Forum RPG Harry Potter se déroulant en 2016.
 

Partagez | 
 

 Gabriel N. Sharp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Gabriel N. Sharp
Poufsouffle

avatar

Poufsouffle




MessageSujet: Gabriel N. Sharp   Mar 30 Aoû - 23:43

Gabriel  Nathan Sharp
feat : Josh Klinghoffer



   
ID DU SORCIER

→ AGE :
27 ans
→ SANG :
Sang Mêlé
→ DON/FORMATION :
Transplanage
→ MAISON A POUDLARD :
Poufsouffle
→ METIER :
Garde-chasse à Poudlard
→ PATRONUS :
 Un canard.
→ EPOUVANTARD :
 Devoir parler devant une foule
→ AMORTENTIA :
 Une odeur fruitée, douce et entêtante.
→ BAGUETTE :
34,7 cm, bois de saule, crin de licorne.



 
INFORMATIONS SUPPLÉMENTAIRES

- Gabriel a réussi à ramener un chien avec lui à Poudlard, moldu qui plus est. Vous pouvez donc rendre visite à Marcel (parfois, il se demande pourquoi il l’a appelé comme ça), un chien de montagne des Pyrénées.
- Il cherche à monter un nouveau groupe et continue à jouer tout seul, à peu près toute la journée. On peut souvent l’entendre jouer d’ailleurs.
- S’il connait beaucoup de choses sur la musique moldue, il ne s’est jamais intéressé à la musique magique.


Caractère de votre personnage
 Socially awkward.
S’il y a bien une expression qui le défini, c’est celle-là. Quand il est entouré, il agit étrangement en réaction.  S’il parle, ce qui est assez rare, il ne peut pas s’empêcher d’ajouter des mouvements de mains, comme pour combler les moments où il cherche ses mots. Et quand il ne parle pas, il joue aussi avec ses mains, il s’occupe mais l’air de rien, il écoute ce qui se passe autour de lui. Autre fait caractéristique de son malaise social, il regarde rarement les personnes dans les yeux, souvent son regard s’accroche désespérément au sol, comme s’il allait lui donner la réponse. Il a du mal à comprendre les codes qui régissent les conversations, il ne sait pas franchement quand lancer un sujet de conversation, ni comment ou quand il peut faire des blagues. Car s’il a un bon sens de l’humour, il n’est pas rare que ses vannes arrivent à un moment inopportun. Difficile donc de venir se confier à lui par rapport à votre récente rupture, ou à la mort d’un proche : trop maladroit, il risquerait de vous offenser sans même le vouloir. Dans le même genre, il n’est pas rare qu’il fasse des compliments, simplement ils seront tournés d’une telle façon qu’ils sonneront de manière désagréable. Il n’y est pas pour grand-chose, c’est la façon dont il s’est construit.

Hormis ça, et passé ce moment de malaise qui lui donne l’air d’un extra-terrestre, Gabriel est quelqu’un d’adorable, qui évite les disputes tant qu’il le peut. Il déteste devoir s’énerver et s’y prend terriblement mal. Gabriel, c’est le genre de personnes qui, une fois que l’engueulade est terminée et qu’il est loin de la personne, atteint l’apogée de sa répartie : tout à coup, alors qu’il se repasse l’embrouille, il trouve toutes sortes de choses géniales à répondre. Malheureusement, c’est trop tard. Alors il grogne tout seul, sans que personne ne soit là pour lui répondre.

Gabriel est malgré tout drôle, son sourire est communicatif : il est adorable au fond, talentueux et intelligent aussi. Malheureusement, rares sont les personnes qui s’en rendent comptes : il lie peu d’amitié, peu de relations fortes aussi : il n’y arrive tout simplement pas. Souvent moqué, il ne s’est pas pour autant habitué à tout cela et déteste être humilié. Alors il a du mal à faire confiance, s’en est presque maladif. Mais quelque part, cette attitude lui donne un petit charme qu’il ignore complètement tant il se sent peu sûr de lui.


Derrière l'écran ♥

PSEUDO
pouet
AGE
 pouet
HOBBY
pouet
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ?
pouet
DES AVIS ?
pouet
AUTRE ?
pouet




Dernière édition par Gabriel N. Sharp le Mar 30 Aoû - 23:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Gabriel N. Sharp
Poufsouffle

avatar

Poufsouffle




MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   Mar 30 Aoû - 23:45


HISTOIRE DE VOTRE PERSONNAGE
Tell the world that I'm falling from the sky



Magicalement™


  « Je n’entends rien quand vous parlez, ne pensez-vous pas qu’il faut mieux me regarder, mister Sharp ? »

Merde alors, après tout ce temps, elle était toujours aussi impressionnante. McGonagall. Rien que son nom me faisait trembler, pourtant pas de quoi non ? Mes mains se sont agitées sans que je m’en rende compte alors je les ai planquées sous la table. Après m’être raclé la gorge, j’ai redressé le menton pour la regarder. Au moins trente secondes.

« Je suis si laide que ça ? »

Là, je l’ai fixée.

« Vous n’imaginez pas à quel point. »

Je me suis entendu répondre et j’ai écarquillé les yeux en me rendant compte de ma connerie. Panique total. Panique vraiment total. J’ai tenté de sourire mais son regard m’en a coupé l’envie.

« Non enfin… non mais… enfin je… je ne voulais pas dire ça vous savez… c’est pour… enfin c’était une blague quoi. »
à son tour de s’éclaircir la gorge. Je crois que je ne l’ai pas fait rire, mais alors pas du tout. « Reprenons. » Son ton est si froid que j’en frissonnerai presque.

« Pourquoi êtes-vous là mister Sharp ? »

Oui tiens après tout, qu’est-ce que je foutais à Poudlard après tout ce temps ?



J’avais fui cette même école des années auparavant. La cinquième année m’avait achevé. Pour faire bref, mon père est sorcier, ma mère moldue. Ils se sont séparés quand j’avais 7 ans. J’ai très mal vécu ce divorce parce que ça n’était pas la famille que j’imaginais. Je voulais une VRAIE famille, avec un père, une mère, de l’amour, un foyer, c’était à tout prix ce que je voulais et on me l’a arraché. Ma mère a refait sa vie avec un homme qui avait lui aussi des enfants, un moldu, avec qui je ne me suis pas vraiment entendu. Mon père a refait sa vie avec une sorcière plus jeune, et moi j’étais entre les deux sans vraiment l’impression d’appartenir à l’un ou à l’autre. On se refilait un peu le gosse, un jour chez sa mère, l’autre chez son père et puis quand aucun des deux ne pouvait me supporter, j’échouais chez mes grands-parents paternels. J’en voulais terriblement à mes parents et je me sentais coupable aussi : je n’ai jamais vraiment accepté leur séparation, et dès lors, même si je les aimais tendrement, je n’ai jamais réussi à avoir une bonne relation avec eux. C’était compliqué, j’étais compliqué.
A l’école aussi. Les enfants sont cruels vous savez.
J’étais un peu le weirdo, l’enfant dont le leader de la classe aime se moquer pour se faire mousser, les autres suivent. J’ai toujours encaissé ces humiliations plus ou moins bien : qu’est-ce que je pouvais y faire à part les détester de loin ? Strictement rien.
Heureusement il y avait la musique, le dessin aussi. Je me suis mis très vite à la batterie, la basse aussi, le saxophone un peu mais surtout à la guitare. C’est avec cet instrument que je laissais ma créativité parler.

A 11 ans, je suis parti à Poudlard sans trop de surprise. C’est à cette époque que j’ai rencontré Anna, Josh et Michael. Dans le train, original hein ? J’ai été envoyé à Poufsouffle sans que cela ne me fasse ni chaud ni froid et Anna m’y a rejoint tandis que Josh et Michael ont été reçu à Gryffondor. A part ces quelques amis, rien n’avait changé. Les Serpentards se sont donnés à cœur joie en voyant mon malaise à l’oral, je n’y pouvais rien et je me suis attiré pas mal d’ennuis à cause de mes fameuses blagues.
Rien de vraiment palpitant, ma vie me convenait, je n’osais même pas en demander plus.

Je n’ai jamais vraiment été bon en cours, mes notes révélaient le peu d’intérêt que je portais à chaque matière : je ne brillais nulle part mais comme je n’étais pas dérangeant en cours, on me laissait en généralement tranquille. Sauf quand un enseignant un peu plus sadique que les autres s’amusait à m’interroger. Toujours de grands moments. J’ai souvent été collé, sans que cela devienne excessif. Je me plongeais de plus en plus dans la musique, décrochant complètement des cours que je loupais pour la plupart et d’ailleurs certains profs s’en plaignaient, regrettant que je sois si passif alors qu’ils étaient persuadés que j’aurai pu être dans les premiers : cette idée ne trouvait aucune résonnance en moi, je n’ai jamais voulu être le meilleur.
Alors forcément, ça n’a pas étonné grand monde quand j’ai quitté Poudlard avant la fin de la cinquième année.
A 15 ans, j’ai abandonné l’école, m’enfermant le plus souvent chez l’un de mes parents (celui qui m’acceptait) pour écrire et jouer.
J’ai toujours gardé contact avec Anna qui venait me rendre visite pendant les vacances, elle me racontait sa vie aux châteaux, avec mes autres amis. J’ai suivi leur progression, et j’ai pu leur proposer de monter un groupe à mi-temps. Le groupe a vécu, un peu. Nous nous produisions dans des bars locaux et notre succès était raisonnable. Il a atteint son apogée lors de l’été de la 7e année, après les ASPICs. Pour subvenir à mes besoins, j’enchainais les petits boulots, sans en trouver de stable : je n’en n’avais de toutes les manières pas franchement envie. Parallèlement, j’ai pris mon courage à deux mains pour passer le permis de transplanage. Après de nombreux efforts, j’ai enfin réussi et pourtant, je m’en suis rarement servi.

« Vous imaginez, on pourrait en vivre, ça serait… ça serait…
- Ça serait surtout impossible ouais. Redescend Gab, on sera jamais connu. »
Je me suis tût face à la violence des paroles de Josh. Anna me regardait avec un air désolé. J’ai essayé d’articuler un léger mais qui n’a pas trouvé de suite.

« On rentre à l’université mec, et t’aurais dû faire comme nous. Tu vas pas t’en sortir toute ta vie sans rien faire. »

Je me suis renfermé. Elle a posé la main sur mon avant-bras et j’ai frémi en sentant le contact de sa paume sur ma peau. Mon regard s’est tourné vers elle, plein d’espoir mais elle a secoué la tête pour briser toute illusion.
Je suis parti sans rien dire.
Je ne comprenais pas leur réaction. On avait grandi ensembles, ils m’avaient toujours soutenu. On a tout vécu, nos premiers stress, flirts, soirées, amours, engueulades. Ils étaient essentiels pour moi, c’était comme une famille et voilà qu’il anéantissait mes rêves.
Je ne les ai pas revu pendant deux semaines après ça. Il a fallu qu’Anna sonne chez moi pour me dire de revenir avec eux. Je lui manquais.
Ensembles, on a fait pas mal de conneries, on s’est incrusté dans beaucoup de soirées où nous nous isolions presque toujours. Bon point : l’alcool m’aidait à surmonter cette timidité maladive. Mauvais point : ce qui devenait maladif c’était ma jalousie (pourtant rarissime) quand quelqu’un s’approchait trop d’Anna.

J’étais tombé stupidement amoureux, comme n’importe quel être humain. Trop gêné pour lui avouer, je me suis contenté de ce que j’avais. C’est-à-dire rien du tout. Avec l’université, on s’est encore moins vu. J’ai trouvé un travail assez stable et j’ai commencé à économiser alors qu’un plan se faisait dans ma tête. On continuait à se produire de temps en temps et on ameutait pas mal de monde : j’en étais persuadé, on aurait pu en vivre s’ils s’en étaient donnés la peine. Mais aucun ne semblait aimer la musique comme moi. Je pouvais m’isoler des journées entières sans rien faire d’autre, simplement avec mes instruments. J’étais transporté par chaque note et alors qu’ils se contentaient de ne mettre qu’une partie de leur énergie dedans, je me dévouais complètement à cet art, chaque musique étant un moment merveilleux de plus.

Et puis, les années ont continué à filer, et on a joué de moins en moins. Chacun trouvait un partenaire, ils commençaient déjà à être adulte alors que je continuais à aller me souler, parfois seul pour fuir mes angoisses. Je travaillais à cet époque en tant que serveur et je réussissais à me payer un studio ridicule et parfaitement dégueulasse mais qui me convenait à merveille. Toutes ces années, je n’ai pas arrêté d’aimer Anna, satisfaisant mes éventuels besoins charnels avec des inconnues d’un soir, rencontré à moitié bourré ou même complètement. Charmée par un sourire elles repartaient avec moi. Et puis rien le lendemain. J’ai eu quelques expériences avec des hommes sans que cela me déplaise ou me plaise particulièrement, j’y étais assez indifférent. J’attendais Anna, croyant en notre avenir commun.

« Je vais me marier Gabriel ! »

Je suis resté interdit, essayant de me relever après l’énorme coup de massue que je venais de me prendre. Les secondes se sont écoulées et elle a passé une main devant mes yeux pour me faire revenir à la réalité. J’ai souri, avec si peu de conviction que je pensais qu’elle m’engueulerait mais étonnamment elle y a cru, ou a voulu y croire. « J’espère au moins être la demoiselle d’honneur. » Elle a ri, et je n’ai pas pu m’empêcher de sourire pour de vrai cette fois, comme d’habitude. Son rire était beau, léger, doux.

« Bien évidemment, j’ai même choisi personnellement ta robe.
- Super, j’ose espérer que tu te souviens que j’adore le rose framboise alors. »

Elle était heureuse, qu’est-ce que je pouvais demander de plus ?

« Et toi alors, quand est-ce que tu nous présentes quelqu’un ? »  

J’ai failli m’étouffer et j’ai fixé mes pieds. Comme si j’avais quelqu’un à leur présenter. « On verra ça un autre jour Anna. » Je me suis relevé, prétextant un rendez-vous quelconque. Ma décision était prise.
Je l’ai regardé une dernière fois avec attention pour graver les moindres détails dans mes souvenirs.
Anna et moi avions 24 ans la dernière fois que je l’ai vue.
Je suis parti le lendemain avec un sac à dos et ma guitare pour faire un tour du monde en utilisant l’argent économisé depuis des années. Je me déplaçais en stop, parfois de manière illégale dans les trains, rarement en transplanant. J’ai visité beaucoup de pays, j’ai écrit beaucoup, j’ai joué de la musique, énormément de musique. J’avais besoin de faire le plein d’air pour oublier mon amour. Je lui ai envoyé une lettre le jour de son mariage. Je lui souhaitais d’être heureuse et lui annonçait que je ne reviendrais plus, je lui ai expliqué que j’étais parti sur un coup de tête, ne supportant plus de rester chez moi.
J’ai visité les plus beaux endroits du monde pendant trois ans.
Et puis, il a été temps de rentrer. Anna était un doux souvenir dans ma tête mais je voulais repartir du bon pied, essayer d’avoir un avenir.

Et me voilà, à 27 ans, dans le bureau de la directrice de Poudlard.

« Vous êtes toujours avec moi Gabriel ? »

Je l’ai regardé, à nouveau dans le même espace-temps qu’elle.
Anna était loin désormais, et ma vie pouvait recommencer tranquillement, dans mon pays natal.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   Mer 31 Aoû - 0:29

Tu écris trop bien.

Je t'aime. Toi. L'autre toi.

_________________

« C’est drôle comme les gens qui se croient instruits éprouvent le besoin de faire chier le monde»
Charlie ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Lewis O. MacNèill
Directeur de Gryffondor

avatar

Directeur de Gryffondor




MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   Mer 31 Aoû - 13:15

(Re)Bienvenue parmi nous, j'aime beaucoup ton personnage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Alec O. Fawkes
Gryffondor

avatar

Gryffondor




MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   Mer 31 Aoû - 15:43


Magicalement™️


BRAVO ! TU ES VALIDÉ(E) !!!    
Bienvenue sur Magicalement ♥️


Encore un nouveau personnage super cool, je suis fan Bon et c'est cool, parce qu'il est quand même plus sexy que Hagrid.

Maintenant que tu es validé(e), tu vas pouvoir commencer à RP sur notre beau forum ! Mais avant toute chose, il va falloir passer sur ce sujet pour recenser tout ce qu'il y a à recenser ! Ensuite si tu veux trouver des partenaires de RP, n’hésite pas à envoyer des MPs aux membres, venir sur la chatbox ou poster un formulaire dans la F.A.D  
Et en attendant d'avoir des réponses, tu peux créer ta fiche de personnage et flooder dans la partie flood.

En espérant te retrouver in-RP très vite !  




_________________

dear mummy, dear daddy, ⊹ What the hell gives you the right to look at me as if to say "Hell, what went wrong?" (by anaëlle)
♥:
 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   Mer 31 Aoû - 22:32

J'aime trop ce personnage
Je veux un lien !

_________________
+tu te faufiles+
on peut prendre le temps d'une bise avant que tous nos verres se vident et que tu me dises tout ce que j'aime je brise
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Charlie A. Carter
Serpentard

avatar

Serpentard




MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   Mer 31 Aoû - 22:51

Graciaaaaas tout le monde !
Alec je comprends pas, Hagrid était super sexy...

Et vouii Constantin pour le lien !!

_________________
His long sleeves cover the scars of his addiction, but his words convey thoughts of someone who is intelligent and sensitive, perhaps too sensitive for his own good.
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Gabriel N. Sharp   

Revenir en haut Aller en bas
 
Gabriel N. Sharp
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» LES Voies DE LA RECONSTRUCTION PAR JEAN GABRIEL FORTUNÉ.
» Gabriel Soap, [validée]
» Justin Gabriel Vs Ted DiBiase Jr
» Justin Gabriel Vs Evan Bourne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magicalement :: Grandes papiers du forum :: ❝ Cérémonie de répartition.-
Sauter vers: