Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 Sur répondeur - ft Jonjon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

MessageSujet: Sur répondeur - ft Jonjon    Mar 30 Aoû - 17:13

“Et donc, Grandpa a piqué sa crise parce que Poudlard lui a envoyé un hibou pour lui dire que ça s'apparentait un peu à du trafique de drogue, de me refiler ses potions comme ça. Je me demande même si mes hiboux sont pas sous surveillance depuis ce jour là, tu vois. Bon, je peux comprendre que ça finisse par inquiéter, mais le plus drôle, c'est que Grandpa a ouvert la lettre seulement trois mois plus tard.” Joyeusement attablée en face de Jonathan, Charlyn tentait de raconter ses péripéties au garçon. Elle fit une petite pause pour croquer dans sa pêche (tékaté), ses yeux fixés sur le garçon. Ce n'est pas comme si Jon avait pour habitude de prêter vraiment attention à ce qu'elle racontait, mais là, il ne daignait même pas réagir. La jeune fille poussa un soupire en levant les yeux au ciel, un peu exaspérée. Ceci ne l'empêchait cependant pas d'arborer un demi-sourire affectueux. Elle savait ne pas s'offusquer de l'attitude un peu je-m'en-foutiste du Gryffon, il savait se montrer présent quand il le fallait vraiment. C'était tout de même lui qui l'avait secouru cette fois là. C'était peut être grâce à lui qu'elle n'avait pas fini à suivre un parfait inconnu qui lui aurait proposé des bonbons. Et après tout, quelle importance que son grand-père insulte l'école ? On en était plus à ça près. Jon était jonesque, à son habitude.

“Ca me fait un bien fou de te parler” lança-t-elle finalement après un petit break. Son ton était taquin, pour peu que le garçon l'entende encore, il aurait compris l'amusement derrière cette pique. “Plus qu'un ami, Jon, tu es un psy. Je parle, je parle, je parle...” Elle secoua doucement la tête, puis finalement, se permit une minute d'observation en silence. Charlyn ne se serait jamais douté qu'une assiette puisse sembler si importante aux yeux de Jonathan. Il avait les yeux rivés dessus, l'air pas franchement présent. Bon, l'air encore moins présent que d'habitude. Le sourire de la jeune fille se transforma en un moue un peu inquiète, et elle se demanda rapidement si le garçon était fatigué, plus blasé que d'habitude, ou si la digestion passait mal. Ou si quelque chose de plus lui trottait dans la tête. En tous les cas, il lui serait difficile de poser la question. Pour cela, il faudrait déjà qu'il l'écoute. Et quand bien même, elle n'était pas sûre d'obtenir une réponse qui vaille la peine de poser la question.

Elle détourna alors son regard du garçon, se disant que, peut être, elle allait cesser de raconter sa vie  de manière aussi futile. Ses yeux parcoururent la Grande Salle, qui s'était déjà bien vidée, et elle aperçut au loin une tête qui retint son attention. Elle fouilla dans sa mémoire un instant, persuadé de reconnaître l'individu. Deux neurones se connectèrent, et elle saisit le bras de Jon pour attirer son attention, avant de pointer l'individu du doigt. “Eh, c'est pas lui le 'soi-disant' agresseur de Charlie ? “ Elle fronça les sourcils. Elle prêtait rarement attention aux rumeurs, mais le bruit qui avait couru était remonté jusqu'à elle. Et puis, il s'agissait de Charlie. Alors que deux autres neurones entraient en action, elle se souvint d'une autre histoire qu'elle avait entendu à son sujet. “Ehm. D'ailleurs, il paraît que ça a chauffé entre toi et lui. Elle sort d'où, cette histoire ?” La demoiselle reporta alors son attention sur Jon, arquant un sourcil. Le fait que Jon ait pu s'en prendre à quelqu'un lui paraissait un peu bizarre, mais bon, après tout, peut être avait-il avalé un chokapic de travers ?

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Mer 31 Aoû - 0:02



Bip bip

J'étais dans la salle commune, en train de manger, comme chaque jour chaque élève de poudlard faisait. La table des gryffondors avait cette particularité d'être spécifiquement bruyante, bien plus que celle des autres maisons. A croire qu'il n'y avait que de sur-excités chez nous. Moi j'étais pas comme ça, et j'avais très vite appris à faire abstraction de tout ce qui ce passait autour de moi. Bizarrement, au final, plus il y avait de brouahara autour, plus c'était simple de l'ignorer, bien plus que de ne pas entendre le petit bruit louche qui vient briser le calme d'une pièce silencieuse.
Charlyn discutait avec moi, ou plutôt tenait un espèce de monologue comme elle avait l'habitude. Il m'arrivait assez régulièrement de manger avec elle, et elle ne se vexait pas face à mon manque de répondant. Quelque chose qui avait tendance pourtant à énerver les autres. Et puis j'aimais générallement entendre en bruit de fond ces histoires loufoques avec son grand père un peu bizarre.

Mais ce jour-là, c'était pire qu'au quotidien. J'avais fait totalement abstraction de tout ce qui se passait autour de moi, y compris Charlyn. Il n'y avait même plus de bruit de fond. J'avais le regard vide, perdu dans mon assiette encore pleine. Je jouais a déplacer la nourriture dedans, enfin "jouer" était un grand mot, je la poussais avec une non-envie assez mal dissumulé d'un coin à un autre. Je me sentais complètement perdu, la tête vide.
On ne peut pas dire que je suis quelqu'un de très optimiste à la base, mais ces derniers jours, j'avais le moral au plus bas. Non seulement il me semblait que le monde avait réussi le miracle d'être encore plus ennuyeux qu'à l'accoutumée, mais en plus, il me semblait être moi même un incapable. Comme si je m'enlisais dans ce fouilli merdeux et que ma vie allait être du même ordre, sans aucune autre issu possible. Plus j'imaginais les différents scénarios possible à ce qu'aurait pu être mon avenir, plus je me rendais compte qu'aucun ne me faisait guère envie. J'aurais juste voulu m'enterrer et disparaître, pour plus avoir à finir cette assiette et faire semblant d'être là.
J'étais complètement démoralisé, et mon esprit faisait tout pour occulter au maximum la raison qui m'avait poussé dans cet état là.

C'est Charlyn qui me sorti de mon trou, en me touchant le bras, en me parlant. Ce contact me rappela un autre moment que je préférais oublier et me poussa à retirer rapidement mon bras de là. Inquiet de ce souvenir, et du flot d'émotion qui s'en accompagnait. Mais elle ne s'arrêta pas là, et commença à me parler et me montrer du doigt un type. Le type. En le regardant, je sentais la rage fulminer encore en moi. Charlie avait beau m'avoir assuré qu'il n'y était pour rien, c'était incontrôlable, le voir me rappeler ce qu'on lui avait fait, mais je savais que je devais me taire, et arrêter pas faire de vague. La dernière chose que je voulais c'était me faire remarquer, et surtout par elle. Mon visage se ferme quasiment instantanément et je détournais le regard du serpentard.

"Ya pas d'histoire."

Je n'avais rien contre Charlyn, et j'aurais aimé être plus aimable avec elle, mais j'étais incapable de m'ouvrir comme ça. Déjà le fait que je lui avais répondu prouvait mon affection pour elle, dans un autre cas, je serais certainement parti le plus loin possible de ce type. Comme si ce que je ressentais allait rester avec lui dans cette pièce.



_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Mer 31 Aoû - 0:53

Pas d'histoire. Mais oui, bien sûr. Charlyn arqua un sourcil, l'air pas franchement convaincu de ce que Jonathan venait de lui dire. Au moins, il avait daigné rejoindre la conversation. Il aurait pu continuer à touiller sa nourriture avec le vague à l'âme. Cela dit, il avait l'air encore plus renfermé à présent. Entre ça, sa réplique et la façon dont il avait détourné le regard du garçon quasi immédiatement, Charlyn ne crut pas une seule seconde les paroles du Gryffon. S'il n'avait rien eu à en dire, il aurait été beaucoup plus décontracté, au lieu de se fermer comme une huître. Le regard de la jeune fille quitta brièvement Jon pour s'intéresser à son assiette. C'était un joyeux foutoir. “Mhm, tu iras dire ça à la pauvre saucisse innocente qui se fait trimballer depuis un quart d'heure.”  Elle releva les yeux vers lui, un demi-sourire sur les lèvres. Il n'était jamais très loquace, il ne s'épanchait pas trop sur sa vie, d'accord. Mais là, c'était du déni brut et pur. Il n'allait pas la lui faire à l'envers. “Dis plutôt que t'as pas envie d'en parler, parce que ça, j'y croirai déjà beaucoup plus. Et ça fait une grosse différence.”  Elle abandonna finalement sa pêche, et posa ses coudes sur la table, joignant ses mains sous son menton. Outre le fait qu'elle commençait à s'inquiéter sérieusement, elle se sentait assez curieuse de comprendre. Pas comme une commère qui allait colporter des ragots, simplement comme une amie à qui quelque chose échappe. Beaucoup de choses pouvaient lui échapper quand il s'agissait de lui, bien sûr, mais Jon était rarement sujet de commérage, parce que, soyons honnête, il n'y avait pas non plus tant de choses à commérer.

Elle savait pertinemment que poser des questions ne l'aiderait pas à en découvrir davantage. Si Jon ne voulait pas parler, il ne parlerait pas. C'était plutôt difficile à gérer, de fait. Parce que sa réaction lui laissait penser qu'il y avait quelque chose de louche derrière tout ça. Quelque chose de très louche. Et surtout, encore une fois, quelque chose qui lui échappait. Alors plutôt que de tenter une véritable confrontation, Charlyn voulait essayer de mettre Jon à l'aise. Qu'il ne se sente pas acculé, obligé de parler, mais plutôt libre de lui parler s'il le souhaitait. A sa façon à elle, quoi. “Enfin bref. J'aime pas trop écouter ces conneries. Et je comprends pas pourquoi les gens s'acharnent avec ça, Charlie elle-même m'a confirmé que c'était pas lui.”  C'était vrai. Elle lui avait posé la question quand elle avait entendu cette histoire. Elle s'était déjà beaucoup inquiété : même si les choses n'étaient toujours pas totalement désamorcées entre elle, Charlyn avait détesté entendre ça. Qu'on puisse faire du mal à Charlie lui donnait presque envie de vomir. Mais qu'en plus un innocent se retrouve dans le pétrin à cause des colportage de Gossip Poudlard, c'était exécrable. A croire que les gens n'avaient rien de mieux à faire. Et puis, en se mettant un instant à la place de Charlie, la rousse se disait que ça devait être atroce, après avoir vécu ça, d'en entendre encore parler. Elle-même s'était sentie assez mal en lui en parlant, mais tout cela l'avait tant touchée, qu'elle n'avait pas eu le choix. Charlyn secoua doucement la tête, ses yeux se perdant un instant dans le vague. “Enfin, pas que ce soit vraiment mes affaires, quoi.”  Sur ces derniers mots, son ton avait été un peu plus lointain. Un peu plus maladroit. Elle poussa un petit soupire et reporta son attention sur Jon. L'écoutait-il encore seulement ?

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Mer 31 Aoû - 2:15



Bip bip

J'essayais de me reconcentrer sur mon assiette, pour me calmer. En vain. J'étais déprimé avant, mainentant j'étais énervé. La différence dans mon assiette était nette: Je ne pourrais plus les aliments, je les écrabouillais. Une vraie torture, comme si les faire souffrir allait me défouler. Autant dire qu'il ne rester très vite plus qu'une bouillie de saucisse.
J'étais aussi plus alerte à ce qui m'entourait, et aux propos que Charlyn m'adressait. Heureusement, elle ne me posait pas plus de question que ça. Elle réagissait de la meilleure manière qui soit pour ne pas me froisser, mais je restais quand même bloqué. Je n'avais pas envie de parler de quoi que ce soit, surtout pas de ce sujet là. J'avais peur de ce que je pouvais dire, peur de mettre des mots sur tout ça. Peur de m'obliger à comprendre et peur de devoir affronter ces sentiments. J'étais complètement terrifier, et je n'arrivais pas à l'admettre, alors je lassais ma rage exagérée cacher tout ça. Et je me renfermais, sans un mot.
J'espérais un peu quand faisant l'autruche ça passerait tout seul.

Je m'acharnais toujours sur mon assiette quand elle prononca le nom. Son nom. Dans mon esprit, il avait été comme banni. Complètement mystifié, il était une des choses qui m'effrayait le plus. Rien que l'entendre faisant remonter des images d'elles, des souvenirs, LE souvenir. Celui que je voulais oublier. Ma tête avait changer du tout au tout face à ce nom, comme si on avait pris un gamin sur le fait, on aurait presque pu voir mes joues rosir. En fait, ce nom me fit tant d'effet que j'aurais presque voulu sur le champ qu'on la rebatise tu-sais-qui. A croire que c'était un surnom qui allait bien au serpentard.

"Non c'est pas lui."

La purée de saucisse elle, était plutôt contente que j'arrête de jouer avec ma nourriture. Après tout, elle était bien loin d'avoir conscience de ce qui se passait dans ma tête, normal, pour une purée de saucisse. Mon regard lui était reparti sur Charlyn, un peu gêné, je priais intérieument pour qu'elle n'est rien remarqué de mon trouble. J'essayais une tactique assez lâche pour la concentrée sur autre chose.

"Sinon, Poudlard a réagit à propos des potions de ton grand-père ? Faudrait que tu fasses attention quand même."



_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Mer 31 Aoû - 21:06

En voyant le visage du Gryffon changer du tout au tout, avec une sorte d'expression de culpabilité ou peut être de gêne, les yeux de Charlyn s'étaient un peu écarquillés. Avait-elle dit quelque chose de mal ? Elle s'était un peu trop perdue pendant quelques secondes, et elle ne parvenait pas vraiment à comprendre ce qui avait pu provoquer une telle réaction de la part de Jon. Elle se sentit donc extrêmement frustrée de ne pas avoir eu toute son attention focalisée sur lui à l'instant où ça s'était produit. Elle maudit alors intérieurement Charlie pour son manque de concentration, se rendant alors compte par là même qu'elle venait juste de parler d'elle. Et qu'il avait répliqué, sans aucune doute, comme si c'était l'évidence même, que Caem n'était pas l'agresseur. Elle s'interrogea alors : se pouvait-il qu'il y ait un lien ? Que tout soit en fait lié ? Mais comment cela se pourrait-il ? Comment aurait-il pu le savoir ? En avait-il parlé à Charlie ? Ca ne lui ressemblait pas vraiment. Et elle n'avait pas connaissance du fait qu'ils étaient proches – suffisament proches pour évoquer le sujet. Le sentiment que quelque chose lui échappait définitivement se manifesta encore plus fort qu'auparavant, gagnant ses tripes, comme un pressentiment. Elle se rappella alors qu'il fallait respirer. Et Jon enchaînait déjà sur tout autre chose. Devenait-elle totalement parano ou essayait-il de détourner son attention de ce qu'il venait de se passer ? Il agissait d'une manière de plus en plus étrange.

Et elle le regardait d'un air de plus en plus soupçonneux. Sa tête se pencha légèrement sur le côté alors que Jon achevait sur une petite mise en garde, et elle fronça encore les sourcils. D'un ton sans animosité mais un peu sceptique, elle lui répondit : “Tu serais pas un peu en train de me prendre pour une idiote ?” Et ses sourcils se haussèrent. Elle n'avait pas spécialement envie de le cuisiner : elle avait trop de respect pour lui et son intimité, son introversion. Elle ne voulait pas le brusquer, mais s'il voulait jouer à l'autruche, il allait se heurter à un mur. Qu'il ne l'écoute pas vraiment était une chose, qu'il tente de relancer la conversation sur ce qu'elle lui expliquait juste avant parce qu'il préférait la laisser bavasser tranquillement pendant qu'il se perdait à nouveau dans les fils de ses pensées – probablement très déprimantes – en était une autre. “Tu ne veux pas parler, soit. Mais épargne moi ces digressions à la con juste pour éviter une vraie discussion. J'suis pas stupide Jon.” Encore une fois, aucune animosité dans son ton mais une sécheresse sans appel. Elle ne s'attendait pas spécialement à ce qu'il s'ouvre à elle comme ça, mais qu'il puisse éviter le sujet comme ça, au lieu de simplement lui dire qu'il préférait parler d'autre commençait un peu à l'agacer. Ou bien était-ce surtout ce sentiment inconfortable d'ignorer quelque chose – quelque chose d'une grande importance ?

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Sam 3 Sep - 6:01



Bip bip

Loupé. C’est le mot qui s’installa confortablement dans ma caboche lorsque j’entendis la réponse de Charlyn. J’étais définitivement nul pour les changements de sujet. J’aurais presque été déçu de cet échec si je n’étais pas préoccupé par cette gêne que je n’arrivais pas à dissimuler. Elle l’avait bien vu, et elle avait réagi sec.

“Non."

Je ne voulais pas me disputer avec Charlyn. C’était une chose qui je crois, n’est jamais arrivé avec elle. C’était quelqu’un avec qui j’arrivais bien à m’entendre sans trop savoir pourquoi, mais elle avait toujours les bonnes réactions. Et celle-ci me donna presque envie de tout déballer, juste pour pas qu’elle se fâche. Mais en même temps, il ne s’agissait pas de n’importe qu’elle sujet, c’était Charlie. Charlie…. D’ailleurs, n’était-ce pas une amie aussi de Charlyn ? Si elle allait lui raconter des choses… Non. J’avais confiance en Charlyn. Elle ne ferait pas ça, et surtout, j’avais besoin de me confier. J’avais l’impression de crouler sous le poids de tout ce que je ressentais.

“C’est juste que, Charlie..”

Je m’arrêtais net, serrant les dents, le regard de plus en plus fuyant. Comment étais-je censé parler de quelque chose comme ça ? L’idée de raconter ce qui s’était passé à voix haute me remplissait de honte. C’était comme un secret inavouable. Mais un secret qui me pesait, trop lourd. J’avais besoin d’aide, de quelqu’un qui pourrait m’aider à faire ce que mon cerveau refusait. Je me sentais complètement bloqué, fermé, comme face à la boîte de pandore. J’avais peur de l’ouvrir, de ce qui en sortirait, mais en même temps, je savais que je n’avais pas d’autre choix. Si je ne faisais rien, ça allait me bouffer de l’intérieur. J’allais finir par exploser, ne plus me contrôler. Comme avec ce type, comme avec Charlie.

“Elle... “

Je pris une grande inspiration, cherchant dans celle-ci le courage de m’exprimer, et repris un regard sérieux fixé dans celui de Charlyn. Il fallait que je lui parle, à elle. Je ne voyais pas vraiment à qui je pourrais parler de ça, et puis, si le sujet était arrivé sur la plateau, il fallait que j’en profite. J’étais persuadé que je n’aurais pas d’autre chance que celle-ci de pouvoir tenter de parler de ça. En même temps, les mots restaient prisonniers dans ma gorge. Quoique je fasse, je me sentais complètement incapable.

“Tu la connais..”

J'avais envie de parler, mais je n'arrivais qu'à tourner autour du pot. Comme si tout le courage gryffon était parti s'exiler dans une terre lointaine, en attendant de retrouver un vrai rouge et or sans cet amas de questionnement idiot.




_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Mar 6 Sep - 15:14

Charlyn observait Jon se débattre avec ses mots, comme s'il avait en travers de la gorge une boule de poils dont il n'arrivait pas à se défaire. Et elle partageait l'air sérieux qu'il arborait, alors que les choses se mettaient en place dans sa tête. Charlie. Evidement, il s'agissait d'elle. Les mains de la rousse avaient quitté son menton pour se glisser sous la table, et sans qu'elle ne s'en soit rendue compte, elles s'étaient jointes discrètement, se tortillant un peu. Qu'essayait-il de lui dire ? Elle sentait naître au fond de son ventre comme une petite boule faite d'angoisse. Légère, mais bien présente. En parallèle, elle se sentait plutôt contente à l'idée que le garçon se soit décidé à parler, preuve qu'il avait confiance en elle. Elle en regrettait presque son comportement d'avant, mais il lui semblait que sans ça, Jon aurait continué à faire l'autruche. Deux certitudes s'imposèrent à elle alors que le silence retombaient entre eux : son ami avait définitivement besoin de parler, mais ce qu'il avait à dire, elle n'était pas sûre d'avoir véritablement envie de l'entendre. C'était comme un sixième sens qui lui disait de partir, pourtant, elle ne le pouvait pas. Il fallait qu'elle dise quelque chose, maintenant, très certainement. Mais quoi ? Jon ressemblait un peu à une bombe qu'il fallait désamorcer, et elle avait peur de couper le mauvais fil. Ses yeux quittèrent un instant le Gryffon pour survoler la salle, à la recherche de la bonne façon de parler. Ou peut être pour s'assurer qu'il n'y avait toujours pas d'oreille indiscrète. "Je la connais un peu". Ses yeux  se reposèrent sur lui et elle lui offrit un petit sourire en coin, accompagné d'une moue un peu fautive.

Ses doigts cessèrent de s'entortiller sous la table. C'était comme une occasion de faire tomber un certain poids de ses épaules. "J'ai agit comme une idiote avec elle et je n'ai pas su lui expliquer. Depuis, c'est un peu compliqué. Alors un conseil : quoi qu'il se soit passé, ne la laisse jamais sans explication."  Ce n'était pas vraiment comme si elle s'était livrée, mais le simple fait d'en parler comme ça à Jon lui fit un certain bien. Elle se sentit plus apte à la suite de la conversation. Parce qu'elle même, peut être, était en train de faire l'autruche, à vouloir ignorer ce qu'elle croyait deviner. Mais ce n'était pas ce qu'elle ressentait, qui comptait. Ce qui comptait, c'était Jon, et elle se devait d'être là pour lui, surtout s'il était prêt à lui parler. Elle ne pouvait pas agir de manière égoïste et se boucher les oreilles n'est-ce pas ? Pas simplement parce qu'il était question d'elle. Ce fut cet instant là que sa boule de poils de compagnie choisit pour faire son entrée en scène. Il se déclara avec un "miaou" un peu inquisiteur, avant de sauter sur le banc à côté d'elle. Elle tourna les yeux vers lui, haussa un sourcil et tendit sa main pour une caresse. Il la snoba totalement, sauta sur la table et s'approcha de Jonathan, se mettant à ronronner d'office. Charlyn levait les yeux au ciel alors que le chat essayait de se glisser sur les genoux du garçon. "Je crois que quelqu'un est venu te donner du courage." Elle sourit à nouveau, son regard à présent rivé sur Jon.  "Alors il s'est passé quoi avec Charlie ?" Sa question tomba naturellement, doucement. Si elle avait reproché à Jon de tourner autour du pot, elle n'allait certainement pas faire la même chose.

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Dim 11 Sep - 14:41



Bip bip

Charlie avait le don d'occupée constamment mes pensées. Je savais vaguement que Charlyn la connaissait, elle avait du y faire allusion quelques fois, mais je ne savais absolument pas qu'elle était la nature exacte de leur relation. C'est ce qui me frappa quand elle commença a parler de complication avec Charlie. En fait, c'était surtout le fait que ce qu'elle racontait, c'était mot pour mot ce qui se passait avec moi. J'avais aussi agit comme un idiot, été incapable de lui expliquer, et maintenant c'était compliqué. Charlyn... Je ne comprenais pas ce que elle, elle avait pu faire pour que ça lui arrive. Elle ne l'avait quand même pas... Non. Je ne la voyais pas faire ça. A imaginer un truc pareil, j'avais les pommettes rouges de gêne et les sourcils froncés, non, quelle idée. Jamais elle ferait ça. Je n'aimais pas du tout cette pensée et l'éclipsait aussi vite de mon esprit.
Après tout, il avait bien pu se passer une multitude d'autre chose entre elles. Les relations humaines avaient le don d'être compliqués. Oui, il n'y avait pas de raison pour que ce fut la même chose.

J'étais en train de me rassurer en testant milles situations possibles qui aurait menée à une explication similaire, quand un chat fit son apparition. C'était celui de Charlyn, qui s'empressa de me recentré la conversation sur ma personne. De mon côté, j'étais encore a imaginer leur relation nécessairement amicale, et l'idée de revenir sur mon problème resserrait instantanément ma gorge. Elle pouvait me comprendre, m'aider à y voir plus clair, je me répétais. C'était une chance de pouvoir lui parler, là, maintenant.
Le chat se colla à ma main, réclamant des caresses. Je fixais alors toute mon attention sur lui, qui s'était tranquillement installer sur mes genoux. C'était un beau chat, très mignon, et tout doux. Son ronronnement avait le don de tirer un sourire. Il avait réussi à m'apaiser un peu, et c'est toute l'attention fixer sur le chat, à le caresser, que mes mots sortir enfin tout naturellement.

" Je crois que par inadvertence, je l'ai... embrassé. "

Seul le dernier de ces mots avait éprouvé une petite difficulté à sortir. C'était la première fois que je le prononçais pour parler de ce qui c'était passé. C'était la première fois que je parlais tout simplement de ce qui c'était passé. D'un coup, tout devenait un peu plus réel, et je jetais un coup d’œil vers Charlyn. J'avais peur et à la fois était extrêmement curieux de sa réaction.



_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Ven 23 Sep - 23:42

“Par inadvertance ?”

Ce furent les seuls mots que Charlyn put articuler. Si elle n'était pas déjà assise, elle serait probablement tombée par terre de surprise. Malgré le chaos que venait de déclencher Jon sous ses ondulations de cheveux roux, sa voix avait fusé immédiatement, et elle porta ses mains à sa bouche dans la seconde, s'apercevant qu'elle avait parlé un peu trop fort. Son nez et ses sourcils s'étaient froncés alors que ses yeux fixaient Jon . Par la barbe de tous les vieux sorciers à la pilosité faciale généreuse, avait-elle bien entendu ? A en juger par l'expression de son ami, il n'y avait aucun doute. Il venait bien de dire qu'il avait par inadvertance embrassé Charlie. Et son cerveau processait à une vitesse affolante cette toute nouvelle information, sans trop qu'elle sache ce qu'elle devait en faire. Plusieurs questions se posaient. Jon était-il par inadvertance tombé sur Charlie, leurs lèvres se rencontrant pendant la chute ? Combien de temps ce baiser avait-il duré ? Charlie en avait-elle voulu ? Jon avait-il des sentiments pour elle ? Ce baiser avait-il un sens profond, était-il le début d'une histoire, ou juste une maladresse, un acte perdu au milieu d'autres, un acte dénué de sens ? Et pourquoi, aussi soudainement, aussi violement, son coeur se serrait-il ? D'où venait le noeud qui se formait à l'aide de ses entrailles ? Charlyn se souvint de respirer. Et elle se souvint également ce qu'elle s'était dit un instant auparavant : l'important, c'était Jon. Pas elle. Pas le flux d'émotions qui la traversait. Il lui fallait alors oublier un peu l'image de Charlie, sans quoi, elle se sentirait bien incapable de quoi que ce soit. Oui, il fallait qu'elle oublie qu'ils parlaient d'elle. Qu'elle se concentre sur une chose : Jon avait embrassé quelqu'un. Et il s'en confiait, maladroitement, alors que Buddy ronronnait sur ses genoux.

Après un léger instant de flottement – et elle espéra que Jon ne s'attarderait pas trop dessus – un sourire apparu doucement sur ses lèvres. Ce sourire fut une moitié d'effort, et probablement qu'une forme de culpabilité était en train de stocker dans un coin de sa tête, bien à l'abri pour plus tard. A nouveau, elle appuya ses coudes sur la table et laissa son menton reposer sur les mains. Surtout, avoir l'air normal. Alors qu'elle s'efforçait d'ignorer les flammes qui rongeaient son ventre, elle tenta de déchiffrer l'expression de Jon. Il avait l'air un peu gêné, bien sûr. Ce n'était probablement pas le genre de choses qu'il disait souvent. Et il paraissait aussi étonnament alerte, interessé. Elle se demandait depuis combien de temps il avait ça en tête. Ah, parfait. Des questions. “Mhm. Alors... comment c'est arrivé ? Attends, je reformule, on dirait qu'on parle d'un accident là. Donc euh... Qu'est-ce qu'il s'est passé ? Enfin pourquoi ? Enfin, tu vois quoi.” Elle avait un peu débité, d'une voix plus basse que précédément. Elle s'était un peu perdue dans ses mots, pas certaine de savoir comment formuler tout ça, pas certaine non plus de vouloir réellement une réponse. Enfin, à moitié, quoi. Elle poussa un soupire, comme pour se recadrer. “Bref, je veux des circonstances. C'est pas comme si ça arrivait tous les jours.” Son sourire s'élargit un peu. Après tout, c'était vrai. Si on lui avait dit, quand elle s'était levée, qu'elle allait avoir le privilège d'être la “confidente” de Jon ce jour-là, elle n'y aurait pas réellement cru. Et tout ceci éveillait tant de sentiments contraires en elle qu'elle aurait certainement besoin d'un nouvel Elixir de Bien-Être.

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Jeu 29 Sep - 20:29



Bip bip

Elle avait l'air... étonnée. Choquée. Je ne sais pas. Mais rien de vraiment surprenant au final, au vu de ce que je venais de lui avouer. J'étais un peu déçu, et en même temps soulagé. Je ne savais pas ce que j'attendais de Charlyn, comment elle aurait pu réagir autrement. J'imaginais que ça n'était pas important, et que je lui devais des explications. J'avais commencer à me confesser, alors soit j'en avais trop dit, soit pas assez. Mon ventre se tordait dans tout les sens, et j'avais l'impression de voir sur mes bras toutes mes veines ressortir. Je tremblais même, légèrement. J'étais vraiment en train de me rendre compte de quoi je parlais.
Mon regard oscillait entre ma confidente, et son félin. Il était un peu ma source de courage à ce moment là, le seul à apaiser le stress qui voulait m'envahir, faire son petit royaume, et ne jamais repartir. Elle, s'était la seule qui pouvait m'écouter, et à qui je voulais parler. Égoïstement, je ne m'étais pas préoccuper de savoir si elle, elle le voulait. Tout ce à quoi je pensais, c'était mes propres besoins. Il fallait que je mette des mots sur cette situation. Que je la pose enfin, que je la synthétise. Parler, c'était rendre réel ce que j'essayais d'oublier, de cacher. C'était simplement arrêter de nier. Il fallait que je parle. Formuler.

"C'est elle. C'est sa faute. Elle m'engueulait et.. Je sais pas ce qui m'a pris."

Une pause. Un regard vers le chat. J'en avais besoin. Je n'étais pas le genre de personne qui racontait sa vie à tout le monde sans arrêt. Je parlais peu. Et ces mots là étaient compliqués. Il me fallait du temps, pour les formuler, pour les articuler, les choisir. Je me doutais bien que pour Charlyn, ce n'était qu'une histoire floue, et que ma façon de m'exprimer revenait à rajouter un peu de buée sur la vitre, histoire qu'elle ne comprenne vraiment rien. Ce n'était pas le but. Il fallait m'excuser, je n'étais pas un orateur.

"C'est cette histoire, avec ce type. J'ai agit bêtement et ça l'a énervée."

Petit à petit, je replaçais mes souvenirs les uns à côtés des autres. C'était étrange, ce sentiment qui m'avait habité. Ce sentiment qui m'habitait maintenant. Je me sentais nul. Terriblement nul. Ces souvenirs, ce n'étaient pas les miens. C'était ceux d'un type qui n'était pas moi. Quelqu'un d'impulsif, colérique. Sans maîtrise de soi. Je ne pensais pas être comme ça. Depuis quand j'étais une brute qui agissait sans réfléchir ?

"J'crois que j'l'ai embêté. Mais elle disait qu'il y était pour rien."

Finalement, il y avait toujours un point qui m'échappait dans cette affaire.




_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Ven 21 Oct - 23:51

C'était un combat intérieur assez perturbant. Un coin de son cerveau se réjouissait véritablement d'entendre la langue de son ami se délier, un autre voulait s'enfuir en courant, un autre encore réclamait toujours plus de détail de fait de son insatiable curiosité, et, quelque part, perdu dans tout ça, une douleur vive était en train de se mettre à cogner à la porte de son cœur. Elle faisait tout son possible pour conserver un air presque jovial, un air de Charlyn. Une pâle copie, mais soit : le sourire en coin était là face aux aveux de Jonathan. Elle ne pouvait s'empêcher de lui trouver un air adorable, malgré tout, alors qu'il avait l'air un peu happé par ce qu'il racontait. Il était proche et lointain à la fois, il avait un air un peu énigmatique. Elle se demandait ce qui était en train de se jouer sous son crâne ? Se repassait-il la scène ? Probablement. Pensait-il à ce baiser, là, maintenant.. ? Ou bien n'était-ce qu'elle, qui se complaisait à imaginer la scène, en arrière plan de ses pensées, alors qu'elle forçait son visage à ne pas se décomposer ? Stupide petite fille, reprends toi. Elle n'avait vraiment pas imaginer que la conversation prendrait ce tournant, alors qu'elle était venue, toute guillerette, raconter ses derniers petits tracas à Jon. Combien de temps avant que son cerveau n'explose ? Ou avant que la mascarade ne tombe, que Jon réalise son malaise, ou qu'elle franchisse la limite et qu'elle agisse de manière blessante, comme elle l'avait si souvent fait déjà, lorsque les choses lui devenaient trop douloureuses ? Non, elle ne devait pas penser comme cela. C'était le meilleur moyen de faire dégénérer la situation. Mais combien de fois encore allait-elle devoir se redire que la seule chose qui comptait était Jon, et que ses sentiments à elle n'importaient pas ? Sentiments. Son silence avait peut être un peu trop duré déjà... Alors elle se força à sourire plus largement, et pour se redonner contenance, elle se mit à jouer avec une mèche de cheveux, faisant mine de réfléchir.

« Oui, de ce que j'ai entendu, tu l'as bien embêté.. » Elle s'autorisa même un petit rire, léger. Plus pour se convaincre elle même dans le fond. Il le fallait bien. « N'empêche, ça ne te ressemble pas. » Rien de tout ça ne lui ressemblait, en fait. Et c'était ça qui était le plus déroutant. Il confessait à demi-mots les dires qu'elle avait entendu, et le fond, comme la forme, étaient bien peu ordinaires venant de lui. C'était beaucoup d'informations en peu de mots, au final. Comme si chaque mot  avait une valeur importante, un sens bien plus large que ce qu'il contenait d’origine, et  qu'elle essayait d'en tirer le maximum. A faire le yoyo de cette façon, la corde n'allait pas tarder à se rompre. Chut. Son sourire en coin s'effaça doucement, et un air plus sérieux le remplaça. Ses yeux retombèrent sur la table. Il fallait qu'elle le dise, qu'elle demande. Ce n'était pas que pour elle, elle était persuadée que c'était une question qui lui servirait aussi. « Bon, en tout cas, je peux te dire que c'est assez rare d'embrasser quelqu'un qui nous engueule. A part au cinéma peut être... » Elle laissa sa phrase en suspens instant. Elle n'était pas sûre encore de savoir comme poser les mots simplement. Avait-elle le droit ? « Je ne sais pas si je... » peux ? Veux ? C'était inutile de l'introduire de cette façon. Ca allait être gênant, de toute façon. Alors pourquoi fallait-il que ça sorte ? « Est-ce que tu.. » Quelque chose sur le visage de Jon la découragea subitement. « ...As aimé ? » Et un large sourire fendit son visage. C'était totalement nerveux en vérité. Cette question n'avait pas du tout fini comme elle l'avait prévu, et elle réalisait à quel point la question véritablement posée était stupide. Il n'y avait rien à faire, elle était un cas désespéré.

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Sam 5 Nov - 1:32



Bip bip

Non, rien de tout ça ne m’avait jamais ressemblé. Ou alors peut être que cela me ressemblait trop, et que c’était le reste qui n’était pas moi, je n’étais même pas capable de le dire. J’avais mes raisons de rester éloigné des choses, ce n’était pas qu’un caprice. Je n’avais pas envie de m’impliquer dans la vie des autres, je n’avais même pas envie de m’impliquer dans la mienne, alors pourquoi ? Pourquoi avoir faire le contraire de ce que je fais toujours ? Je ne savais pas. D’un coup, j’avais eu envie de m’impliquer. Non. C’était bien plus qu’une simple envie, j’en avais eu besoin. Je n’aurais jamais pu rester dans mon coin, et laisser couler. J’avais du agir, même mal.

Est-ce que j’avais aimé ? Cette question me figea une demi-seconde. Je ne me l’étais pas posée jusque là. Ce n’était même pas que j’avais évité, mais mon esprit s’était préoccupé de tant d’autres détails que j’en avais oublié à m’interroger sur ce qui me semblait être la première évidence. “Aimé ? Je.. je sais pas. Elle a reculé, et je..” m’étais senti horriblement nul. J’avais eu envie de disparaître, que ma magie me laisse créer un trou dans l’espace temps et que rien de tout ça ne se soit jamais passé. Mais je n’avais pas pu, alors j’avais agi comme n’importe quel imbécile. “J’ai fuis.” Je n’étais pas fier de moi, c’était bien pire que le sentiment d’une défaite. Quand je perdais au quidditch, même si je m’étais impliqué au plus possible, je n’étais rien de plus qu’un peu déçu, de moi même, et un peu énervé. Là, c’était différent, la déception était toujours présente, mais elle n’avait pas la même apparence. J’étais déçu, mais pas de moi, ni même de quoi que ce soit, et surtout, je me sentais mal avec moi même. Un profond sentiment de dévalorisation, quelque chose qui me répétait dans un coin du cerveau que c’était normal, qu’est-ce que j’avais pu imaginer ? Et je n’avais rien à y répondre, si ce n’est que je ne savais pas moi même. Je ne comprenais pas, n’avait pas envie de comprendre, ce que j’avais pu attendre à ce moment là. C’était un acte qui m’avait échappé, autant sur le plan physique que théorique. Je n’arrivais pas à me l’expliquer.  “J’ai perdu les pédales.”

Mon regard se reporta sur Charlyn. Quand je reparlais de tout ça, j’avais l’impression de quitter la pièce, de revenir à ce moment là. Je ne prêtais plus trop attention à ce qui m’entourait, et parlait presque dans le vide. Mais ce n’était pas réellement le cas, j’étais en train de me confesser à elle. J’en avais besoin. Poser des mots sur ce que j’avais sur le coeur, dans la tête, mais de son avis aussi, de ses mots, à elle. “T’aurais fait quoi toi, hein ?” Je déglutis, mal à l’aise, je ressentais de plus en plus cette voix, celle qui me répétait que je n’avais même pas à parler de tout ça, que rien n’aurait du exister, que j’étais qu’un sale gamin. “J’ai été un vrai imbécile, n’est-ce pas ?” Je sentais ma gorge nouée, et les mots fébriles qui s'en échappait.





_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    Mer 16 Nov - 18:44

« Jon.. »

Par où commencer ? Elle ne savait pas trop.  Plusieurs choses lui venaient en tête et elle devait encore faire le tri entre ce qui était seulement liée à ses sentiments à elle, et ce qui concernait Jon.  C’était encore un sacré méli-mélo et elle devait à tout prix faire la part des choses. Elle voulait s’enfuir, mais ce n’était pas juste. Pas quand il s’ouvrait de cette façon. Elle avait envie de lui dire que ça ne lui plaisait pas, qu’il s’agisse de Charlie. Que c’était injuste pour elle, sans pour autant trop accepter dans quelle mesure et pourquoi. Et en même temps, elle avait envie de lui faire un câlin, parce qu’il y avait quelque chose d’adorable dans tout ça, et Jon n’aimerait probablement pas qu’elle pense comme ça. Et puis, Charlie avait reculé. Qu’est-ce que ça voulait dire ? Etait-ce une bonne ou une mauvaise chose ? Et c’était quoi, cette question-là ? En vérité, elle avait bien du mal à savoir ce que ce foutoir d’émotions était, mais elle n’avait pas le loisir de s’y attarder. Elle ne pouvait pas laisser Jon voir que quelque chose la chiffonnait dans tout ça, et pire encore, il avait l’air réellement perdu. Et elle voulait l’aider. Mais que pouvait-elle lui dire ? Et que ne pouvait-elle pas dire ? Elle se posait rarement cette question avec Jonathan et c’était à la fois frustrant, énervant et déconcertant. Autant que sa question. Qu’aurait-elle fait ? Probablement rien, en vérité. Parce qu’elle n’aurait probablement jamais embrassée Charlie, et pourtant, l’idée n’était pas déplaisante. Tout l’inverse, même. Mais elle n’arrivait déjà pas à la regarder dans les yeux, alors… Et quand bien même elle l’aurait fait, elle aurait essuyé un cuisant rejet et aurait certainement dit ou fait quelque chose de blessant envers la Serpentard juste pour se sentir reprendre le contrôle. Avant de mettre l’histoire de côté et de prétendre que ça ne l’avait pas blessée. Un scénario aussi ridicule qu’improbable. Et encore une fois, elle n’avait pas le temps de s’y attarder.

« Je pense que… ta réaction a été normale, dans une certaine mesure. » Bien, elle n’avait qu’à se concentrer sur les mots. Elle avait des choses à répondre, elle avait juste à décontextualiser. Oublier qu’il s’agissait toujours d’elle. « Déjà tu n’avais pas prévu de faire ça, et en plus, elle t’a un peu laissé en plan, non ? Alors je pense que n’importe qui aurait été perturbé. » Perturbé, ce n’était peut-être pas le meilleur mot, mais c’était ça, non ? C’était plutôt la nature de cette perturbation qui lui paraissait importante. Qu’est-ce qui avait poussé Jon à s’enfuir, précisément ? « Et puis, tu t’en tires pas trop mal. Ca aurait pu être pire. Moi, j’aurais fait quelque chose de blessant, exprès, juste pour me sentir mieux. Alors bon… » Rien que de lui dire ça, elle se sentait mal à l’aise. Comme si, en répondant simplement à sa question, elle se mettait à découvert. Alors elle enchaîna. « Bref, tu devrais pas être aussi dur avec toi-même. Ces trucs là , ça arrive. Le plus important je crois que c’est de comprendre pourquoi t’as fait ça. Est-ce que tu t’es senti rejeté ? » Dans un sens, la réponse lui paraissait assez évidente. Elle la posait plus pour Jon que pour elle-même, mais peut-être ne faisait-elle qu’une transposition ? Dans ce cas-là, cette conversation allait-elle aider qui que ce soit ? « Si elle t’avait embrassé aussi, t’aurais fait quoi ? » La question était sortie un peu d’elle-même. Elle n'était même pas sûre de vouloir en connaître la réponse. Qu'allait-elle en faire  Dépassait-elle les bornes ? Pourquoi cette conversation ressemblait de plus en plus à un enchevêtrement d’aiguilles ? Parler avec Jon n’avait jamais été aussi compliqué. Elle se détestait pour ça.

_________________

Life is one big party when you're still young

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Sur répondeur - ft Jonjon    

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur répondeur - ft Jonjon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bonjour, vous êtes bien sur le répondeur de... Ah, non, merde, c'est la version Moldue...
» Ici S.O.S amitié, vous êtes sur répondeur automatique et vous avez 30 secondes pour vous pendre.
» Oklahoma - Répondeur de Sarah Maybell
» ⊹ modèle de répondeur.
» "Bonjour, vous etes sur le répondeur des Mayfair *8*, veuillez laisser un message après le bip "

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement ::  :: ❝ Le Château. :: La Grande Salle :: Table des Gryffondors-
Sauter vers: