il devait faire croire qu'il l'avait oublié, qu'il s'était remis, qu'il avait à nouveau trouvé l'amour par la suite. La Répartition commença, lui épargnant le fait de devoir faire la conversation. Car à cet instant précis, Lewis n'avait pas envie de parler. Il voulait juste quitter la table.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Ven 12 Aoû - 20:10

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Alerte, alerte! Tout va mal, tout va MAL! Rose s'attendait à tout sauf à ça. Oui, bien sûr, les murs qu'elle venait de traverser lui avaient rappelé des souvenirs... Et elle ne pouvait pas le nier... Il avait été dans un coin de sa tête tout ce temps. Comme un fantôme qui la suivait et la réconfortait en ces lieux. Mais elle le pensait bien loin d'ici. Menant une toute autre vie.

En tout cas, il était à côté d'elle, ça c'était clair et il fallait faire avec de toute façon. Et puis, elle n'arrivait pas à détacher ses yeux de lui. Rose n'en revenait toujours pas de le voir à quelques centimètres d'elle, là, maintenant. C'est comme s'il n'était pas réel. Et pourtant c'était bien lui... Ses traits avaient un peu mûri, certes, mais pas tant que ça. Rien qui ne puisse le rendre moins beau, en tout cas. Il était toujours aussi... attirant. Non, Rose, ce n'était vraiment pas le moment. Pas devant tous les élèves de Poudlard!
Lewis n'avait pas l'air enchanté, il fallait le dire... Vu comment il la regardait, il la snobait presque. Ok, Rose ne s'attendait pas à ce qu'il lui saute dans les bras. Mais tout de même, ça lui avait fait quelque chose. Comme blessée par une arme invisible, la jeune femme détourna son visage de lui. Le choc se voyait sur son visage; sa bouche s'ouvrait et se refermait, ses yeux cherchaient un point d'appui mais se perdaient, et ils étaient d'une brillance alarmante.

Rose n'arrivait plus à bouger. Elle n'osait plus fureter son regard vers son voisin plus que familier. Son coeur menaçait à chaque minute de déchirer sa poitrine en battant si fort. Tellement fort qu'elle le sentait résonner dans ses oreilles et n'entendait la cérémonie de répartition qu'à moitié.
Mais ce n'étaient pas les battements de coeur du jeune amour qu'elle a pu connaître. Enfin, si, bien entendu... ils en découlaient. Mais elle avait mal. L'avoir vu avec un tel dédain sur le visage l'avait bouleversée. C'était stupide, d'ailleurs. Un homme qu'elle n'avait pas revu depuis 12 ans lui faisait un tel effet... Il fallait qu'elle se calme. La professeure d'astronomie se concentra sur les premières années qui passaient chacun leur tour sous le Choixpeau. Gryffondor! Poufsouffle! Gryffondor! Serpentard!
Une petite brochette et elle commençait à aller mieux. Il y avait quelque chose d'intriguant à voir ces jeunes recrues se faire répartir dans les maisons. Les voir prendre leur nouveau départ, comme elle.

Bon, son pouls avait retrouvé une activité un peu plus normale. Rose osa enfin se retourner une nouvelle fois vers Lewis. Il était stoïque. La jeune femme pinça les lèvres, cherchant quelque chose à dire, mais échoua et se détourna de lui à nouveau.
Elle était consciente qu'elle devait l'avoir blessé. Après tout ce temps, il n'avait rien oublié... Bon, c'était facile à dire pour elle, elle n'avait pas reçu la lettre de rupture... Mais tout de même, c'était il y a 12 ans. Et elle n'arrivait même pas à lui en vouloir de faire la tête comme ça. Limite, elle l'appréciait encore plus. Rose se sentait complètement folle. Son petit caractère l'amusait, oui. Elle devait même réprimer un petit sourire qui aurait été mal pris s'il s'en était aperçu.

En tout cas, elle n'allait pas rester deux heures à dîner dans un silence de mort. Rose mit du temps avant de trouver le courage de lui parler. Elle avait l'impression de se jeter aux devants du saule cogneur, rien de moins. Se penchant vers lui pour ne pas avoir à crier, la jeune femme se jeta à l'eau.

« Inutile de faire comme si on ne se connaissait pas... On ne va pas s'ignorer comme des enfants, tout de même! »

Elle avait chuchoté assez fort pour éviter qu'aucun autre professeur n'entende leur conversation. Rose n'avait pas envie d'être le centre de conversation de ses collègues dès le premier jour...
La cérémonie de répartition touchait à sa fin.

« Lewis... Je suis contente de te revoir. »

Heureuse aurait été le mot exact. Sa voix semblait vouloir adoucir les premiers mots autoritaires qu'elle lui avait prononcé après toutes ces années. Elle s'attendait à moitié à tomber sur un mur glacial en guise de réponse. Mais si tel en était le prix...

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Sam 13 Aoû - 19:04



And suddenly i'm helpless
Avec la jolie professeur d'astronomie

Cette journée avait bien commencé et lui avait semblé prometteuse, pourtant. Lewis était prêt pour une nouvelle année scolaire, de nouvelles têtes et événements. Tout, sauf ça. Il aurait même mieux réagi à l'apparition de son horrible belle-mère, qui elle au moins avait eu la décence de lui donner un petit frère brillant, bien qu'il ne le lui dirai jamais en face. N'importe qui, mais pas elle. Rose.

La première fois qu'il l'avait vue lors de sa première année, il avait été immédiatement sous le charme de son regard pétillant, son  sourire plein de malice et sa grande intelligence. Il ne s'était pas rapprochée d'elle cependant, se contentant d'avoir le béguin de loin. Après tout à onze ans, on est pas trop intéressé par l'amour et dans le cas contraire, on ne sait pas comment faire. Les années avaient passé, Lewis avait gagné en confiance en lui et commençait à aimer un peu (beaucoup) la gente féminine. Il l'avait courtisée, mais s'était pris un râteau monumental. Il réessaya quelques mois après pour le même résultat, et en cinquième année également. Mais niet. Lewis passa en sixième année, et devint un peu plus mûr : il arrêta les conquêtes d'un jour ou d'une nuit,et se rapprocha de Rose... seulement en tant qu'amis. Et, d'une certaine manière, en apprenant à la connaître mieux, il tomba amoureux une deuxième fois. C'est déjà une chance de tomber amoureux de quelqu'un, mais alors deux fois de suite... Les mois passèrent, et d'amis, ils devinrent amants. Ils restèrent ensemble un peu plus d'un an, et ce furent les moments les plus heureux de la vie du jeune homme. Mais à la fin de la septième année, elle rompit avec lui sans lui en annoncer plus. Il essaya de la recontacter, lui envoyant plusieurs lettres, demandant de savoir, la suppliant même. Mais il n'eu plus aucunes nouvelles d'elle. Jusqu'à ce jour.

Elle se trouvait à côté de lui, dans une super robe verte qui faisait ressortir son regard. Merlin qu'elle était belle. Lewis avait cependant vite détourné le regard, ne voulant pas la voir. L'idée qu'elle soit si proche de lui lui était insupportable. Elle l'avait brisé il y avait plus de dix ans, et le fait est que Lewis avait essayé de retrouver l'amour ensuite, mais qu'il n'y était jamais arrivé. Alors, il était redevenu l'adolescent Gryffondor impulsif, et s'était mis à collectionner les aventures sans lendemain. Tout, plutôt que de se refaire briser le coeur. La Cérémonie de Répartition commença, et Lewis essaya de reporter toute son attention sur les premières années, notamment sur les nouveaux Gryffondors, qui étaient accueillis avec des cris de joie par la table des rouges et ors, à laquelle Alistair était assis.

Tout à coup, elle se pencha vers lui, et lui parla. Il se crispa encore plus, ne s'étant pas préparé à réentendre sa voix. Plus mûre, un peu plus rauque, mais elle lui faisait toujours autant d'effet. Il devait lui répondre, même s'il n'en avait pas envie. Toujours sans la regarder, il lui répondit d'un ton froid.

-En effet, je te connais. Et c'est d'ailleurs pour ça que je n'éprouve pas la moindre envie de te parler.

Il continuait d'applaudir poliment à chaque élève réparti, mais son coeur n'était pas à la fête. Elle lui annonça être contente de le revoir, et à ses mots son coeur rata un battement. Plutôt mourir que de le faire remarquer, cependant.

-Tu m'en vois ravi.
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Dim 14 Aoû - 17:44

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Bon, là, il commençait à l'énerver. Comment avait-elle pu oublier qu'il pouvait se comporter comme le pire des gamins par moments? Cela la faisait rire la plupart du temps, mais lorsqu'il n'était pas dans son camp, il devenait vite irritant. À la deuxième pique, Rose ne réfléchit pas plus et lui répondit du tac au tac.

« Oh, arrête ce cirque tu veux bien, toi et ta fierté de Gryffondor! »

Rose regarda autour d'elle juste après avoir prononcé ces mots, espérant ne pas avoir attiré l'attention. Il y avait juste un des professeurs à sa gauche qui s'était retourné. Elle fit un petit sourire poli, mais il détourna la tête avant de le voir. Bon, ça aurait pu être pire...
Mais elle se retourna quand même vers Lewis, les sourcils froncés. En vérité, elle savait qu'elle n'avait pas le droit de le traiter comme ça. C'est elle qui lui avait fait du mal. Mais vous avez peut-être déjà expérimenté une bataille d'egos. Où dire pardon était comme se jeter dans une piscine d'eau froide. Ici, il était surtout question de retrouvailles et d'explications. Dur de réaliser tout ça devant toute l'école de Poudlard. Nouveaux comme anciens, professeurs comme élèves.

McGonagall prononça encore quelques mots dans le but d'inspirer les troupes, puis le dîner commença. Une multitude de plats apparurent devant eux, tous plus appétissants les uns que les autres, c'était certain. Mais Rose n'avait aucun appétit à ce moment là. Frustrée, le visage fermé, elle regardait la nourriture comme une enfant qui venait d'être grondée. Elle soupçonnait son nouveau collègue d'avoir l'estomac aussi noué qu'elle, qu'il s'empiffre, elle s'en fichait.
Mais la professeure d'astronomie fit tout de même un effort et attrapa une cuisse de poulet et quelques haricots. Maigre assiette mais cela lui suffisait pour le moment. Essayant de couper la viande avec son couteau, on voyait à ses gestes nerveux que la colère et l'agitation la dominaient. De toute façon, elle ne cherchait même pas à cacher ses traits de visage fermés.

Elle s'attendait à quoi de toute manière? Des retrouvailles dans un champ de blé, des larmes de joie, une immense étreinte passionnelle et un jeu de regards brillants et émus dans un vent doux et romantique? Peut-être un peu trop, oui... Non, à la place, tout ce qu'ils avaient était une rentrée à Poudlard dans la pire des ambiances possibles. Jamais elle n'avait été d'aussi mauvaise humeur dans toutes celles qu'elle avait pu faire. Et non, ce n'était pas non plus les retrouvailles qu'elle s'était imaginé dans sa tête depuis 12 ans... Dans un coin de sa tête, elle n'avait jamais cessé d'y penser. Et rien qu'en s'en rendant compte, le regard de Rose se remit à briller dangereusement, et son nez commençait à piquer.
Elle n'allait pas pleurer, pas maintenant! Il ne manquait plus qu'il voie ça. Certes, elle aurait pu sortir en trombe de la salle et ne pas avoir à gérer le problème. Et elle aurait pu aller sangloter dans un coin où personne ne la verrait. Mais là était en jeu son travail, et puis elle savait qu'elle aurait des regrets, même à court terme.
Rose réussit à ravaler son sanglot soudain. Elle ne put s'empêcher de soupirer, tout de même. Cette situation... c'était intenable de minute en minute. Et trop de minutes étaient passées. Rose lâcha ses couverts un peu subitement et reprit la parole.

« Je suis désolée, mais tu vas devoir me supporter, je ne vais pas pouvoir démissionner comme ça. » commença-t-elle un peu irritée. Mais elle adoucit le ton après ces mots. « Je sais que ce n'est pas l'endroit approprié... Mais je pense qu'il faut qu'on s'explique... J'ai des choses à te dire à propos de tout ça, tu t'imagines bien, non? Enfin... seulement si tu le veux. Après le repas, viens me retrouver derrière la grande salle si tu souhaites entendre ce que j'ai à te dire. »

C'était tout ce qu'elle pouvait faire. Rose se détourna une dernière fois de son collègue et reprit l'activité de couper son poulet. Ses gestes ne s'étaient pas calmés, au contraire. Cela se voyait qu'elle n'était pas de bon poil. C'était peut-être pour ça que son collègue de gauche ne lui faisait pas la conversation. Tant pis, elle s'en fichait pas mal, là sur le moment. Et si les élèves pensaient qu'elle était sévère et autoritaire en la voyant manger avec des yeux pétillants de flammes coléreuses, tant mieux.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Lun 15 Aoû - 19:51






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Et ils étaient partis tout les deux, comme des amis de longue date. Comme s'il ne s'était jamais rien passé entre eux, que tout était à venir. Et qui sait, peut-être que tout n'était pas encore fini entre eux. Même si ça faisait douze ans. Même si Lewis s'était promis de la haïr de tout son être. Mais, alors qu'il marchait à ses côtés et l'écoutait parler en souriant, force lui était d'admettre qu'il n'en était pas capable. Même sa rancoeur s'était endormie, pour le moment. Le sourire de Rose l'avait apaisé, et sa surprise était passée. Il n'y avait pas de diligence à cette heure-ci, et les deux professeurs se rendirent à pied au village. Il n'était pas si loin, et à deux le temps passait toujours plus vite. Surtout que Rose et Lewis avaient pas mal de chose à se dire et de temps à rattraper. Même s'il lui en voulait toujours un peu, le jeune homme devait s'avouer curieux de savoir ce qu'il s'était passé dans la vie de Rose depuis qu'elle lui avait annoncé qu'il ne pourrait pas la vivre avec elle. C'avait été une désillusion pour lui, qui les imaginaient déjà vieux, grands-parents en train de jouer avec leurs petits-enfants (oui c'était un grand romantique, même s'il ne se l'avouerait jamais). Mais passons.

- Ho que si, compte sur moi pour te le rappeler pour le restant de tes jours! On avait même parié notre poids en Dragées Surprise que je n'arriverais pas à teindre la cape du professeur de Sortilèges en rose sans qu'il ne s'en apercoive à la fin de la septième année, j'attend toujours ma récompense !

Ils savaient tout les deux pourquoi Lewis n'avait jamais reçu sa récompense pour avoir réussi le défi. Les examens étaient bientôt, ils n'étaient plus trop sortis, et ensuite ils étaient rentrés chez eux, sans savoir qu'ils ne se reverraient pas avant douze ans. Enfin, peut-être Rose le savait-elle après tout. Peut-être avait-elle tout planifié, et avait décidé de jouer avec Lewis juste le temps d'en finir avec Poudlard. Mais il refusait de croire ça, jamais sa Rosie n'aurait joué avec le coeur de quelqu'un ainsi. Elle avait du avoir ses raisons. Quoiqu'il en soit, il le saurait bientôt. Ils changèrent de sujet de conversation, parlant de la raison pour laquelle ils étaient ici. Rose arriva même à deviner dans quelle matière enseignait Lewis, ce qui le fit sourire. Ainsi, elle se rappelait qu'il aimait la métamorphose.

- En effet ! J'ai continué mes études en métamorphose jusqu'à obtenir mon diplôme il y a un peu plus de deux ans, et au moment où j'étais en recherche d'emploi un poste s'est libéré ici... J'ai sauté sur l'occasion ! Et toi, astronomie à ce que j'ai entendu dire ?


Ils marchaient dans la nuit, et les lumières du village se rapprochaient peu à peu. Levant les yeux vers la nuit si pure qu'elle était semblable à du satin incrusté de diamant, Lewis sourit et reprit la parole quelques instants plus tard.

-Ca ne m'étonne pas vraiment... Tu as toujours aimé les étoiles.


Codé par Benoît.


Dernière édition par Lewis O. MacNèill le Dim 21 Aoû - 1:54, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mer 17 Aoû - 0:47

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Il avait raison... Elle s'était emportée. Là, maintenant, elle se sentait ridicule. Oui, ridicule de ressentir des choses, apparemment. Ridicule, parce qu'elle se mettait dans un état pareil à cause de lui. D'une personne qu'elle ne pensait plus avoir d'influence sur son coeur, alors qu'un simple rejet, une simple parole de travers la mettait dans tous ses états. Rose, Rose... Qu'est-ce qu'il t'arrive?

La jeune femme mordit légèrement sa lèvre inférieure et acquiesça doucement. Elle allait le laisser tranquille pour le reste du repas, il valait mieux. Et faire bonne figure. C'était vrai. Il n'avait que lui qui réussissait une telle magie parmi tous ces sorciers... Il la faisait passer du calme à la tempête puis domptait l'orage pour faire rentrer les crocs du crocodile. Rose ne savait toujours pas quel sort il utilisait, il ne devait même pas s'en rendre compte de toute manière.
Elle devait tout de même se remettre de ses émotions. La professeure souffla un peu et passa sa main sur son front. Allez, elle avait eu ce qu'elle voulait, et elle pourrait s'expliquer avec lui par la suite. C'est bon, le plus dur était fait... Normalement?

Rose reprit un peu d'appétit et continua son repas, appréciant les plats délicieux dignes de Poudlard. Les élèves s'empiffraient comme des rois devant elle, et elle ne put retenir un sourire. Ça, ça ne changerait pas. Ceux qui en avaient besoin, c'était bien eux. Et les yeux plein de paillettes des premières années qui découvraient les tartes scintillantes, le jus de citrouille à l'odeur incomparable et les multitudes de victuailles était un spectacle émouvant comme amusant.
Rose engagea même la conversation avec son voisin de gauche, évitant de passer pour une sauvage. Peu difficile, elle apprit vite le cours qu'il enseignait, lui dit le sien. Il lui dit que l'ancienne professeure d'astronomie était partie à la retraite il n'y a pas si longtemps. Rose se demandait si c'était pour cela qu'ils n'avaient pas pu la prendre avant cette année là. Il lui dit qu'elle sera bien accueillie par McGonagall et ses collègues. Rose répondit qu'elle connaissait déjà bien Poudlard, puis la conversation partit sur son ancienne maison, sur ce qu'ils avaient fait à Poudlard et au combien délicieux était ce poulet. La jeune femme eut le moral un peu remonté grâce à cette conversation légère qui lui faisait penser à autre chose. Quelques fois, elle oubliait presque la situation délicate dans laquelle elle se trouvait, et elle se tournait vers Lewis, souriante, comme pour lui demander par le regard s'il avait entendu ce que leur collègue venait de dire. Mais tombant sur le visage de son ancien amour, le sourire tombait, la moue gênée réapparaissait, et la tête se détournait bien vite.

Ce n'était rien, elle allait lui parler ensuite et tout irait bien mieux. En tout cas, tout serait clair et net, et advienne que pourra. Rose se répétait ces deux phrases sans cesse pendant tout le repas.
Et le repas finit par passer. À peu près une heure et demie. Cela avait été à la fois rapide et d'une lente torture. Rose n'arrivait pas à choisir la temporalité de ce dîner. McGonagall finit par se lever une dernière fois et ordonna aux préfets de chaque maison d'accompagner les premières années à leur dortoir, tandis que le reste des élèves était sommé de les rejoindre quelques temps plus tard. Le coeur de Rose se remettait à battre du tambour. Le moment allait arriver. Elle l'appréhendait plus qu'elle ne l'avait imaginé.

La professeure se leva en même temps que tout le monde. Son voisin, désormais simple collègue, lui faisait toujours la conversation, parlant du dernier livre d'un sorcier qu'elle ne connaissait pas. Feignant d'être intéressée, Rose jetait de brefs coups d'oeil à Lewis mais n'arrivait pas à distinguer ce qu'il allait faire. Si elle arrivait avant, elle l'attendrait. Suivant son collègue et tous les autres par le couloir qu'elle avait emprunté après s'être perdue, la jeune fille écoutait les dires de l'homme tout le long. S'il savait que son esprit était déjà à l'arrière de la salle...

Arrivés près de la grande porte, Rose s'excusa et prétexta qu'elle devait récupérer quelque chose dans sa nouvelle chambre. Elle refusa qu'on l'y accompagne, rappelant qu'elle connaissait déjà le château. Bon, bien sûr, elle n'allait pas mentionner sa petite péripétie d'avant cérémonie. La jeune femme se dirigea donc vers une des artères du château, mais bifurqua avant, vérifiant que personne ne la voie. Heureusement, la pénombre était son amie.
Il y avait peu d'élèves dans le couloir menant derrière la salle. Tous allaient plutôt en sens opposé, là où plus de choses étaient faisables à cette heure. Il ne devait pas être très tard, mais la nuit était déjà tombée depuis belle lurette. Le froid aussi. Rose remit sa cape violet foncé restée dans sa baguette, couvrant ses épaules nues.

Il n'était pas encore là. Rose était plus anxieuse que jamais. Allait-il venir? S'il venait, elle appréhendait aussi. Au final, elle espérait presque qu'il ne vienne pas pour lui épargner une énième menace de crise cardiaque. Mais s'il ne venait pas... Non, elle serait blessée. C'était clair. Mais au moins, elle ne lui parlerait plus, si c'était ce qu'il voulait...

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mer 17 Aoû - 19:56






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Après avoir convenu d'une discussion en privé à la fin du repas, Lewis et Rose avaient reportés leur attention sur leur assiette et sur les gens qui les entouraient. Il engagea la conversation avec Minerva McGonagall, la Directrice de Poudlard, tout en mangeant et se resservant malgré son estomac noué. Il essayait d'oublier le fait que son amour de jeunesse était à côté de lui en parlant métamorphose avec la Directrice, qu'il aurait adoré avoir comme professeur. Plus la fin du repas approchait, plus il était nerveux. Un peu comme avant un premier rendez-vous amoureux... Mais à quoi pensait-il ? Non, c'était loin d'être comme un rendez-vous amoureux. Ca allait être une conversation sérieuse entre deux adultes matures, il allait lui demander de ne plus lui parler et ils s'en tiendraient là. Les desserts arrivèrent, et Lewis du se forcer pour avaler une part de tarte à la citrouille.

Les plats finirent par disparaître, et les élèves sortirent de la grande salle, les premières années d'abord. Lewis laissa un peu traîner les choses, s'attardant à discuter avec deux collègues et laissant Rose prendre de l'avance. Au bout de quelques minutes, il s'excusa auprès de ses collègues et sortit de la Grande Salle d'un pas qui se voulait flânant, tâchant d'oublier la rapidité des battements de son coeur. Il fallait qu'il respire, qu'il se reprenne. Qu'il agisse comme un adulte. L'air frais de cette fin d'été vint lui caresser le visage, l'apaisant un peu. Tout à coup, il l'aperçut, dans un coin à l'ombre. Rose ne l'avait pas encore vu, et l'attendait, un air soucieux sur le visage. Lewis ne put s'empêcher de remarquer une fois de plus à quel point elle était belle, même inquiète. A part eux deux, le couloir était désert et il s'avança, le bruit de ses pas résonnant sur les pavés. Sans qu'il s'en aperçoivent, les traits de son visage s'étaient détendus, et il souriait presque en arrivant devant elle. Comme s'ils étaient à nouveaux de simples étudiants de Poudlard, qu'ils étaient amis et qu'ils s'appréciaient vraiment.

-Que voulais-tu me dire ?

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mer 17 Aoû - 21:46

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Oh, elle le voyait... Du calme, Rose, du calme. Ça va bien se passer. Ignore tes jambes en coton, évite de tomber. Tu peux le faire!
Rose se redressa à la vue du désormais professeur. Sa démarche à lui n'avait pas changé. Il était toujours le Lewis qu'elle avait connu. Enfin presque... De l'eau avait coulé sous les ponts mais n'effaçait pas l'amertume. La jeune femme, elle, était loin d'être aussi relax que le Gryffondor. Toute tendue, le coeur battant, elle tentait par tous les moyens de garder son calme. Mais ce n'était pas facile. Pendant tout le repas, leurs yeux avaient cherché à s'éviter. Et voilà qu'ils étaient désormais face à face, sans aucun échappatoire possible. Parce qu'ils avaient décidé de cette conversation.

Elle distinguait bien les traits de Lewis, comme si elle le découvrait encore. Son sourire imperceptible dévoilait les lèvres qu'elle avait pour habitude d'embrasser à ses 17 ans. Elle aurait été prête à le refaire sans se poser de questions tellement cela lui semblait naturel. Mais elle n'avait plus 17 ans et les choses ne s'étaient pas passées comme elle l'aurait voulu... En tout cas, s'il l'avait prise par la taille et lui avait offert un baiser comme autrefois, elle n'aurait même pas reculé. Cela aurait été... normal. Dans le sens de cela aurait été ce que cela aurait dû être.
Rose détourna ses yeux quelques secondes dans le but de sortir de sa rêverie. Ses joues commençaient à chauffer, il était évident que la simple vue de son collègue ne la laissait pas indifférente. En même temps, c'était un visage qu'elle avait aimé avec tellement de vigueur qu'il était impossible de le regarder en restant impassible. Lewis... Qu'est-ce qu'elle n'aurait fait pour voir ce visage plus tôt dans sa vie. Elle avait souvent rêvé qu'il la retrouve et la délivre de tout ce qui la retenait alors, l'emmenant avec lui loin de tout ça. Malheureusement elle n'était pas dans un conte de fées.

Rose lui offrit un vrai sourire, sincère bien qu'un peu timide. De toutes les émotions qu'elle avait pu ressentir ce soir, rien n'était comparable à maintenant. Le sol se déroberait sous ses pieds qu'elle s'y engouffrerait volontiers. La jeune femme baissa les yeux et garda son sourire lorsque Lewis se mit à parler. Sa voix aussi... Elle se rendait compte que cela faisait une éternité qu'elle ne l'avait pas entendue. Et cela lui manquait.
Finalement, maintenant qu'ils y étaient, Rose ne se voyait pas lui déballer l'histoire de sa vie dans un couloir désert de Poudlard. Ils ne pourraient certainement pas aller dans le champ de blés romantique de ses songes, mais le cadre pouvait être amélioré. Elle fit revenir ses yeux sur Lewis, d'une brillance presque malicieuse.

« Depuis tout ce temps, je te dois au moins verre. »

Rose n'avait pas laissé sombrer son sourire, enjolivé d'un rouge à lèvres carmin. Quitte à faire de l'humour, autant le faire bien. Mais elle était aussi sérieuse que possible. Pré-au-Lard n'était pas si loin d'ici, et les bars étaient loin d'être fermés à cette heure. Peut-être qu'une bièraubeurre rendrait plus hommage à leur première conversation en 12 ans qu'un couloir sombre et glacial.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mer 17 Aoû - 23:27






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Ca y est. Ils étaient en face à face, seuls dans la nuit tombante. Et étrangement, Lewis ne se sentait plus en colère, du moins beaucoup moins. C'était comme si toute sa rancoeur s'était couchée avec le jour. Il faut dire que de voir Rose aussi nerveuse l'avait attendri, ses vieux instincts protecteurs avaient repris le dessus. Car malgré son côté têtu, sa force intérieure et sa ruse, Lewis savait que Rose avait besoin d'être protégée de temps à autre. Mais ce n'était plus à lui de remplir ce rôle. Il ne faisait plus partie de sa vie, et ce depuis 12 longues années. Elle eu un sourire timide, et le coeur de Lewis rata un battement. Son regard s'attarda un instant sur ses beaux yeux pétillants, puis sur sa bouche, lieu divin pour la sienne. Le professeur sortit bien vite de ses rêveries, un peu gêné de s'être ainsi égaré. Il attendait que Rose engage vraiment la conversation, et fut surpris qu'elle lui offre un verre. Retardait-elle le moment fatidique ? Voulait-elle l'alcooliser afin de profiter de son corps cette nuit ? Bien que décontenancé, il décida de se prendre au jeu, et lui sourit.

- Plus qu'un, vu le nombre de fois où tu as perdu lors de nos défis stupides. Mais va pour un pour commencer.


Du temps où ils étaient amis -puis amants- et étudiants à Poudlard, Rose et Lewis en avait fait des vertes et des pas mûres. Tout les deux flanqués d'une foutue fierté, ils ne pouvaient refuser de relever les défis de l'autre. Ils s'étaient fait attraper, quelque fois. Mais Lewis s'en fichait, l'important était qu'ils s'amusent. Ils se dirigèrent vers Pré Au Lard dans la nuit calme et fraîche. Lewis se sentait de moins en moins nerveux. Il savait que l'heure fatidique où ils devraient aborder le passé arriverait bien tôt, mais préférait profiter de l'instant.

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Ven 19 Aoû - 14:26

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Rose élargit son sourire, qui n'était plus timide du tout. Enfin, elle retrouvait son Lewis. Et soudainement, un grand sentiment de confiance vint l'envahir. C'était presque comme si rien ne s'était passé entre temps. Elle se souvenait de la petite lumière qui animait son regard bleu lorsqu'il pensait à faire une bêtise. La manière dont il pinçait un peu ses lèvres. Et il était là, le Lewis de 17 ans qui était prêt à lui lancer sa baguette au loin pour qu'elle aille la récupérer et lui lancer un sort avec pour se venger.
Alors qu'ils sortirent tous deux du couloir en direction du village à proximité - ils n'étaient peut-être d'ailleurs pas les seuls professeurs à faire une virée là bas après le soir de la rentrée - Rose lui mit un gentil coup de coude au passage.

« Ne me rappelle pas ça! » supplia-t-elle en ne pouvant cacher son hilarité. « Enfin, j'avais l'habitude de me venger, ça je le faisais bien. »

Qu'est-ce qu'ils en avaient fait des coups, ici... Rose repensait à ces moments, attendrie. Dans sa tête, elle s'était toujours imaginée qu'elle ferait ça toute sa vie avec lui. Ou au moins que cela dure plus longtemps. La jeune professeure leva les yeux sur son collègue. Peut-être le destin lui donnait ce qu'elle aurait voulu de plus. Elle serait alors la plus chanceuse des sorcières.

La nuit était fraîche, mais c'était agréable de marcher dans ce petit vent d'ouest, qui plus est en charmante compagnie. Rose se sentait comme une jeune fille allant à un rendez-vous galant pour la première fois. À vrai dire, cela faisait bien longtemps. Enfin, si c'était un rendez-vous... En tout cas, ça en avait tout l'air.

« Alors tu es professeur toi aussi, maintenant? »

Elle n'avait pas vraiment caché sa surprise. Bien sûr, elle était plus agréable que moqueuse. Enfin tout de même. Rose se retourna une nouvelle fois vers Lewis, les yeux plissés.

« Métamorphose? »

Elle se souvenait que c'était sa matière préférée, et il était très doué en plus. Mais cela ne voulait rien dire. C'est pour ça qu'elle n'était pas sûre et marchait sur des oeufs en disant cela.
Bon, on pouvait même dire que c'était la seule matière dans laquelle il avait fait des efforts par lui-même lorsqu'il n'y avait pas d'examens importants. Rose les revoyait en train d'étudier leurs ASPIC ensemble. Même si la plupart du temps, ils préféraient faire autre chose qu'étudier... Rose eut un petit sourire nostalgique à cette pensée, tout en marchant. Les souvenirs, ce n'est pas ce qui lui avait manqué pendant toutes ces années, elle puisait dedans depuis longtemps. Mais revenir ici et avoir Lewis à côté d'elle les rendait encore plus vifs qu'avant.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Lun 22 Aoû - 16:03






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Et ils étaient partis tout les deux, comme des amis de longue date. Comme s'il ne s'était jamais rien passé entre eux, que tout était à venir. Et qui sait, peut-être que tout n'était pas encore fini entre eux. Même si ça faisait douze ans. Même si Lewis s'était promis de la haïr de tout son être. Mais, alors qu'il marchait à ses côtés et l'écoutait parler en souriant, force lui était d'admettre qu'il n'en était pas capable. Même sa rancoeur s'était endormie, pour le moment. Le sourire de Rose l'avait apaisé, et sa surprise était passée. Il n'y avait pas de diligence à cette heure-ci, et les deux professeurs se rendirent à pied au village. Il n'était pas si loin, et à deux le temps passait toujours plus vite. Surtout que Rose et Lewis avaient pas mal de chose à se dire et de temps à rattraper. Même s'il lui en voulait toujours un peu, le jeune homme devait s'avouer curieux de savoir ce qu'il s'était passé dans la vie de Rose depuis qu'elle lui avait annoncé qu'il ne pourrait pas la vivre avec elle. C'avait été une désillusion pour lui, qui les imaginaient déjà vieux, grands-parents en train de jouer avec leurs petits-enfants (oui c'était un grand romantique, même s'il ne se l'avouerait jamais). Mais passons.

- Ho que si, compte sur moi pour te le rappeler pour le restant de tes jours! On avait même parié notre poids en Dragées Surprise que je n'arriverais pas à teindre la cape du professeur de Sortilèges en rose sans qu'il ne s'en apercoive à la fin de la septième année, j'attend toujours ma récompense !

Ils savaient tout les deux pourquoi Lewis n'avait jamais reçu sa récompense pour avoir réussi le défi. Les examens étaient bientôt, ils n'étaient plus trop sortis, et ensuite ils étaient rentrés chez eux, sans savoir qu'ils ne se reverraient pas avant douze ans. Enfin, peut-être Rose le savait-elle après tout. Peut-être avait-elle tout planifié, et avait décidé de jouer avec Lewis juste le temps d'en finir avec Poudlard. Mais il refusait de croire ça, jamais sa Rosie n'aurait joué avec le coeur de quelqu'un ainsi. Elle avait du avoir ses raisons. Quoiqu'il en soit, il le saurait bientôt. Ils changèrent de sujet de conversation, parlant de la raison pour laquelle ils étaient ici. Rose arriva même à deviner dans quelle matière enseignait Lewis, ce qui le fit sourire. Ainsi, elle se rappelait qu'il aimait la métamorphose.

- En effet ! J'ai continué mes études en métamorphose jusqu'à obtenir mon diplôme il y a un peu plus de deux ans, et au moment où j'étais en recherche d'emploi un poste s'est libéré ici... J'ai sauté sur l'occasion ! Et toi, astronomie à ce que j'ai entendu dire ?


Ils marchaient dans la nuit, et les lumières du village se rapprochaient peu à peu. Levant les yeux vers la nuit si pure qu'elle était semblable à du satin incrusté de diamant, Lewis sourit et reprit la parole quelques instants plus tard.

-Ca ne m'étonne pas vraiment... Tu as toujours aimé les étoiles.


Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Lun 22 Aoû - 16:07

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

« On avait même parié notre poids en Dragées Surprise que je n'arriverais pas à teindre la cape du professeur de Sortilèges en rose sans qu'il ne s'en apercoive à la fin de la septième année, j'attend toujours ma récompense ! »

Rose ne put s'empêcher d'éclater de rire. Il disait vrai, en plus! Ils rigolaient tellement fort que le professeur s'en était aperçu à la fin du cours mais ça ne comptait plus, il avait déjà largement gagné. Et ils avaient écopé de leur dernière heure de colle grâce à ça. Malheureusement plus de voyage à Pré-au-Lard ou au Chemin de Traverse après cela. Plus rien, même... Le rire de Rose s'atténua presque tristement au moment où elle y pensa.

Mais la bonne humeur revint lorsque Lewis parla de son poste. Il avait l'air tellement motivé, tellement épanoui par ce qu'il faisait que la jeune femme ne put s'empêcher de le regarder avec attendrissement. Un mélange d'admiration et de bonheur. Elle était sincèrement contente qu'il ait pu faire ce qu'il voulait. Il le méritait, après tout. Rose était tellement perdue dans son impression qu'elle mit un peu de temps à lui répondre.

« Oui... » finit-elle par dire, dans un souffle et un sourire. « Tout ce qui n'a pas changé depuis, c'est bien le ciel, il reste le même. On va dire que je me suis accrochée à ça. J'ai mis du temps, en plus, à avoir le poste. Mais voilà, cette année, je suis enfin là! »

Oui, enfin...
Pré-au-Lard montrait déjà ses lumières. Rose avait l'impression qu'ils avaient marché à la vitesse de l'éclair, mais la conversation devait faire passer le temps plus vite. Il leur restait quand même un peu moins d'un kilomètre avant d'arriver à destination.

« Les Trois Balais? » s'enquérit-elle alors.

Les années avaient beau être passées, la Tête de Sanglier était toujours aussi désagréable et elle préférait largement l'autre pub, même lorsqu'elle travaillait à Pré-au-Lard et encore quand elle était à Poudlard. Leur bièraubeurre était encore meilleure. Oui, Rose raffolait vraiment de ça, et au fur et à mesure qu'ils marchaient dans la nuit fraîche, elle ne demandait que ça.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mar 23 Aoû - 22:27






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Les mains dans les poches, Lewis devisait gaiement avec Rose, comme s'ils étaient à nouveau des adolescents insouciants. Il fallait dire que le jeune homme était un sale gosse, à l'époque. Surtout durant les premières années, il s'était un peu assagi par la suite. Un peu grâce à Rose. Surtout grâce à Rose. Elle l'avait fait gagner en maturité, et lui avait appris à se remettre en question de temps en temps. Petit à petit il était devenu moins impulsif, plus réfléchi, il était passé de garçon à jeune homme. Il n'avait pas changé par amour, c'était l'amour qui l'avait changé. Ils reparlaient de leurs folles années et de toutes les choses contraire au règlement qu'ils avaient fait ensemble. Teindre la cape de leur professeur n'avait pas été la pire... Mais ils n'avaient jamais fait de choses vraiment stupides, au point de se mettre en danger. Rebelles oui, stupide non.

Ils abordèrent ensuite le sujet de leur carrière respective, et Rose se mit à observer le ciel avec une sorte de nostalgie dans le regard. Lewis la contempla avec un petit sourire triste, conscient de tout ce qu'ils auraient pu vivre ensemble si elle ne l'avait pas quitté. Mais c'était la vie et ç'avait été le choix de Rose, il ne pouvait rien y changer.

-Félicitations. Je suis sûr que tu feras une excellente professeur !


Il le pensait sincèrement. Rose était maline, savait se faire respecter et possédait beaucoup de savoir. Ils étaient presque arrivés à Pré-Au-Lard, et elle lui proposa d'aller au Trois Balais, proposition que Lewis accueillit chaleureusement. Il adorait cet endroit depuis la première fois qu'il y avait mis les pieds, lors de sa troisième année. Ils se dirigèrent donc vers la taverne, et une fois là-bas prirent place autour d'une table. Il y avait quelques badauds qui traînaient là, mais beaucoup moins de monde que lors des sorties des étudiants de Poudlard. Lewis enleva sa cape et s'assit en face de Rose, et soudain il ne sut plus quoi dire. Gêné, il se passa la main dans la nuque, un tic qu'il avait depuis son plus jeune âge.


Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mer 24 Aoû - 0:05

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Et les voilà arrivés aux Trois Balais. Alors que l'atmosphère était devenue beaucoup plus détendue, Rose se surprenait à devenir de plus en plus anxieuse à mesure qu'ils s'approchaient du pub sorcier. Une fois assis, elle allait enfin devoir s'expliquer... En un sens, elle avait hâte de le faire, mais avait aussi extrêmement peur. Normal. Ce n'était pas comme si c'était une situation habituelle.

Les deux jeunes gens entrèrent alors. Toujours la même ambiance pleine de vie, Rose aimait aller dans cette auberge rien que pour la chaleur qui enveloppait son coeur à chaque fois. Ils trouvèrent rapidement une table à cette heure. Rose s'assit et défit sa cape en voyant Lewis le faire également. Elle était tellement nerveuse qu'elle en aurait oublié les bonnes manières, tiens... La jeune femme remarqua le tic de son collègue, qu'il avait toujours eu. Il était mignon, quand il passait sa main dans le cou car il ne savait pas quoi faire d'autre... Rose esquissa un léger sourire, encore un peu attendrie. Ses yeux devaient un peu trop briller avec le changement de température.

Pas vraiment le temps de penser à autre chose au final, la serveuse vint immédiatement à leur rencontre, leur demander ce qu'ils désiraient. Sans surprise, Rose commanda sa bièraubeurre dont elle avait tant rêvé sur le chemin. Bon, ce n'avait pas été le rêve le plus alléchant de la soirée, mais c'était déjà un bon début.
La serveuse repartit après que Lewis ait exprimé son souhait. Rose se positionna sur sa chaise, souriant machinalement, mais évitant un peu le regard de son... rendez-vous.

« Bon... » commença-t-elle d'une voix un peu étranglée. « Nous y voilà. »

C'était à elle de parler, et à elle seule. Pour le moment. Rose prit un peu de souffle et de courage avant de poursuivre.

« Oui, donc... Maintenant qu'on peut se revoir. Je tiens à t'expliquer ce qu'il s'est passé de mon côté, c'est normal. » Elle ne le regardait toujours pas dans les yeux. Cela aurait été insoutenable. « Je n'ai jamais voulu t'envoyer cette lettre... Dans ma tête, quand on s'est quittés à la gare pour la dernière fois, je pensais revenir quelques mois après au maximum, continuer les études avec toi et... continuer tout ça. Mais, mes parents... J'aurais dû faire quelque chose, c'est quand même ma faute au final, j'aurais dû directement couper les ponts avec eux, je... »

Rose marqua une pause. Elle se perdait dans ses explications. Se mordant la lèvre, la professeure essayait de se rendre compte de ce qu'elle disait. Pour sûr, elle ne pouvait pas savoir qu'en restant avec sa famille, ils allaient lui pourrir la vie comme jamais elle n'aurait pu être souillée. Comment aurait-elle pu le voir venir? ... Malgré ça, elle se sentait coupable. Elle posa enfin le regard sur Lewis, les yeux de plus en plus brillants. L'expression de Lewis la touchait tellement... Ne craque pas maintenant, Rose. La jeune femme fit passer l'émotion en souriant brièvement une nouvelle fois. De toute façon, la serveuse vint leur poser leurs consommations sur la table avant de repartir, créant la diversion parfaite. Continuons.

« Je t'ai envoyé la lettre lorsque j'ai compris qu'ils feraient tout pour m'empêcher de revenir dans le monde des sorciers. J'aurais dû m'enfuir et venir quand même, mais au bout de tant de disputes, je n'en ai pas eu la force... À l'époque, je les aimais encore. » Elle aurait voulu rajouter "ces salopards", mais elle préférait rester polie pour un nouveau premier rendez-vous... spécial, ceci-dit. « Ils ont tout fait pour que je reste avec eux et m'ont eue à l'usure... Je suis désolée... »

Elle se sentait tellement faible, surtout en en parlant. Elle se serait presque détestée. Honteuse, Rose garda la tête baissée. Plus à la recherche de quoi dire de plus, d'ailleurs. C'était fou, elle s'était fait mille discours dans sa tête, et une fois devant lui, elle avait l'impression de balbutier des embryons de tout ce qu'elle désirait lui dire. Patience... Tout viendra à point. Au fil de la conversation. Oui.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Mer 24 Aoû - 12:32






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Ils avaient fini par arriver aux Trois Balais, et s'étaient installés dans un coin de de la pièce. Le calme s'était installé un court instant, juste assez pour mettre Lewis mal à l'aise. Il savait que le moment de la discussion sérieuse était arrivé, et ça le rendait extrêmement nerveux. Pourtant, en douze ans il avait eu le temps de se demander quelles avaient été les raisons de Rose pour cette rupture subite. Mais la vérité faisait toujours peur, quelle qu'elle soit. Il lui fit un sourire nerveux, afin de faire croire qu'il était à l'aise - on ne savait jamais, ça pourrait peut-être marcher. Une serveuse vint rapidement prendre leur commande, et Lewis commanda un whiskey pur feu. Mieux valait s'accrocher, car réveiller le passé pouvait parfois s'avérer douloureux, surtout quand on parlait d'anciens amours. Rose prit enfin la parole, brisant un silence que Lewis avait trouvé bien trop long. Il sentit les battements de son coeur s'accélérer, et son corps se crisper. Et elle parla. Lewis vit que plus elle parlait plus elle s'emportait, comme si elle avait trop de choses à dire et trop peu de temps pour les dire. Il sourit, voyant bien qu'elle était aussi anxieuse que lui, et posa sa main sur celle de la jeune femme pour la calmer. En faisant ça, il sentit une vague de chaleur lui parcourir le corps mais tâcha de cacher son trouble. La serveuse revint avec leurs commandes, et Lewis retira bien vite sa main, tel un enfant fautif. Il prit une gorgée de Whiskey, comme pour se donner contenance. Rose parlait de comment ses parents l'avait manipulée, comment elle avait tout abandonné pour eux. Il ne put retenir un sourire amer en l'entendant dire qu'elle les aimait, que c'était pour ça qu'elle avait tout quitté pour eux. Evitant soigneusement de croiser le regard de Rose, il se mit à faire tourner son whiskey dans son verre, ne le quittant pas des yeux.

-Et moi c'est toi que j'aimais. Mais je suppose que ça ne fait aucune importance. Enfin bref. Qu'es-tu devenue par la suite? Une parfaite petite Moldue ?

Il était un peu plus mordant que prévu, mais ne pouvait s'en empêcher.

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Jeu 25 Aoû - 22:06

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Rose ne s'attendait pas à ce que Lewis lui pardonne dans un claquement de doigts. Mais lorsqu'il montra si peu de soutien à son égard, la jeune femme ne put s'empêcher de lui en vouloir. Une pointe amère qui lui traversait le coeur et qu'elle n'arrivait pas à ignorer. Et dire qu'il avait été si doux en lui prenant la main quelques minutes plus tôt, geste qui avait probablement fait rougir Rose jusqu'aux oreilles. Le contact de leurs peaux avait été presque électrique, déversant de petites décharges, aussi affreuses qu'agréables, dans tout le corps de l'ancienne Serpentard. Rien qu'en y repensant, son coeur battait un peu plus fort. Il lui en fallait peu. Mais elle se rendait compte qu'elle avait vraiment besoin de ça. Elle se serait jetée dans ses bras s'il les lui avait tendus, là, comme ça. Pathétique. En tout cas, ça n'arriverait pas. Il les avait fermés, et même pris son bouclier au passage.

Sur le coup, la phrase de Lewis fut dure pour Rose. Le regardant droit dans les yeux cette fois, la jeune femme ouvrit la bouche, sans pour autant pouvoir exprimer quoi que ce soit. Il ne comprenait pas que la séparation avait été aussi dure pour elle que pour lui. Et il comparait l'amour qu'elle éprouvait pour ses parents au sien... qui n'avait absolument rien à voir.
Rose aurait bien voulu débiter un flot de paroles pour se défendre, mais tout aurait été décousu, à fleur de peau, sa voix aurait tremblé, elle aurait parlé trop fort et attiré toute l'attention sur elle. Non, elle était bien trop au bord de la crise de nerfs pour produire un long discours. Rose se détourna une nouvelle fois de Lewis après avoir poussé un petit soupir incrédule, les yeux encore brillants. Elle ne savait pas quelle force empêchait ses larmes de couler, heureusement la providence était avec elle sur cette affaire là.
Rose avala sa salive, un peu plus calme à présent pour parler. Regardant les yeux bleus de Lewis, un sourire ironique se dessina sur les lèvres rouges de la jeune professeure. S'il voulait jouer, très bien, faisons un dernier défi.

« Oh, oui! Aussi moldue qu'on puisse l'être. Et j'ai passé toutes ces années de banalité à être infiniment malheureuse, si ça peut te rassurer. Mais je suppose que ça n'a aucune importance non plus. »

Qu'est-ce qu'elle faisait, elle se comportait comme une idiote... Rose posa le bout de ses doigts contre son front, soupirant bruyamment.

« Excuse moi, je ne veux pas que ça se passe comme ça. »

De toute manière, elle devait continuer d'expliquer ce qui lui était arrivé en essayant d'ignorer les piques de Lewis. Ça n'allait pas être facile... Et s'il n'arrivait pas à la comprendre, ô dans quelle détresse elle allait se retrouver. Vraiment, Rose avait l'impression de marcher dans un champ de mines et ne savait pas si la traversée résulterait en son entièreté. C'était d'ailleurs déjà très mal parti. Mais il fallait garder espoir.

« Je sais qu'ils ne sont pas excusables, parce qu'au final je ne leur ai pas pardonné non plus. Et je ne suis pas excusable non plus, j'imagine. » elle agrémenta cette phrase d'un autre sourire sarcastique, mais sa voix ne suivait pas le ton, emplie d'émotion et de sincère tristesse. « Mais tu ne peux pas m'en vouloir d'avoir choisi ma famille, même si le sacrifice que j'ai fait était comme m'enlever une partie de moi-même... Ou alors tu peux, je n'en sais rien! Peut-être qu'après tout je ne suis qu'une soumise sans courage qui n'a pas su voir le chemin qu'elle était censée emprunter. »

Ses paroles semblaient amères, mais honnêtement, elle se posait franchement la question. Ses yeux avaient vogué vers le vide, le coude posé sur la table, elle tenait encore sa tête. On aurait dit qu'elle cherchait vraiment la réponse à sa question, et c'était très probablement le cas. Elle n'avait toujours pas touché à sa bièreaubeurre. Mais elle ne s'en était même pas rendu compte.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Ven 26 Aoû - 0:11






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Peut-être Lewis aurait-il dû retenir ses paroles, tâcher d'être moins acerbe. Pardonner, au moins compatir. Parce qu'il savait que ce n'était pas évident pour Rose de se livrer ainsi. Mais non, il avait été sec et dur, en partie à cause de sa foutue fierté qui n'acceptait pas d'avoir été ainsi abandonnée. Pour résumé, il s'était conduit comme un con. Le tout était désormais de savoir s'il allait pouvoir de nouveau laisser de côté sa fierté pour elle ou continuer à se comporter comme un abruti. Il voyait bien que Rose était dans tout ses états, mais préféra se concentrer sur son verre de whiskey lorsqu'il sentit son coeur se serrer dans sa poitrine. Allait-il vraiment tout gâcher ? La réponse de Rose ne se fit pas attendre, et Lewis ne fut pas surpris de constater qu'elle avait mal prit ses propos. Il n'avait pas vraiment été tendre, après tout. Il sentit ses doigts se crisper sur son verre devant les propos de Rose, mais force est de constater qu'il l'avait bien mérité en se conduisant comme un gamin. Le professeur chercha ses mots. Il était sur le point de répliquer, quand la jeune femme reprit soudain la parole pour s'excuser, et s'expliquer. Il l'écouta d'un air qu'il voulait impassible, tout en continuant de consommer sa boisson. Elle lui en voulait de ne pas avoir compati, et ses dernières phrases l'irritèrent au plus haut point. Il oublia alors tout ses efforts pour ne pas laisser parler sa fierté, toute ses tentatives de ne pas être impulsif.

-Je n'ai jamais dit que tu étais une soumise. Tu avais un choix à faire, tu l'as fait, tu n'as pas à te justifier. Maintenant que je sais à quel point ç'a été dur et tu as été malheureuse, je vais disposer si tu n'as plus rien à me dire.

Il finit de boire sa boisson cul sec, avant de déposer quelques gallions sur la table afin de payer sa consommation, d'enfiler sa cape et de partir d'un coup. C'était trop pour lui, trop d'émotions contraires en une soirée. Unefois n'est pas coutume, le Gryffondor fuyait.

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Sam 27 Aoû - 22:18

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Rose ne comprenait pas. Il ne voulait vraiment rien savoir? À quoi cela rimait-il? Étais-ce trop douloureux pour lui d'entendre ce qui lui était arrivé depuis leur séparation... Non, c'était bien trop facile! Pourquoi avait-il accepté leur tête à tête s'il ne voulait rien entendre? Il faisait encore l'enfant? Non, ça n'allait pas se passer comme ça...

Lorsque Lewis sortit de table en trombe, c'était comme s'il lui mettait une gifle en plein visage. Rose eut le souffle coupé... Comment? Pourquoi? ... Elle ne réfléchit pas plus et le suivit. La jeune femme réussit à prendre son collègue par le bras sur le pas de la porte de l'échoppe. S'y accrochant comme à une bouée de sauvetage, Rose plaqua la manche de sa cape contre son visage. Les larmes avaient fini par couler, cette fois-ci.

« Ne pars pas comme ça, s'il te plaît! » prononça-t-elle les dents serrées.

Ça faisait mal. Un mal de chien. La plaie que lui avait valu cette relation s'était ouverte plus béante que jamais, et le sang coulait à flot. Crispée contre le bras du professeur, Rose sanglotait telle une enfant à qui on arrache son jouet.

« Je ne veux pas te perdre encore une fois... »

Rose continua à évacuer sa peine pendant une minute ou deux avant de commencer à se calmer. L'étreinte qu'elle exerçait si fort se desserra peu à peu. Elle réalisait qu'elle avait roulé sa dignité en boule avant de la piétiner sauvagement. Et elle n'était pas si fière... La jeune femme retira une de ses mains pour essuyer son visage baigné de larmes. C'est à ce moment que la porte du pub s'ouvrit brusquement, faisant sursauter Rose qui se tourna vers le bâtiment.

« Et votre boisson, mam'zelle Rose? » fit la gérante avec un air de surprise non contenu.

La professeure était déjà connue de Pré-au-Lard ayant travaillé dans une des enseignes pendant un temps, et elle n'était pas du genre à partir sans payer. Heureusement qu'ils le savaient, aux Trois Balais. Ce retournement de situation l'avait tellement renversée qu'elle en avait oublié sa bièraubeurre. Bien entendu, elle s'en contrefichait royalement de sa boisson, maintenant. Mais elle n'allait pas s'en aller sans sa cape restée sur sa chaise, dans le froid crispant de l'automne anglais. Elle était bien obligée de retourner à l'intérieur, et surtout par politesse au final, alors pourquoi ne pas finir ce qu'elle avait omis de commencer.
La tenancière était de plus en plus inquiète à son sujet, lorsqu'elle sembla déceler le visage luisant de larmes de Rose. Celle-ci fronça les sourcils, frustrée d'avoir été surprise dans cet état. À cause de Lewis... La jeune femme hocha la tête en guise de réponse, puis regarda son collègue du coin de l'oeil en avançant vers la porte. Après tout, elle ne pouvait pas le forcer. Son acte de désespoir avait sans doute été une erreur.

« Fais comme tu veux. » souffla-t-elle d'une voix lasse, ternie par les pleurs.

Rose s'engouffra une dernière fois dans les Trois Balais. Espérant au fond d'elle qu'il la suive encore. Mais elle s'efforça d'écraser cette lueur ardente. Ce qui est fait est fait.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Dim 28 Aoû - 2:06






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Il avait agi comme un gamin trop fier, et avait quitté les Trois Balais. Sans même un regard en arrière pour la femme qu'il avait aimé. Tel un égoïste. Mais là, ce qu'il se passa ensuite le laissa perplexe.

Alors que Lewis était parti d'un coup et sans prévenir, il n'avait alors pas pensé à ce qui allait se passer ensuite. Rose l'avait suivi, et s'était accrochée à son bras. Comme un appel à l'aide, une supplication pour ne pas qu'il l'abandonne. Mais qu'est-ce qui l'obligeait à ne pas le faire ? Après tout, elle l'avait bien abandonné il y avait douze ans. Mais elle souffrait, et il avait du mal à le supporter. Il resta planté là, sans oser la prendre dans ses bras alors qu'il en crevait d'envie. Toujours retenu par sa foutue fierté. Quelques secondes passèrent ainsi, peut-être une minute ou deux. Il refusait de la réconforter, de s'attacher à nouveau. Que tout recommence. Rose le supplia de ne pas partir, comme lui un jour l'avait supplié. Il sentit son coeur se serrer à ses mots. Au moment où il se décidait à ouvrir la bouche, une des personnes tenant les Trois Balais vint s'assurer qu'ils ne partaient pas sans payer. Cette intervention extérieure crispa Lewis, annulant tout ce qu'il avait été sur le point de faire. Il l'observa rentrer, toujours sans bouger. Le fait est qu'il était perdu, tiraillé entre ses sentiments et sa raison. S'il avait écouté son coeur, il aurait rattrapé Rose, l'aurait prise dans ses bras, aurait séché ses larmes et l'aurait fougueusement embrassé. Mais il était trop têtu, trop habitué à écouter sa fierté. Le professeur laissa donc partir son amour perdu, sans faire un geste.

Il aurait pu rentrer, mais décida de s'installer sur un banc non loin, et laissa le froid de la nuit le recouvrir, tandis qu'il se mit à observer les étoiles. Il réfléchit pendant un bon bout de temps, et finit par décider de ce qu'il allait faire. Etait-ce risqué ? Oui. Stupide ? Probablement. Mais il devait effacer le passé, et arrêter de donner des espoirs à Rose si c'était pour ensuite les réduire à néant. Cette dernière finit par quitter les Trois Balais et Lewis capta son regard, arborant une mine désolée et espérant qu'elle le rejoindrait. Sinon, il la rattraperait. Il ne la laisserait plus partir tant qu'il y aurait un espoir.

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Dim 28 Aoû - 14:56

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

La chaleur du pub ne lui faisait plus le même effet... Rose prit sa cape et sa bièraubeurre jusqu'au bar, discutant de ce qu'il s'était passé avec la gérante. Elle la rassura sur le fait qu'elle allait bien et que ce n'était rien, une vieille connaissance qui faisait resurgir de vieux démons. La jeune femme eut droit pendant vingt bonnes minutes à l'histoire de sa cousine Bertha à qui il était arrivé la même chose, même si le récit ressemblait plus à du harcèlement qu'autre chose. Rose affirma que son cas n'était pas du tout pareil.
Au moins, l'attention portée sur elle l'empêchait de pleurer une nouvelle fois à chaudes larmes. Sirotant sa boisson, la jeune femme ne pouvait pas se retenir de jeter de brefs coups d'oeil à la porte d'entrée. Mais il ne venait pas. Plus les minutes s'écoulèrent, plus Rose commençait à se faire à l'idée qu'il était parti, du pub et de sa vie aussi. Même si elle espérait toujours le voir passer le pas de la porte, au fond d'elle.

Bien que l'ambiance des Trois Balais était toujours aussi chaleureuse, Rose voulait rentrer, être seule et pleurer en paix. Elle remercia les tenanciers pour leur accueil toujours aussi impeccable et revêtit sa cape, rassurant la gérante en lui disant que rien ne lui arriverait. Elle montra même sa baguette comme pour lui faire comprendre qu'elle avait de quoi se défendre.
Elle savait qu'elle n'aurait aucune raison de l'utiliser, de toute manière. La jeune femme poussa la porte une dernière fois. Qu'est-ce qu'elle s'attendait à voir au dehors? Il ne serait pas...
Rose dut cligner des yeux pour s'assurer qu'elle n'avait pas de visions après toutes ces émotions. Lewis était là, assis sur le banc d'en face. Son coeur fit plusieurs bonds démesurés. Elle s'était efforcée à ne pas espérer qu'il soit resté... mais elle n'avait pas réussi. Et il était là. S'il avait été parti, elle n'aurait pas été surprise, mais elle aurait été déçue et triste, qu'elle le veuille ou non. Là, elle était totalement surprise mais ravie. Toutefois, en le voyant, Rose poussa un soupir, comme pour se donner du courage. Elle n'avait pas trop prévu de lui reparler aussi vite, à vrai dire. Et cela lui donnait toujours autant de mal.

Cependant, elle n'hésita pas longtemps avant de marcher vers lui, les mains tenant sa cape de l'intérieur pour la couvrir du froid.

« Tu es resté là... » constata-t-elle en un souffle.

Elle n'en revenait pas trop, à vrai dire. Mais on pouvait voir sur son visage que cela lui faisait un immense plaisir. Malgré ses réactions, il avait décidé de l'attendre dans le froid d'automne... Lewis. Rose en profita pour le regarder, comme si elle le faisait pour la dernière fois. Elle n'avait pas pu, la fois où c'était la dernière fois. Si elle avait su, elle l'aurait dévoré du regard, imprimé ses yeux bleus troublants en elle, caressé ses cheveux pour toujours avoir leur empreinte sur ses doigts... Elle l'aurait serré tellement fort que jamais il ne l'aurait laissé repartir vers son destin peuplé de ronces et de chimères.
Mais la vie s'était passée ainsi, et il était trop tard pour regretter. Peut-être que Lewis devait accepter des choses si tel était son choix, mais c'était surtout Rose qui devait respecter le déroulement de tout ça. Elle l'avait déjà fait tant souffrir... La jeune femme ne voulait pas l'attrister davantage. Elle s'en voudrait toujours de ne pas avoir pu l'empêcher. Encore plus que maintenant.

« Je suis désolée que tu aies eu à revivre des choses affreuses ce soir. Je ne voulais pas revenir dans ta vie alors que tu ne peux plus l'accepter... Je vais arrêter de t'embêter avec mes histoires et avec ce qu'il s'est passé pendant mon absence. Parce qu'il y a bien plus que ce que je t'ai dit, et je ne veux pas te blesser plus que ça... Voilà. »

Rose avait été égoïste de s'accrocher à ses propres sentiments, sans prendre en considération qu'elle écorchait ceux de Lewis. Ses paroles étaient douces et compréhensives, bien que la peine l'habitait encore, et ne partirait probablement jamais.

« Et si un jour tu es prêt à me pardonner... »

Rose lui offrit un sourire. Empli d'affection. De tristesse... D'amour.

« ... je serai là. »

Cette fois, elle ne partirait plus. Elle était assez forte pour tenir tête à la famille qui avait voulu en faire l'une des leurs alors que sa place était ici. Rose espérait que Lewis le comprenne. Mais ce n'était pas de son ressort.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Dim 28 Aoû - 16:59






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Le temps qu'il avait passé là, dehors, à regarder les étoiles, lui avait été bénéfique. Il avait réussi à faire un peu avec lui-même, à mieux s'écouter, à comprendre ses sentiments et ce qu'il voulait vraiment. Quand Rose sortit des Trois Balais et l'aperçut, elle eu l'air aussi soulagée que lui, et cette expression pleine d'espoir fit accélérer les battements du coeur du jeune homme. Etait-ce le début d'un nouveau chapitre d'un livre que l'on croyait terminé depuis longtemps qui allait commencer ? Il se leva, et se dirigea vers elle. Lewis ne se comporterait plus comme un gamin, désormais. Pas tant que Rose aurait besoin d'être protégée, soutenue... aimée. Car il était inutile de le nier, Lewis n'aurait jamais réagi comme ça si ce qu'il avait un jour ressenti pour Rose s'était définitivement évaporé. Il se passa la main dans la nuque, un léger sourire aux lèvres.

-Je... Je ne pouvais pas te laisser seule et agir comme un con.

Ils étaient proches l'un de l'autre, très proche. Dieu qu'elle était belle, simplement éclairée par la lune. Et elle s'excusa pour tout. Plus elle parlait, plus Lewis se sentait apaisé, et en phase avec elle. Sa main vint naturellement se poser sur une des joues de la jeune femme, et leurs regards se croisèrent.

-Rosie... C'est à moi de m'excuser, pour ma conduite de ce soir. J'ai... Je n'avais pas prévu que ça se passe comme ça. Je pensais ne plus rien ressentir pour toi, je pensais pouvoir te tolérer dans ma vie comme collègue. Mais tu es là, à me dire que tu pourrais quitter ma vie si je le voulais, et je sais que c'est la dernière des choses que je veux.

Il allait plonger. Il allait le faire. Ouvrir ce foutu chapitre. Ecouter son coeur. Peut-être rendre sa vie meilleure, et qui sait celle de Rosie aussi. Son regard quitta celui de Rose un instant, avant de se diriger vers ses lèvres. Il approcha son visage encore un peu de celui de la jeune femme, mais détourna son visage afin de pouvoir lui chuchoter quelques mots à l'oreille.

-Comment ai-je pu penser une seule seconde en douze ans que je ne t'aimais plus... Reste. Reste, s'il te plaît.

Et il l'embrassa. Tendrement, naturellement, comme s'il avait l'habitude de l'embrasser tout les jours. Sa main quitta la joue de Rose, afin de rejoindre l'autre sur ses hanches. A ce moment précis, plus rien d'autre ne comptait, à part le contact des lèvres de Rose sur les siennes. Peut-être était-ce trop tôt, peut-être était-ce une folie. Mais il s'en fichait. A ce moment précis, et pour la première fois depuis longtemps, il avait la certitude d'être là où il devait être.

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Jeu 1 Sep - 15:54

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Décidément, elle n'arrêtait pas de le sous-estimer pour éviter de se faire des idées. Mais elle n'aurait pas dû. Lewis remit sa main derrière sa nuque. Est-ce qu'il savait qu'elle ne pouvait rien lui refuser avec la petite moue qu'il était en train de faire? Rose le maudissait, le sourire aux lèvres.

« Je... Je ne pouvais pas te laisser seule et agir comme un con. »

Si Rose avait été dans un dessin animé, elle serait tombée à la renverse. Il était vraiment en train de lui dire ça, elle ne rêvait pas? Ce n'est pas comme si Lewis était une tête de mule d'habitude, c'est juste que la manière dont il avait réagi ce soir ne permettait pas à Rose de penser... d'imaginer même qu'il allait dire ça. Elle aurait compris s'il avait eut une rancoeur éternelle envers elle, même si elle se serait énervée parce qu'au fond, elle désirait le contraire, mais il aurait eu le droit... Rose avait peur qu'il change d'avis à tout moment. Mais là, devant elle, il s'excusait. La jeune femme avait envie de prendre son visage entre ses mains. De lui dire que ce n'était rien comparé à ce qu'elle lui avait fait subir. Mais ce qu'il lui disait la touchait tellement qu'elle restait sans voix.

« Mais tu es là, à me dire que tu pourrais quitter ma vie si je le voulais, et je sais que c'est la dernière des choses que je veux. »

Rose mordit sa lèvre. Les larmes allaient encore monter. Mais cette fois-ci, c'était la pure et simple émotion qui l'animait. Le fait de savoir qu'il ressentait probablement ce qu'elle ressentait toujours pour lui... Elle n'avait même pas besoin de le cacher à elle-même. Pendant tout ce temps, même si elle avait été loin, même si elle partageait sa vie avec un autre, Lewis était là, dans un coin de son coeur qu'il n'avait jamais voulu quitter. Sans le savoir, il l'envahissait depuis la première fois où les deux jeunes gens s'étaient embrassés. Il avait été maître de ses pensées, de ses rêves, des étoiles qu'elle regardait chaque soir. Et elle avait fini par revenir vers lui, toujours vers lui, même sans le savoir. Comment nier que c'était de l'amour? Depuis tout ce temps.
Lewis s'approcha doucement d'elle, à mesure que le coeur de Rose battait de plus en plus fort contre sa poitrine. Lorsqu'elle sentit son souffle chaud contre son oreille, la jeune femme garda les yeux mi-clos. C'était presque surréaliste, mais elle réalisait que cela était en train d'arriver, bel et bien.

« Comment ai-je pu penser une seule seconde en douze ans que je ne t'aimais plus... Reste. Reste, s'il te plaît. »

Deux larmes roulèrent sur les joues de Rose, une nouvelle fois. Il avait tout merveilleusement résumé en une phrase qui résonnerait à jamais dans l'esprit de la jeune femme. Une pulsion l'anima, comme réponse à sa supplication. Et fort heureusement, Lewis avait pensé à la même chose.
Leurs lèvres se rencontrèrent en un baiser dont Rose avait rêvé depuis longtemps. Alors qu'il tenait ses hanches, la jeune femme se laissa aller contre lui, se serrant un peu plus, histoire de lui faire comprendre qu'elle ne voulait plus partir. Pendue à son cou, Rose aurait voulu que ce moment dure toujours. Enfin, elle se sentait heureuse. Cela ne lui était pas arrivé depuis cette fameuse douzaine d'années. Pas comme ça. Les lèvres et l'étreinte de Lewis n'étaient comparables à aucune autres. La Rose de 17 ans s'était réveillée et vivait toujours au bras du jeune homme. C'était si normal, si bon. Et elle se rendait compte plus que jamais que ce moment, elle l'attendait depuis toujours. Il lui avait tellement manqué... Cette fois-ci, elle ne laisserait personne la séparer de lui.
Le baiser se termina, et Rose regarda le visage de Lewis, éclairé par le faible lampadaire de la rue. Mais cela lui suffisait à détailler ses traits qu'elle adorait toujours autant. Elle glissa une de ses mains sur ses joues, douces comme s'il venait de se raser. Cette pensée la fit sourire tendrement.

« Je ne partirai plus jamais, je t'en fais la promesse. Cette fois, plus rien ne me retiens de rester ici. »

Puis Rose alla enfouir son visage dans le cou de son amant, le serrant un peu plus contre elle. Qu'on l'en arrache, elle resterait là. Ni ses parents, ni Alexander ne pourraient l'en empêcher. Et qu'ils osent s'en prendre à son fils, elle n'hésiterait pas à sortir sa baguette pour... Son fils. À cette pensée, Rose défit son étreinte et se remit à regarder Lewis. L'inquiétude avait pris le pas sur l'abandon total, et cela se voyait sur les sourcils arqués de la professeure. La jeune femme prit les mains de Lewis avant de parler.

« Cependant, il y a encore des choses que je n'ai pas pu te dire. J'ai peur que ça te fasse encore du mal... Mais je ne peux pas te les cacher non plus. »

Rose ne savait absolument pas que Lewis avait reçu son faire-part de mariage avec Alexander en guise d'unique réponse qu'avait envoyé ses parents aux multiples lettres de l'amoureux. Elle le pensait alors encore moins préparé à ce qu'elle devait lui annoncer. Son ex-mari. Son fils. Rose était morte de peur à l'idée que Lewis réagisse mal à tout cela...

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Sam 10 Sep - 17:43






And suddenly I'm helpless

Feat la jolie professeur d'astronomie.

Lui qui pensait fuir avait fini par foncer tête la première, n'écoutant plus que son coeur. Il ne savait pas si c'était vraiment la bonne chose à faire, mais il s'en foutait. L'embrasser était tout ce qu'il désirait. Rose était tout ce qu'il désirait. Il l'avait toujours su depuis leur premier baiser au fond, mais avait réussi à l'oublier après leur rupture. Le temps aurait pu se figer, que Lewis ne s'en serait même pas aperçu. Elle finit par écarter son visage de celui de Lewis, lui caressant la joue et lui promettant de ne plus jamais partir. Il sourit quand elle vint se cacher dans son cou, lui caressant tendrement le dos. Comme avant.

-Moi non plus, je ne partirai pas. Pas maintenant que nous sommes réunis à nouveau.


Il se mit à lui caresser les cheveux, d'un geste amoureux et protecteur. Qu'elle était belle, sa Rosie. Le temps l'avait renforcie, rendue plus mature, abîmée peut-être, mais au fond elle n'avait pas changé. Rose finit par rompre définitivement l'étreinte, un air soucieux sur le visage. Elle lui annonça qu'elle avait encore des choses à lui dire, et que ça n'allait peut-être pas lui plaire. Lewis sentit son estomac se tordre à ses mots. Qu'allait-il lui tomber dessus encore ? Peut-être Rose était-elle... mariée ? Non, c'était impossible. Sinon elle ne serait pas là, avec lui. Elle avait été mariée, il le savait grâce au fair-part qu'il avait reçu, à l'époque où il espérait encore qu'elle revienne. Ce courrier avait été un véritable crève-coeur pour lui. Tout en lui souriant afin d'essayer de la rassurer, il la prit par la main et la guida vers le banc où il s'était assis plus tôt. Ils s'installèrent, et Lewis prit la parole.

-Je sais déjà que tu as été mariée, j'ai reçu le fair-part que tu m'avais envoyé. Je suppose que vous n'êtes plus ensemble cependant, sinon tu ne serais pas ici et tu ne te serais pas laissée embrasser...

Son coeur battait plus vite, il était angoissé et sa main vint une fois de plus au contact de sa nuque. Il espérait qu'elle ne lui annoncerait pas de choses trop graves, et que tout allait bien dans sa vie.

Codé par Benoît.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Rose F. Gordon
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   Jeu 15 Sep - 15:18

And suddenly I'm helpless

Rose & Lewis

Rose redoutait tellement sa réaction... Elle était pendue à ses lèvres, prête à bondir pour rattraper les choses au moindre emportement de la part de Lewis. Elle ne voulait pas qu'il s'en aille encore sous le poids de tout ça. Mais le pauvre... Qu'est-ce qu'elle lui faisait endurer.
Lewis se montra très doux avec elle et l'amena à s'asseoir avec lui sur le banc. Rose se laissa faire docilement, rassurée par l'étreinte chaleureuse de sa main contre la sienne. Elle se demandait encore pourquoi le destin les avaient séparés.

« Je sais déjà que tu as été mariée, j'ai reçu le faire-part que tu m'avais envoyé. Je suppose que vous n'êtes plus ensemble cependant, sinon tu ne serais pas ici et tu ne te serais pas laissée embrasser... »

Oui, il avait marqué un point. Cependant, même si elle était encore mariée, Rose n'aurait peut-être pas pu résister au baiser de Lewis. Rose garda cela pour elle, l'atmosphère n'étant pas encore à la franche rigolade, mais elle risquait fort de le ressortir une autre fois... si tout se passait bien. Elle s'empressa d'hocher la tête.

« Non, je me suis séparée de lui. Il s'appelait Alexander. Nous ne nous aimions pas vraiment, pour tout dire. C'est curieux, non, de se retrouver marié à quelqu'un qu'on n'aime pas du tout? Ça paraît stupide, de se demander comment on en est arrivé là, et pourtant... »

Alors que Rose partait dans son petit récit, un élément de l'histoire qui lui avait échappé lui revint peu à peu à l'esprit. Ses sourcils se froncèrent à cette idée, et la jeune femme roula lentement ses yeux marron vers Lewis.

« Attend un peu... je n'ai jamais envoyé de faire-part... »

Elle n'aurait jamais fait ça... Lui écrire une lettre d'adieu pour ensuite lui envoyer un autre couteau sur sa plaie dans la plus grande des gratuités? Impossible. Même si elle avait eu des nouvelles de lui entre temps, elle n'aurait jamais...
Tout d'un coup, Rose parut tellement choquée que ses yeux s'agrandirent en une frayeur visible, portant sa main devant sa bouche. Est-ce que ses parents étaient derrière ça? Naïvement, elle aurait aimé croire que non. Mais vu tout ce qu'ils lui avaient fait voir pendant toutes ces années, elle ne devrait même pas être surprise. Cependant, cela lui faisait l'effet d'un énième déchirement. Se retournant enfin vers Lewis, ses yeux étaient une nouvelle fois humidifiés. Elle avait tellement pleuré ce soir qu'elle semblait ne plus s'en rendre compte.

« Lewis... est-ce que tu m'as écrit après la lettre que je t'ai envoyé? » demanda-t-elle d'une voix tremblante.

Rose commençait à voir l'envers de toute cette histoire. Et cela la bouleversait plus que tout. Pour elle, après cette lettre, Lewis avait décidé de ne plus lui écrire et était parti de son côté. S'il avait continué à lui écrire sans qu'elle le sache... Cela expliquait encore plus le ressentiment qu'il avait eu à son égard ce soir. Et le faire-part en plus de cela...
Rose n'aurait pas imaginé son état si elle avait pu lire les lettres que Lewis avait peut-être envoyé après la rupture. Cela lui aurait fait un mal énorme. Mais peut-être nécessaire? Et salvateur?! Ses parents avaient dû vouloir la protéger de lui... Malheureusement elle avait compris trop tard que ses protecteurs étaient ceux qui causeraient sa perte.

DEV NERD GIRL


_________________
Rose F. Gordon
I've got no strings to hold me down, to make me fret, or make me frown. I had strings, but now I'm free. There are no strings on me. × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: And suddenly I'm helpless [Lewis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
And suddenly I'm helpless [Lewis]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pourquoi Lewis Hamilton est il aussi detesté?
» Lewis Yorkshire de 15 ans (54) - ADOPTE
» John Lewis accuse Mc Cain d'attiser la haine contre Obama
» Lisa Lewis (fiche refusée)
» Ana Lewis

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Le Château. :: La Grande Salle-
Sauter vers: